Grenoble lance un appel contre l’austérité

 |   |  338  mots
(Crédits : Marie Lyan)
Le maire de Grenoble, Eric Piolle, et les conseillers municipaux de la majorité se sont réunis mercredi sur le parvis de l’Hôtel de ville pour lancer un appel aux Grenoblois. Objectif : sensibiliser la population aux baisses de dotations de l’Etat aux collectivités locales, qui devraient amputer le budget de la ville de 38 millions d’euros à l’horizon 2017.

Le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle veut frapper un grand coup face aux baisses de dotation de l'État annoncées par le gouvernement. Ce mercredi, il a incité les grenoblois a se mobiliser en signant un appel contre l'austérité, mis en ligne sur le site internet de la ville. "Je n'ai jusqu'ici jamais utilisé mon mandat de maire pour agir sur une situation nationale, mais c'est aujourd'hui une situation exceptionnelle", affirme l'élu, faisant écho à la décision du gouvernement de supprimer jusqu'à 12,5 milliards de dotations aux collectivités locales d'ici trois ans.

8 à 10 % du budget de la ville

A Grenoble, "cette mesure représente jusqu'à 8 à 10% du budget de la ville, soit 38 millions d'euros à l'horizon 2017", précise Eric Piolle, qui rappelle que cette somme correspond à la création de 5 écoles. Ce dernier dénonce "une mécanique financière nuisible et une politique d'austérité du gouvernement néfaste sur tous les sujets, que ce soit l'action sociale, la culture, ou les entreprises. Or, c'est via la commande locale que l'on pourra faire émerger de nouveaux modèles", estime-t-il, rappelant que les collectivités locales représentent les 2/3 de la commande publique locale.

La grogne monte

Une mesure qui fait suite à la grogne qui monte au sein des élus locaux. Alors que le Premier ministre, Manuel Valls, n'est pas revenu sur l'ampleur des baisses annoncées, lors du Congrès des maires de France qui s'est tenu à Paris fin novembre, plusieurs élus se sont déjà élevés contre cette politique d'austérité. Tandis que des élus de la commune de L'île-Saint Denis, dirigée par le maire EELV Michel Bourgain, ont manifesté en sous-vêtements sur le parvis de leur mairie, "près de 10 000 communes ont voté, comme Grenoble, des voeux contre la baisse de ces dotations", affirme Eric Piolle. S'il affirme travailler tout de même en parallèle sur la conception d'un budget prenant en compte ces dispositions, il estime que "le gouvernement a encore le pouvoir de faire machine arrière".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2015 à 11:09 :
Il y a comme on dit de gros gisements d'économies à Grenoble: 25% d'employés municipaux en trop

où comment le service public devient sévice public
a écrit le 27/12/2014 à 15:45 :
comme dit l'autre : "ça coute pas cher, c'est l'état qui paie"
a écrit le 18/12/2014 à 17:21 :
Il faut relocaliser beau nombre de dépenses et de projets: quand l'état ne financera plus les tennis, salles des fêtes utilisées trois fois l'an, et autres rond-points, l'argent sera mieux utilisé..trop de projets n'existent que parce qu'ils ne sont pas payés localement..
a écrit le 18/12/2014 à 11:41 :
Quand on voit des aigrefins qui arrivent à vendre des ronds points "décorés" (c.a.d laids) pour plus de 100 000 € (10% du budget de la dite commune), on se dit qu'il y a des marges Enormes dans les budgets communaux.
Mrs les maires économisez et dépensez intelligemment vous verrez que vous y arriverez très bien.
a écrit le 18/12/2014 à 10:50 :
Bonjour les commentaires anti fonction publique.
Pour ceux qui y ont peur, j'ai passé des années à Grenoble en tant que jeune femme se baladant même la nuit, sans jamais un seul souci, ni une inquiétude. Ah si, avec les flics, un peu trop énervés un soir de Beaujolais.

J'imagine que tous ceux qui se réjouissent de la baisse des dotations (qui foutent vraiment certaines villes dans la mouise, m'enfin bon, ça vous concerne surement pas, si vous habitez Meylan ou à Biviers) seront les premiers à raler quand les aides aux entreprises baisseront...
a écrit le 18/12/2014 à 10:29 :
Tactique habile mais habituelle des écolos-gauchistes qui consiste à rejeter la raison d'un problème sur un tiers, dans notre cas, l'Etat. N'empêche que Grenoble reste la ville la plus embouteillée en province. (Vérifiez cette information sur le site de bison futé).
a écrit le 18/12/2014 à 10:03 :
Peut-être pourra on réduire d'abord les sur effectifs présents dans toutes les mairies et des frais de fonctionnement somptuaires.
Les baisses de dotation sont une bonne nouvelle !
a écrit le 18/12/2014 à 9:36 :
excellente idee! pour lutter contre l'austerite il peut construire plein de ronds points en faisant exploser les impots locaux!
ca, ca sera de la lutte contre l'austerite !!!!!!!!!!!
a écrit le 18/12/2014 à 8:33 :
Ils vont devoir apprendre à faire des économies... comme les autres...
a écrit le 18/12/2014 à 7:25 :
Enfants GATES: ils ont été gavés pendant des années
Maintenant il faut montrer que l'on sait gérer un budget
autrement on laisse la place à plus COMPETENT
a écrit le 18/12/2014 à 6:26 :
Les communes n'ont qu'à fusionner pour faire des économies. Mais l'esprit de clocher fait partie du patrimoine immatériel bientôt protège par l'UNESCO
Réponse de le 18/12/2014 à 9:19 :
Les communautés de communes existent déjà ce qui n'a pas empêché les dépenses, de personnels en particulier en embauchant à tout va, d'exploser comme quoi ce n'est pas une question de fusion. C'est une question de bonne ou mauvaise gestion. Quand ce n'est pas son propre argent on s'en tape un peu.
a écrit le 18/12/2014 à 2:46 :
Il cherche juste a justifier la prochaine augmentation des impôts.
a écrit le 18/12/2014 à 1:57 :
Grenoble? Une ville pourrie aux subventions vers les associations... Le reste est racket d'autant plus avec cette vaste escroquerie d'un vert élu main dans la main avec les communistes
a écrit le 17/12/2014 à 23:38 :
Il va falloir rendre des comptes et réfléchir à deux fois avant de dépenser, et il restera peut être beaucoup moins d'argent qu'avant pour aller acheter les voix de la prochaine élection. Bouh que la vie est dure...
a écrit le 17/12/2014 à 22:28 :
Quand se décidera-t-on enfin à faire en sorte que chaque collectivité locale ait un périmètre de responsabilité clair et soit autonôme dans ses décisions budgétaires ? Que les dépenses locales soient financées par des impôts locaux et que les fonctions décentralisées régulées nationalement soient financées par des redevances à l'unité d'oeuvre. Cessons ces dotations discretionnaires infantilisantes qui nous ramènent à un management moyenâgeux et à une irresponsabilité généralisée...
Réponse de le 17/12/2014 à 22:53 :
et qu'une collectivité locale puisse faire faillite !!
ça fera réfléchir les banquiers qui seraient susceptibles de faire des prêts dans n'importe quelle condition.
Faillite ? liquidation ! on vire toute la clientèle bénéficiant d'emplois plus ou moins bidons , on revend le matériel , et le banquier s'assied sur sa créance
a écrit le 17/12/2014 à 22:23 :
Piolle est comme les autres élus de gauche: toujours plus de dépenses, jamais d'économies (alors que Grenoble ne manque pas de bidules bidon qui pourraient être supprimés), donc toujours plus d'impôts. Il y en a marre de tous ces élus qui ne savent pas tenir un budget.
a écrit le 17/12/2014 à 21:47 :
le pays a voté et a élu le president et les députés. Alors que les maires et les syndicalistes fassent comme tout le monde, et votent au prochaines elections nationales.

Je ne vote plus parce que si le gouvernement cherche a faire quelque chose, au bout du compte, ce sont les syndicats qui finissent par décider...
Réponse de le 18/12/2014 à 6:21 :
Ou les fonctionnaires qui s'assoient dessus quand une loi ne leur plait pas.
a écrit le 17/12/2014 à 21:25 :
Pathétique ! Ces gens sont des irresponsables. Qui paye? D'où vient l'argent? Qui produit? Au nom de quoi ces gens de gauche auraient le droit de plumer les autres pour faciliter leur carrière? C'est révoltant et tellement français que cette attitude...
a écrit le 17/12/2014 à 21:04 :
Grenoble est une ville où l'on ressent une réelle insécurité ; j'ai surpris à la terrasse d'un café un pick pocket entrain de faire les poches de mon manteau suspendu sur le dossier de ma chaise, dans mon dos. je n'ai jamais vu une telle impunité... cette ville me fait horreur.
Réponse de le 17/12/2014 à 21:29 :
Et moi j'ai passé 10 super années habitant le cours Berriat à Grenoble, et je n'en suis parti que contraint et forcé. Il y a de la délinquance issue de sa banlieue, c'est vrai, mais pas plus que dans d'autres grandes villes. Je suis confiant dans le fait que Piolle saura arranger les choses, si tant est que l'on n'attende pas de résultats immédiats car il n'existe jamais de solutions à la fois simples rapides et durables -sauf pour les gens qui emploient le terme "gauchisme".
Réponse de le 18/12/2014 à 2:27 :
Gauchiste...
Réponse de le 18/12/2014 à 8:36 :
Personnellement, ai jamais vu une ville aussi craignos. Même a sainte-Denis,'on se sent plus en sécurité. Et ce ne sont pas les ecolos qui arranger ont les choses.
a écrit le 17/12/2014 à 21:03 :
Vous avez voter PS' continuer aux suivantes ,apres une bonne mise sous tutelle EU évidemment sans rémunération ,comme les champignons A LA GRECQUE
a écrit le 17/12/2014 à 18:15 :
J'ai eu maintes fois l'occasion de constater le gaspillage et la mauvaise gestion des élus locaux ayant pendant 20 ans eu la fonction de financer leurs investissements.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :