Auvergne-Rhône-Alpes : Trois cités administratives vont subir une cure de jouvence

 |   |  508  mots
(Crédits : Bibliothèque municipale de Lyon)
Pour accélérer la transition énergétique, le gouvernement va investir 1 milliard d'euros sur 5 ans pour rénover ses cités administratives. Dans la région, les sites de Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand vont subir d'importants travaux.

Présenté comme un plan « sans précédent », le vaste projet de rénovation des cités administratives de France portera sur la réhabilitation de 39 sites sur 56. L'objectif majeur de ce plan vise à améliorer la performance énergétique.

« Ces travaux permettront de faire baisser de 50% les émissions de gaz à effet de serre et de 67% le montant des factures énergétiques des services concernés », assure le ministère des Finances.

Au-delà de l'impact énergétique, ces travaux vont aussi dans le sens d'une rationalisation des implantations de l'Etat et d'un regroupement des services pour libérer 239 000 m² de locaux aujourd'hui loués ou détenus par l'Etat et générer des économies de l'ordre de 40 millions d'euros par an. En Auvergne Rhône-Alpes, 3 sites sont concernés par cette optimisation immobilière.

Gros chamboulement pour Lyon

Le chantier le plus emblématique porte sur la réhabilitation de la Cité administrative de Lyon. Cet ensemble immobilier de plus de 50 000 m² sur 3 bâtiments dont un immeuble de grande hauteur va être totalement reconstruit.

« La cité présente un état de vétusté significatif et des coûts d'entretien de plus en plus élevés. L'ensemble immobilier n'offre plus des conditions de travail et d'accueil adaptées, tant au niveau de sa fonctionnalité, de son confort ou de sa sécurité que des coûts d'exploitation qu'il génère », observe le ministère des Finances.

Une première phase, financée par le programme de rénovation des cités administratives pour un montant d'environ 88 millions d'euros, passera par la construction, sur une parcelle attenante au site actuel, d'un bâtiment neuf à haute performance environnementale d'environ 20 000m².

Sur la seconde l'Etat concédera à un opérateur extérieur la construction d'un bâtiment de 15 000m². Le nouvel ensemble immobilier pourra accueillir également un service supplémentaire, actuellement installé dans le parc locatif privé. De fait, l'Etat estime qu'il réalisera plus de 75% d'économies sur sa facture énergétique. Les travaux devraient démarrer en début d'année prochaine pour s'achever en 2023.

Petit lifting pour Grenoble et Clermont-Ferrand

Sur les sites de Grenoble et Clermont-Ferrand, l'Etat a opté pour de la rénovation. A Grenoble, le projet prévoit une réduction de moitié de la consommation énergétique du site réparti sur 3 bâtiments, grâce à la réalisation de travaux d'isolation par l'intérieur et d'amélioration de l'éclairage LED. Il vise également à optimiser l'occupation et densifier les surfaces avec la création de plus de 60 postes de travail supplémentaires, ce qui permettra de libérer des sites actuellement loués dans le parc locatif privé. L'investissement est estimé à 8 millions d'euros.

A Clermont-Ferrand, il s'agit de mobiliser environ 3 millions essentiellement dans des travaux de rénovation thermique. Le projet prévoit également des travaux d'aménagement et de densification des surfaces, afin d'accueillir de nouveaux services au sein de la cité administrative. Là aussi, ces deux programmes vont s'enclencher très rapidement pour des livraisons attendues dès 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :