Laurent Wauquiez élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

 |   |  666  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Sans surprise, Laurent Wauquiez, vainqueur des dernières élections régionales, a été élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec 113 voix, devant Jean-François Debat (42 voix) et Jean-Charles Kohlhaas (8 voix).

Ce lundi 4 janvier, les 204 nouveaux conseillers régionaux ont élu Laurent Wauquiez président de la nouvelle grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Après sa victoire aux élections régionales le 13 décembre dernier, le numéro deux des Républicains était le grand favori de ce scrutin.

Carton plein à droite et au centre

Le député-maire a pu compter sur les 113 voix de sa liste de campagne, constituées de celles de son parti et de celles du Modem-UDI, soit plus que la majorité nécessaire. Le premier vice-président est Étienne Blanc, maire de Divonne-les-Bains, et le deuxième vice-président, Brice Hortefeux, ancien ministre et élu du Puy-de-Dôme.

Wauquiez  Hortefeux

Lors de la première session plénière, qui aura lieu du 21 au 22 janvier 2016, le nouveau président fera voter un plan d'économies de 19 millions d'euros sur la période du mandat au titre de "l'exemplarité des élus". Pour cela, il souhaite notamment baisser de 10% les indemnités des représentants.

Avant le vote, lors de sa déclaration de candidature, Laurent Wauquiez a rappelé quelques axes forts de sa campagne. "L'emploi sera la première priorité", avant de confirmer un autre engagement : "Il n'y aura pas d'augmentation de la fiscalité", a-t-il assuré.

Lire aussi : Régionales 2015 : Laurent Wauquiez, le portrait d'un dynamiteur

Le maire du Puy-en-Velay, qui devrait démissionner de cette fonction, a aussi affirmé qu'il sera "sur le terrain, aux côtés des élus locaux". Dès son entrée en campagne électorale, le cadre des Républicains a été accusé par ses détracteurs de vouloir se servir de la région comme d'un tremplin pour servir vers d'autres ambitions.

Quatre autres candidats en lice

Et à ce sujet, Jean-Charles Kohlhaas (EELV-Parti de Gauche, liste citoyenne), l'un des quatre autres prétendants à la présidence (huit voix), a tenu à rappeler que la région "a besoin d'un président et d'élus entièrement consacrés à leur mission". Même s'il savait le combat perdu d'avance, la tête de liste du Rassemblement citoyen et solidaire a souhaité "continuer à défendre son projet".

Lors de son discours, il a notamment réaffirmé les éléments forts de sa campagne : nécessité de développer une économie de proximité en soutenant les TPE/PME, soutien au développement d'une "agriculture paysanne et non une agriculture industrielle", et une opposition au projet ferroviaire Lyon-Turin.

Jean-Charles Kohlhaas


À gauche toujours, Jean-François Debat (42 voix) s'est présenté au nom de liste du Parti socialiste, après la défaite au scrutin régional du président sortant Jean-Jack Queyranne. L'ancien vice-président de la région en charge des Finances a mis en garde Laurent Wauquiez :

"Vous pouvez compter sur notre détermination et notre vigilance par rapport aux choix qui seront les vôtres dans les semaines, mois et années qui viennent. Si cette assemblée devient le réceptacle de propositions populistes et démagogiques, nous nous y opposerons de manière radicale et sans aucune concession."

Première mesure : adopter un nom

Cécile Cukierman, conseillère régionale communiste, et tête de liste PCF lors du scrutin régional, a également présenté sa candidature. Elle a notamment plaidé pour un "soutien du riche tissu associatif de la région", taclant ainsi un engagement de Laurent Wauquiez qui souhaite réduire de moitié les subventions aux associations.

Présent au second tour du scrutin de décembre 2015 et ayant recueilli 22,55 % des suffrages, le chef de file local du Front national, Christophe Boudot, était aussi prétendant à la présidence. Il a dénoncé "une réforme territoriale d'opportunité politique".

Laurent Wauquiez, nouveau président de la région, gouvernera la seconde entité territoriale la plus peuplée de l'Hexagone, derrière l'Île de France. Elle abrite 7 757 600 habitants, selon les derniers chiffres publiés par l'Insee. Et parmi les premières décisions à prendre, il devra faire adopter le nom officiel de cette nouvelle grande région.

Laurent Wauquiez

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2016 à 17:05 :
il ne suffit pas de dire , et puis de ne rien faire ensuite . La gauche "le parti des seigneurs " s'est pris une gifle .A force de dépenser l'argent publique à des palais ( LYON + CLERMONR Fd ) de plusieurs millions d'Euros , d'augmenter la pression fiscal par la suite et notamment sur la T.I.P.P . Ce que je crains dans tout çà , c'est que les petits départements (15 - 43 ) soient oubliés ,surtout dans l'aménagement du territoire & des transports du rail . Je pense à la ligne du cévenol entre CLERMONT - NÏMES dans les gorges magnifiques de l'ALLIER sur l'axe Le PUY -AURILLAC - CLERMONT . Aussi sur le domaine industriel des 2 régions Auvergnate . Nous payons tous un impôt sur la région , donc on a droit aussi au même chose . Pour finir enfin la baisse de la fiscalité de toute sorte , car ras - le - bol des hausses qui liment l'économie & la création d'emploi .
a écrit le 05/01/2016 à 11:20 :
Il faut à tout prix raccourcir les noms des régions ...et inventer quelque chose de nouveau !
par exemple " Rhône-Montagnes ", " Rhône-Volcans "...etc
a écrit le 05/01/2016 à 7:05 :
Enfin, nous allons voir la distribution de nos deniers faite par les socialistes depuis des années dans cette région et malheureusement dans d'autres (en particulier PACA) ainsi qu'au niveau national.
Déjà le rétablissement immédiat de la bourse au mérite pour les étudiants. Ensuite au social par le travail , non à l’assistanat.
a écrit le 04/01/2016 à 22:19 :
Hélas le pire choix et de loin pour toute la région !
a écrit le 04/01/2016 à 21:21 :
In finé, si l'on a bien comprit les annonces de Wauquiez,

il va baisser les indemnités des élus de la Région,

et lui il va cumuler les gros salaires de Député, Président de région, Vice-président de l'UMPLRUDI et président de ses propres micros-partis politiques ;

les dindons de sa farce, ce sont ses propres troupes élues LR UDI Modem qui vont se serrer la ceinture.

C'est un bon début, un talent de cumulard exceptionnel.
a écrit le 04/01/2016 à 20:34 :
Promesse de rééquilibrage de la région à l'ouest ? Un retour de balancier indispensable pour sortir le massif central de son enclavement. Attendons les décisions. A 45, COL, cadencements TER, barreau ferroviaire sud Lyonnais et connexion directe à St Exupéry.
Les sujets ne manquent pas.
a écrit le 04/01/2016 à 17:58 :
Wauquiez élu Président de région,

de 2007 à 2012, il a occupé 4 postes dans le gouvernement Fillon collaborateur de Sakozy,

durant cette période Wauquiez n'a absolument rien fait de positif.

Nous allons assister "benoitement" à ses paroles qui vont couler à flot durant son mandat régional,
nous savons d'avance qu'il n'a pas l'étoffe de l'action réelle, il est comme ses mentors Sarkozy Fillon.
Réponse de le 04/01/2016 à 18:50 :
Ce commentaire est vraiment pour rien!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :