Immobilier : l'Office foncier solidaire métropolitain devrait booster la production de logements abordables

 |   |  447  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Cet outil permettant de dissocier l'investissement foncier et bâti vise une production annuelle de 950 logements à des prix inférieurs de près de moitié à ceux du marché.

Annoncé en début d'été, l'Office Foncier Solidaire (OFS) porté par la Métropole de Lyon vient d'être voté par l'assemblée métropolitaine. Ce dispositif s'inscrit dans le cadre d'un plan ambitieux visant à endiguer la hausse des prix des logements.

"Je ne veux pas être le président des 10 000 euros du mètre carré", lance David Kimelfeld, président de la métropole pour justifier son action en faveur du logement abordable, à l'heure où le mètre carré neuf s'échange en moyenne à 5 228 euros à Lyon et Villeurbanne.

La création de l'OFS vient en complément de la relance du plan 3A favorisant l'accession à la propriété pour les primo accédants via un coup de pouce financier de la collectivité et de l'augmentation du budget alloué aux réserves foncières.

950 logements à prix abordables grâce à l'OFS

Avec cet outil qui permet de dissocier le foncier du bâti, la métropole espère pouvoir produire environ 950 logements par an à des prix moyens de 2 780 euros dans le centre et 2230 euros sur les communes moins centrales.

"L'objectif de l'OFS est de lisser le coût du foncier dans le temps, dans une logique non spéculative, alors qu'aujourd'hui, le coût du foncier augmente très vite et devient le principal poste de frais dans le montage d'une opération immobilière", observe Michel Le Faou, vice-président de la métropole chargé de l'urbanisme et du logement.

Concrètement, les acquéreurs d'un appartement devront s'acquitter du prix du bâti et aussi d'un loyer "foncier" d'environ 1,5 euro par mois et par mètre carré.

Un outil associant les acteurs de l'acte de construire

Pour l'heure, l'association à la tête de l'OFS métropolitain dispose d'un tour de table de 4 millions d'euros apporté par la Métropole. Les 3 bailleurs publics (Est Métropole Habitat, Grand Lyon Habitat, Lyon métropole Habitat) seront également associés au tour de table, comme la Banque des Territoires et Action logement.

"Pour l'instant, nous n'avons pas affiné le montant de la participation de chacun", précise Michel Le Faou.

Les communes de la métropole souhaitant s'associer à ce dispositif peuvent également apporter du capital ou des terrains. Enfin, l'association souhaite aussi accueillir comme "membres associés" l'ensemble des acteurs de l'acte de construire, à l'image de la Fédération des promoteurs immobiliers, de la Chambre des notaires ou de la Fédération du bâtiment.

En attendant de voir ses moyens s'étoffer, l'OFS métropolitain va commencer ses acquisitions pour pouvoir produire une bonne centaine de logements sur sa première année de fonctionnement. Le rythme de croisière est prévu d'ici à 5 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :