Gérard Collomb : « Hollande a mal mesuré la gravité de la situation »

 |   |  1702  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le maire PS de Lyon, et président de la future Métropole lyonnaise, Gérard Collomb revient sur deux ans de politique de François Hollande. Il déplore un manque de réalisme des équipes gouvernementales, face aux réalités économiques. Il appelle à "un discours de vérité" et à résoudre "la crise de confiance" entre les patrons et Bercy.

Acteurs de l'économie : Vous n'avez pas ménagé vos critiques sur la politique, la stratégie et le management du gouvernement Ayrault. Ceux de son successeur conviennent-ils davantage aux enjeux économiques et sociaux du pays ?

Gérard Collomb : J'ai toujours tenu Jean-Marc Ayrault en grande considération. J'ai simplement regretté que son gouvernement n'ait pas tout de suite mis l'accent sur ce qu'était la réalité. Trop de temps a été perdu alors qu'à sa nomination le gouvernement héritait de 2 000 milliards d'euros de dettes.

En d'autres termes, il n'était pas calibré pour le poste ?

Je lui reconnais au contraire le mérite d'avoir hâté la prise de conscience nécessaire à l'appréhension de la situation. En attestent ses efforts pour que le rapport Gallois sur la compétitivité soit retenu dans certains arbitrages. Mais l'équipe gouvernementale était partie de trop loin. En fait, c'est le projet du PS élaboré en 2012 qui sous-estimait la réalité économique.

Comment s'étonner alors qu'à l'aune des discours hyper optimistes et des promesses difficiles à tenir, lui comme son successeur puissent éprouver autant de difficultés à ramener élus comme électeurs à ce que doit être aujourd'hui une politique économique adaptée à la situation ? Malgré tout, il faut tenir un langage de vérité. Et affronter les réalités plutôt que les esquiver. A Lyon, je n'ai jamais tu les difficultés, jamais caché, pendant la campagne électorale, ni aux élus, ni aux administrés que l'impôt devrait augmenter.

Finalement, vous estimez que François Hollande a dupé les Français…

Non, mais il a sans doute mal mesuré la gravité de la situation et les difficultés qui l'attendaient. Une telle attitude n'est d'ailleurs pas le seul fait du PS. C'est le système politique binaire de la France qui encourage l'opposition à nier la réalité et à s'engager sur des promesses difficiles à tenir. Que fait aujourd'hui l'UMP ? A l'entendre, elle a des solutions toutes faites. Elle aussi s'engage sur des promesses qu'elle serait incapable d'honorer si elle revenait au pouvoir. La grande différence de notre pays par rapport à l'Allemagne, c'est que les Allemands ont un corpus central commun partagé entre les deux grandes familles politiques (CDU et SPD). Et c'est sur ce socle que le pays a réussi son impressionnant rebond. En France, une telle perspective semble à ce jour illusoire.

En l'occurrence, la fronde anti-Plan d'économies et de stabilité de 50 milliards d'euros a été menée dans les rangs mêmes du PS. Parmi les leaders de cette contestation, le député du Rhône Pierre-Alain Muet. Votre ancien vice-président du Grand Lyon en charge du développement économique a-t-il fait fausse route ?

Je ne juge pas les gens. Je constate simplement que Pierre-Alain Muet est un Keynésien classique, et qu'aujourd'hui, face aux 2 000 milliards d'euros de dette, le Keynésianisme est obsolète. La vie économique est certes, composée de cycles, et des conjonctures comme celle subie après 2008 peuvent nécessiter une politique de relance et d'intervention particulière de l'Etat. Mais aujourd'hui, avec l'endettement qui est le nôtre, on ne peut guère mener une politique de relance. La seule issue est de procéder en profondeur aux réformes structurelles afin d'assainir les finances publiques. A ce titre, je constate avec Manuel Valls un changement de style et de stratégie. Son langage de vérité et sa détermination correspondent à la situation.

Un président de la République à ce point délégitimé aux yeux de l'opinion publique et des instances intermédiaires a-t-il encore une chance de rétablir la situation du pays autrement que par les bienfaits indirects et involontaires d'une reprise de la croissance en Europe ?

Les institutions de la Ve république, que je soutiens, constituent un solide rempart… On a d'ailleurs eu tort de ramener à cinq ans le mandat présidentiel, et une partie des problèmes rencontrés depuis par les gouvernants résulte de cette évolution. Ceci étant, quelques décisions prises récemment par le tandem Hollande-Valls vont dans le bon sens : Plan d'économies lié au Pacte de responsabilité, loi de décentralisation, et aménagement de la réforme des rythmes scolaires qui donne plus de souplesse aux collectivités locales

Gérard Collomb itw 6

Le bilan à partir duquel vous avez été réélu à la tête de la Ville et du Grand Lyon tient en partie au pragmatisme de votre politique et aux liens que vous avez noués avec le milieu économique. Que vous inspire la politique nationale du ministre de l'Economie et du Redressement productif Arnaud Montebourg ? Son interventionnisme, ses coups d'éclat (certains sans lendemain) dans les dossiers Arcelor-Mittal, SFR, Peugeot, Dailymotion ou Alstom, constituent-ils la bonne réponse à la situation économique du pays ?

Là encore, je ne porterai pas de jugement sur l'homme. De quoi notre économie souffre-t-elle ? D'abord d'un coût du travail très élevé, qui affecte la compétitivité des entreprises. Aujourd'hui, leurs marges - particulièrement au sein des PME - ont atteint un plancher historiquement bas, et sont sensiblement inférieures à celles de leurs concurrentes dans d'autres pays européens. Conséquence : une érosion de la trésorerie et donc une capacité d'investissement et d'innovation fortement affectée. L'objectif du Pacte de responsabilité visant à davantage maitriser le coût du travail est donc fondamental.

Autre problème  que l'on voit apparaître aujourd'hui : certaines entreprises, notamment du CAC 40, qui par insuffisance de « cash » et de fonds propres, sont tentées ou sommées de se vendre à des groupes étrangers pour poursuivre leur développement et leurs investissements. Il s'agit là d'un problème clé, et une réflexion de fond doit être conduite pour assurer à ces grandes entreprises les moyens d'être fortement capitalisées.

L'intervention de l'Etat telle qu'Arnaud Montebourg la mène vous semble donc opportune ?

J'ai toujours été partisan d'une présence voire d'une intervention de l'Etat adaptées aux situations. Celle d'Alstom aujourd'hui et peut-être demain, celle de Bouygues ne les justifient-elles pas ? Adopter des politiques prenant en compte le développement des entreprises ne signifie pas exclure l'Etat. A Lyon, nous avons développé notre agglomération à partir de partenariats entre le public et le privé. Le capitalisme d'Etat en Chine, ou la généreuse stratégie de commandes publiques et la politique de taux d'intérêt caractéristiques des Etats-Unis, sont autant de formes d'intervention.

Le « style » Montebourg, c'est aussi des prises de positions doctrinaires, même des menaces qui provoquent la crainte voire l'anathème dans les milieux patronaux. Dans de telles conditions, est-il possible de revitaliser l'économie ?

On ne peut contester qu'entre institutions publiques et entreprises privées, il y a aujourd'hui une crise de confiance. Des mots et des discours ont pu affecter des chefs d'entreprise qui supportent mal qu'on jette sur eux la suspicion ou même l'opprobre. Non, pour beaucoup d'entre eux, ils ne sont pas ces « rentiers » ou ces « profiteurs aveuglés par l'appât du gain » tels qu'une partie de la société les juge. Ces entrepreneurs au sens schumpétérien du terme qui travaillent beaucoup au quotidien et dont la contribution est capitale pour notre économie ont besoin de se sentir respectés et même « aimés ». Manuel Valls sait, à ce titre, trouver les mots.

Rétablir la confiance entre les gouvernants et les chefs d'entreprise, mais aussi assurer enfin un environnement stable, ce sont là deux conditions clés du redressement de notre économie.

Gérard Collomb itw 7

Rétroactivement, comment analysez-vous l'hécatombe socialiste au scrutin municipal - pourtant une condition clef du maintien du socialisme en France ?

On vient de subir un raz-de-marée. Certes, les élus locaux étaient autant de digues qui théoriquement auraient dû stopper tout débordement. Mais la conjonction de facteurs exceptionnels qui ont caractérisé le climat politique de ces derniers mois a provoqué l'effondrement de ces digues locales. C'est là l'explication des Municipales. Le degré de confiance des électeurs dans les élus locaux PS qui était pourtant fort n'a pas réussi à contenir le flot du mécontentement. Quand je regarde Rhône-Alpes, il n'est resté que quelques îlots isolés comme Lyon et Bourg-en-Bresse.

Nous sommes à quelques jours du scrutin européen. Une grande vague eurosceptique voire europhobe est probable. A quels niveaux les agglomérations doivent-elles accepter d'être « interrogées » par cette situation et comment, à l'avenir, peuvent-elles participer à enraciner le goût d'Europe chez les citoyens ?

Une agglomération comme celle de Lyon fonde son développement en partie sur l'attractivité à l'international, et en premier lieu en Europe. C'est vrai pour le tourisme, c'est vrai pour ce qui est des implantations et des investissements d'entreprises étrangères. L'internationalisation des entreprises lyonnaises et le recrutement de personnels non Français y contribuent aussi. A Lyon, on sait ce que l'Europe nous apporte. Lyon joue dorénavant dans la cour des grandes métropoles européennes, ce que confirment les rankings de cabinets indépendants et ce que saluent des médias comme le Financial Times, le Washington Post ou des enquêtes comme celles de Tripadvisor.

Ce maillage serré de relations avec les autres grandes villes européennes consolide évidemment localement un esprit plutôt européen car on a la démonstration au quotidien qu'une crise de l'euro serait catastrophique pour l'économie locale avec son cortège de dévaluations à répétition, la disparition de politiques industrielles communes, l'absence de toute recherche européenne coordonnée, un effondrement des investissements. N'oublions pas non plus que la crise en Ukraine se déroule aux portes de l'Europe et peut avoir un effet de contagion sur les situations intérieures d'un certain nombre de pays, Hongrie, Roumanie... On voit ou pourrait nous entrainer une dislocation de l'Europe.

Ces problématiques ne peuvent donc être absentes de l'esprit des responsables locaux. C'est pourquoi nous voulons multiplier les coopérations et les manifestations organisées avec d'autres grandes métropoles européennes pour faire la démonstration qu'il n'y a pas de développement et de prospérité au niveau local sans enracinement dans l'Union européenne. L'avenir, c'est plus d'intégration. Pas l'inverse.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2014 à 19:59 :
LES MAIRES DE GAUCHE ONT TOUS LE MEME DISCOURS IL SOUTIENNE INDIRECTEMENT LE GOUVERNEMENT GRAVE SURTOUT DE LA PART DU MAIRE DE LYON
a écrit le 19/05/2014 à 21:44 :
HEC (hautes études commerciales) + ENA + un socialo à la Cour des comptes et il n'a pas pris conscience de la gravité?? par dessus cela, des couches supplémentaires de prélèvements. NON je pense que les socialistes voulaient le pouvoir juste pour que la Famille (imbue d'elle même) puisse enfin recommencer à en profiter et que les barons locaux continuent à bénéficier de leurs prérogatives. Sauf que le bateau est en train de se retourner.
a écrit le 19/05/2014 à 15:56 :
je ne crois pas que les multinationales qui ne paient pas d'impôts, le creusement des inégalités entre pauvres et très riches, en France et à l'échelle mondiale soient des enjeux étudiés à leur juste niveau
L'ancienne équipe a engagé des réformes pour communiquer, casser les services publics, faire le lit des actionnaires C'est cela que nous payons avec euro fort et concurrence
a écrit le 19/05/2014 à 15:05 :
C'est assez mariole de juger que les politiciens de l'UMPS nient les réalités pour faire des promesses intenables. Ils savent très bien ce qu'est la réalité et comment en contourner les rudesses pour faire semblant d'écouter.
Réponse de le 19/05/2014 à 16:19 :
le qualificatif d'UMPS utilisé pour tromper des français en leur faisanr croire qu'il ya dun côté les pârtis politiques tous pareilles et le FN chevalier blanc mais il n'ya au fond que des simples d'ésprit qui peuvent croire cela. Quand on voit que des maires FN se sont tout de suite augmenté leur rémunération et ont privé de toute subvention certaines associations protectrices des libertés , on a un avant gout ce qui attend la France au cas ou le FN arriverait au pouvoir. Qui est assez naife pour croire que la France sortira de l'euro sans en subir de lourdes conséquences? Voilà le mensonge scandaleux qui est fait aux français!
a écrit le 19/05/2014 à 13:31 :
Nous sommes , mais vraiment , vraiment mal barrés !! et ce n'est pas fini...on pleurera toutes les larmes de notre corps , vous allez voir cela...
a écrit le 19/05/2014 à 13:26 :
ce qui prouve que, même s'ils ne sont pas à la hauteur de la tâche, ils feront tout pour y aller, pourquoi? pour le pouvoir qui fera du bien " à leur égo, et n'oublions pas le FRIC !!!
a écrit le 19/05/2014 à 13:14 :
Keynes est mort... cà, c'est une bonne nouvelle ! Mais l'info n'est pas encore arrivée au PS.
a écrit le 19/05/2014 à 12:21 :
A ne pas avoir vu la crise.
Etonnant pour quelqu'un qui n'a cessé de critiquer son prédécesseur.
a écrit le 19/05/2014 à 11:12 :
"Mal mesuré", cela s'appelle de l'incompétence.
a écrit le 19/05/2014 à 9:53 :
Si ce n'était pas grave on pourrait en sourire, mais que ce soit les politiciens de gauche comme de droite, ils sous-estiment tous les situations de la France, traduit en langage courant on appelle cela de l'incompétence ou de l'amateurisme.
Vous n'avez qu'a écouter M. Pellerin ce matin sur BFM affligeant de langue de bois sur le TAFTA.
On est mal barré et je pèse les mots.
a écrit le 19/05/2014 à 9:03 :
pas un mot sur l'UDI ? c'est pourtant à cause de ces "vendu" qu'il est à la tète du grand lyon !
Réponse de le 19/05/2014 à 11:18 :
C'est surtout a cause des électeurs.
Réponse de le 19/05/2014 à 15:41 :
l'UMP locale n'a pas laissé beaucoup de choix aux électeurs
a écrit le 19/05/2014 à 8:55 :
Le ton très suffisant de Gérard COLLOMB est à la hauteur de son mépris pour la populasse, dans leurs impôts locaux, les lyonnais et l'agglomération lyonnaise vont connaître le prix des dépenses pharaoniques de ce fameux Gérard COLLOMB parfait grand maître de la gauche caviar.
Réponse de le 19/05/2014 à 16:18 :
Vous ne feriez pas vous même preuve de suffisance en caricaturant cet homme, par ailleurs apprécié par la majorité des lyonnais ? Ensuite si vous donniez des faits plutôt que des propos péremptoires ?
a écrit le 19/05/2014 à 8:46 :
L'avenir c'est la misère pour le plus grand nombre et la fin de l'euro tel qu'il existe aujourd'hui. Il y a des millions de gens sur le carreau et ce nombre pourrait bien double encore..
a écrit le 19/05/2014 à 8:24 :
Comment faire confiance a ces responsables politique après cette déclaration:" c'est le projet du PS de 2012 qui sous estimait la réalité économique". On a eu une chance inouïe qu' il n'ai pas fait un projet de gouvernement avant d'être élu. Qu'ont il fait pendant dix ans?
Réponse de le 19/05/2014 à 13:28 :
et POURTANT il se trouvent ENCORE 40%de Français qui croient aux réductions d'impôts de Valls...sans contrepartie! faut le faire, tout de même !!!!!...
a écrit le 19/05/2014 à 8:20 :
Gérard Collomb, Sénateur, Maire de Lyon, Président du Grand Lyon ce cumulard veut nous donner des leçons. Comme le disait Jacques Brel, chez ces gens là Monsieur on ne pense pas Monsieur on compte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :