SNCF : Chambéry inaugure sa nouvelle gare, avec de fortes attentes

 |   |  678  mots
Un mur d'escalade surplombant les rails : le nouveau visage de la gare SNCF de Chambéry
Un mur d'escalade surplombant les rails : le nouveau visage de la gare SNCF de Chambéry (Crédits : Didier Bert)
La nouvelle gare de Chambery ouvre ses portes à l’issue d’un investissement de 24,9 millions d’euros qui vise à en faire une vitrine pour les Alpes. Mais les élus locaux ne veulent pas en rester là : ils appellent le nouveau président de la SNCF à développer le trafic ferroviaire.

Pour son premier déplacement depuis sa nomination, Jean-Pierre Farandou, le nouveau président directeur général de la SNCF, n'était pas attendu seulement par les syndicats... mais aussi par les élus qui ont exprimé de multiples demandes lors de l'inauguration de la nouvelle gare de Chambéry.

Et maintenant, davantage de trains ?

Dans l'esprit de ces élus, le nouvel écrin, tout en verre, aluminium et bois, qui accueille désormais les passagers dans la préfecture de la Savoie, n'est qu'une première étape en vue du développement de nouveaux services de transport.

Cette nouvelle gare, aux capacités d'accueil des passagers multipliées par quatre, permet à Chambéry d'oublier l'ancienne gare, qui avait été rénovée pour les Jeux olympiques d'Albertville, mais qui "avait mal vieilli", selon les mots de Michel Dantin, le maire de Chambéry.

"L'ancienne gare était misérable", lâche même Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui témoigne de son effarement lorsqu'il passait par cette gare ces dernières années.

La nouvelle gare, lumineuse et tout en hauteur - au point d'être dotée d'un mur d'escalade - avec son parvis tourné vers le centre-ville et de l'autre côté une vue sur le massif des Bauges, offre effectivement une toute autre image aux visiteurs de Chambéry, à commencer par une offre de mobilité douce centralisée à la gare.

De nombreuses attentes

Mais loin de se contenter de cet écrin, les élus locaux ont adressé leurs discours d'inauguration au tout nouveau président de la SNCF, venu participer à la cérémonie. Les appels au retour des trains de nuit, au maintien de la ligne Grenoble-Gap, à des avancées sur la construction des accès français au futur tunnel transfrontalier destiné à la ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin, création d'un RER autour de Chambéry reliant Montmélian à Aix-les-Bains pour répondre à la demande de transport pendulaire, etc.

Laurent Wauquiez a appelé la SNCF à aider la Savoie et la région à relever "le grand défi du changement climatique" afin de "ne pas laisser un environnement pollué à nos enfants". Le président de l'exécutif régional en a profité pour rappeler l'intérêt de la région pour le développement de l'utilisation de la propulsion à hydrogène.

Inauguration de la gare de Chambéry

Localement, la nouvelle gare se pose comme le nouveau centre de gravité des transports de l'agglomération Grand Chambéry, voire même son centre de gravité tout court. 100 00 mètres carrés d'espaces de bureaux et de logements sortiront de terre dans les prochaines années à quelques centaines de mètres dans le futur quartier de la Cassine, souligne Xavier Dullin, le président de Grand Chambéry.

"La gare, qui avait été construite à l'extérieur de la ville, devient un élément du coeur de ville", constate Michel Dantin, le maire de Chambéry.

Pour irriguer ce nouveau centre, 30 kilomètres de nouvelles pistes cyclables sont ainsi prévues d'ici 2025. Et de nouvelles voies de bus sont en projet, précis l'élu.

Accueil syndical

Peu avant la cérémonie, Jean-Pierre Farandou avait été accueilli par les syndicats de cheminots (CGT, FO Sud Rail) dans un contexte de grèves et d'arrêts de travail sur le plan national.

"Ma porte est ouverte, a indiqué Jean-Pierre Farandou. Le dialogue social est en marche."

Le président de la SNCF recevra prochainement tous les représentants syndicaux, a-t-il précisé. Sud Rail, l'Unsa ferroviaire et la CGT ont déjà appelé à une grève reconductible à partir du 5 décembre.

En réponse à certaines inquiétudes des élus locaux, M.Farandou s'est engagé à limiter l'attente aux guichets à un maximum d'une demi-heure dans toute la France.

"S'il faut doter la gare du personnel nécessaire, on fera des embauches ou des reconversions", a-t-il assuré.

Pour le reste, le président de la SNCF a appelé à "ne pas opposer petites lignes et grandes lignes", sans toutefois répondre précisément à chaque demande des élus locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :