Rhône-Alpes : baisse de 13 % des dépenses de BTP en 2014

 |   |  348  mots
(Crédits : A.T.)
Selon une étude de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes, les dépenses en travaux de BTP des collectivités ont baissé de 13 % en un an et continueront de reculer cette année.

Les montants de dépenses de BTP décrochent dans la région selon l'étude annuelle de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes. Après trois années consécutives de hausse, les dépenses 2014 chutent de 13 % à près de 4,7 milliards d'euros, soit un peu plus de 2 % du PIB régional. Elles sont ainsi quasiment revenues au niveau de 2010.

Double choc en 2014

Selon l'analyse de la CERA, les collectivités territoriales ont subi un double choc l'année dernière qui explique cette situation. La baisse globale des dotations de l'État aux collectivités a directement impacté leurs investissements. Les élections municipales de 2014 ont également eu pour conséquence une baisse traditionnellement observée des dépenses.La plus forte diminution a été enregistrée par les communes : -17 % sur l'année.

730 euros par habitant

Dans le bâtiment, 2,15 milliards d'euros de dépenses ont été réalisées par les collectivités territoriales en 2014, soit 337 euros par habitant. 56 % sont portées par les communes. Concernant les TP les collectivités territoriales rhônalpines ont investi 2,5 milliards d'euros en 2014, soit 393 euros par habitant. Les communautés d'agglomérations représentent près de 20 % de ces montants. Les dépenses 2014 ont diminué dans sept des huit départements (sauf l'Ardèche +2 %). Les baisses oscillent entre -1 % en Haute-Savoie et -24 % dans la Drôme.Le département du Rhône qui représente près du quart des dépenses affiche, lui aussi, un repli marqué à -22 % .

Un nouveau recul en 2015

Au niveau national, plus de 41,4 milliards d'euros ont été dépensés par les collectivités territoriales en 2014, soit -10 %. La note de synthèse de la Caisse d'Épargne n'envisage pas de redressement des dépenses pour 2015. Pour cette année, les prévisions budgétaires de dépenses de bâtiment et travaux publics votées à fin mai s'inscrivent en baisse de près de 16 % par rapport aux budgets primitifs de 2014. La diminution concerne plus particulièrement le bâtiment ( -24 %). Le recul est moins net en ce qui concerne les travaux publics (-8 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :