Aéroports de Lyon : la Région, le Département et la CCI se retirent de la concertation

 |   |  419  mots
etienne Blanc à gauche sur la photo
etienne Blanc à gauche sur la photo (Crédits : O_Chassignole)
Emmanuel Imberton, président de la CCI Lyon Métropole ne se rendra pas à l'audition des deux candidats présélectionnés par l'Etat. Il dénonce une mascarade de concertation en fin de parcours. La région Auvergne Rhône-Alpes adopte la même position ainsi que le département du Rhône, deux autres actionnaires minoritaires.

Le ton monte entre les actionnaires minoritaires et l'Etat à propos de la privatisation de la société des Aéroports Lyon Saint-Exupéry. Emmanuel Imberton, président de la CCI Lyon Métropole, détentrice de 25 % des actions des aéroports lyonnais, fustige la décision de l'Etat de présélectionner deux dossiers (le groupement Vinci et l'australien Macquarie, NDLR) "alors qu'aucune disposition du cahier des charges ne l'obligeait ainsi", précise-t-il dans un communiqué.

"Quand j'en ai eu confirmation vendredi dernier, j'ai tenté de négocier avec l'Etat. Comme cela n'a pas abouti, nous avons décidé de nous retirer de la procédure de concertation qui se termine d'une façon inimaginable pour des raisons que j'ignore", a-t-il précisé à Acteurs de l'économie - La Tribune.

"Dans la vie il n'y a pas que le prix"

En d'autres termes, le président de la CCI Lyon Métropole, qui agit de concert avec ses élus, ne se rendra pas demain à Paris pour "auditionner les candidats de l'Etat. Nous ne cautionnerons pas la décision prise par le gouvernement, car dans la vie il n'y a pas que le prix". Emmanuel Imberton dénonce "un centralisme qui l'emporte sur les intérêts du territoire". "Du projet industriel on ne tient pas compte", martèle-t-il.

Pour autant, l'organisme consulaire jouera bien son rôle d'actionnaire minoritaire dans le futur contexte et promet d'être vigilant.

Région et département du Rhône

De son côté, le conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, actionnaire à 5 %, et présidé par Laurent Wauquiez (LR) annonce qu'il refuse aussi de participer à cette dernière consultation " laissant ainsi la place aux seuls acteurs de cette mascarade". Enfin, le département du Rhône (2 % du capital), présidé par Christophe Guilloteau (LR) affirme, via un communiqué, "son souhait de ne plus participer aux travaux de la commission d'attribution, estimant que les conditions de transparence et d'égalité pour l'ensemble des candidats ne sont plus réunies."

Pour sa part, Gérard Collomb, président socialiste de la métropole de Lyon, confirme qu'il poursuit le processus prévu et se rendra demain à l'audition des candidats. L'élu assure qu'il plaidera auprès de Bercy la cause des acteurs économiques locaux qui s'étaient ralliés au fonds Ardian pour qu'ils soient associés au consortium qui remportera la mise. Parmi ceux-ci figurent Jean-Michel Aulas via sa holding ICMI, le groupe de prévoyance...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2016 à 20:00 :
La vente des aéroports pour boucher des trous de budget dus à une ENCORE mauvaise gestion du politique état. Cette affaire est identique à celle des autoroutes ce qui prouvent que droite ou gauche ont aucun respect pour les fondamentaux de notre patrimoine de croissance. L'Europe et le FMI ont imposé à la Grèce de vendre une partie de son patrimoine industriel et de service la France pour la même raison, l'IRRESPONSABILITE politique, se voit depuis des années de vendre au plus offrant ses pépites et cela au détriment au moins pour les aéroports régionaux des entités régionales auxquelles il faut rajouter les citoyens de ces régions. Oui l'ETAT POLITIQUE peu importe la couleur n' aucun respect pour ce pays qu'il défigure au fur et à mesure des années. M. Valls est l'archi type du politique avec le verbe haut sur le respect de la Nation de la Démocratie de la République de sa fierté d'être français mais ces quatre mots qu'il vocifère à chaque déplacements est en fait un mensonge éhonté. Non Monsieur votre attitude et plus particulièrement dans ce dossier montre combien ce pays est pour vous un jeu bien loin des mots d'amour que vous lui portez . Vous politiciens de droite ou de gauche ayez un minimum de respect pour la France et cessez de la dépecer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :