A45 : Elisabeth Borne confirme la sanctuarisation de 400 millions d’euros

 |   |  469  mots
(Crédits : DR)
A l’occasion de la séance publique de l’Assemblée Nationale consacrée à la présentation de la Loi d’orientation des mobilités, Elisabeth Borne a confirmé la sanctuarisation de 400 millions d’euros pour améliorer les conditions de transport entre Lyon et Saint-Etienne. Un lot de consolation pour les pro A45 ?

Le compte à rebours a commencé. La Déclaration d'Utilité Publique (DUP) du projet A45 arrivera à échéance le 16 juillet 2020. Elle avait été arrachée en 2008 après plusieurs années de mobilisation des pro A45.

Onze ans plus tard, les premiers coups de pelle n'ont toujours pas été donnés. Et le chantier semble encore repoussé sans échéance par la ministre des transports, Elisabeth Borne. Jeudi dernier, lors de l'examen du projet de Loi d'orientation des mobilités en séance publique à l'Assemblée Nationale, le projet A45 a en effet brillé par son absence dans la programmation des investissements de transports.

Pour autant, les pro A45 ne semblent pas prêts à désarmer. Et face à l'avenir plutôt mal engagé de la DUP, les esprits s'échauffent dans la Loire. Conscients que la déchéance de la déclaration d'utilité publique enterrerait définitivement le projet, plusieurs élus ligériens, Gaël Perdriau, le député Dino Ciniéri et Georges Ziegler notamment, ont ainsi demandé au gouvernement, il y a quelques jours, une prolongation de 10 ans.

400 millions sanctuarisés

Elisabeth Borne ne semble pas prête à répondre favorablement à cette demande mais a confirmé, en contrepartie, l'engagement financier de l'Etat à hauteur de 400 millions d'euros pour travailler au désenclavement du territoire ligérien. Cette somme étant celle que l'Etat s'apprêtait à mettre sur la table pour l'A45, avant de faire marche arrière.

"A l'occasion des débats sur la loi d'orientation des mobilités, Elisabeth Borne m'a précisé que les 400 millions d'euros étaient bien sanctuarisés dans notre programmation pour améliorer les conditions de circulation entre Lyon et Saint-Etienne", explique Jean-Michel Mis, député LREM de la Loire.

Le député affirme par ailleurs qu'Elisabeth Borne s'est engagée à venir à Saint-Etienne dans les semaines à venir pour rencontrer les élus et acteurs du territoire.

"Elle souhaite venir échanger sur les solutions d'améliorations de l'offre de déplacement".

Suite à ces divers engagements de la ministre, Jean-Michel Mis a accepté de retirer son amendement demandant une prolongation de 5 ans de la DUP.

Des pistes d'amélioration

Parmi les pistes évoquées récemment par Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes lors d'une réunion avec les élus locaux : la création de nouvelles bandes d'arrêt d'urgence sur l'actuelle A47, le doublement du pont de Givors ou encore une meilleure liaison entre les gares et les réseaux de transports urbains. "Il est essentiel, pour l'intérêt de nos concitoyens que nous parvenions à s'accorder sur les grands principes de cette démarche globale d'amélioration multi et intermodale et que l'ensemble des acteurs de ce dossier puisse s'entendre sur un pacte mobilité dans le corridor Saint-Etienne/Lyon", insiste Jean-Luc Fugit, député du Rhône, par voie de communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2019 à 19:36 :
Il faudra qu'on m'explique en quoi déplacer les embouteillages et la pollution d'un point A à un point B va régler le problème des embouteillages.
Et le plus gros fléau sur l'A47 , d'expérience , c'est le même que sur toutes les autres routes , c'est à dire le fait que les gens roulent souvent vite et n'importe comment. Je suis sûr qu'en les mettant au pas on règlera au moins 30 pourcent du problème des embouteillages.
a écrit le 22/06/2019 à 9:53 :
on se demande si ces personnalités se sont rendus à 8h ou 17hsur l'autoroute A7 ou sur la voie rapide de Lyon Oullins pour constater les bouchons et la pollution dégager par ces bouchons
d'autre part il faut m'expliquer comment on double le pont de Givors au milieu de la ville
Et vous pensez que le flux de voitures se dirige que sur Lyon?non ...vous oubliez que l'accès aux zones économiques en périphérie de la métropole non pas de transport en commun et que beaucoup de personnes ont plusieurs lieux de RDV dans la journée
a écrit le 18/06/2019 à 8:39 :
JE l'ai prise quelque fois et faut avouer qu'avec peut-être un camion sur deux véhicules c'est l'enfer cette route.

On pourrait aussi envisager de limiter la transport par camion non toujours pas ?

BEn ouais les copains toussa... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :