Immobilier ancien : les prix progressent toujours à Lyon

 |   |  444  mots
A Lyon, le prix moyen au mètre carré est en hausse de 5,7% sur un an
A Lyon, le prix moyen au mètre carré est en hausse de 5,7% sur un an (Crédits : LT - S.Borg)
Jamais on n'a vendu autant de logements anciens que durant les 12 derniers mois dans le Rhône et notamment à Lyon. Et pourtant, ils sont toujours plus cher.

Alors que l'on a franchi la barre symbolique du million de logements vendus en France entre juin 2018 et juin 2019, la progression des ventes atteint, dans le Rhône, 5,8% en un an, soit 27 300 unités.

Porté par des ventes toujours plus nombreuses, le marché est aussi au plus haut en matière de prix. A Lyon, le prix moyen au mètre carré s'établit à 4 070 euros, en hausse de 5,7% sur un an. Plus qu'à Paris où l'augmentation des prix a atteint 4,6% sur les douze derniers mois.

"Lyon est vraiment une agglomération très attractive", commente Anne de Planchard, vice-présidente de la FNAIM du Rhône.

Dans le Rhône, le prix moyen progresse un peu moins vite (+ 3,2%) à 3 182 euros, mais là aussi la tendance ne se dément pas.

Vers une stabilité des prix ?

"Sur les prochains mois, le marché devrait continuer à être porté par les taux bas, donc les volumes devraient rester soutenus. En revanche, depuis quelques semaines, il semblerait que les prix soient plus stables", note toutefois Alexandre Schmidt, président de la FNAIM du Rhône.

Pour autant, d'ici la fin de l'année, les professionnels de la FNAIM ne pronostiquent guère de changement sur le marché du logement ancien à Lyon et dans le département du Rhône. Et certains micro marchés, dans des quartiers recherchés de la capitale des Gaules, devraient même encore enregistrer de fortes hausses de prix.

"Nous avons peu d'offre, ce qui contribue à maintenir des prix au plus haut", constate le président de la FNAIM du Rhône.

Les loyers aussi en hausse

Dans le sillage des prix de vente, les loyers sont eux aussi en progression. En moyenne, ils ont gagné 6% en un an à Lyon et en périphérie pour s'afficher à 14 euros du mètre en moyenne dans la ville de Lyon et 11,4 euros en périphérie. Bien évidemment, les petites surfaces sont plus chères à la location (19,7 euros du mètre de loyer médian pour un studio à Lyon) que les grandes (11,8 euros du mètre de loyer médian pour un T4 à Lyon) et les relocations s'enchaînent à un rythme soutenu. A Lyon, il faut en moyenne 38 jours entre le départ d'un locataire et l'arrivée d'un nouveau.

"La demande est soutenue, mais pas tendue", tempère néanmoins Patrice Garde, vice-président de la FNAIM du Rhône.

De fait, même l'investissement immobilier reste un placement attractif entre Saône et Rhône. "Le taux de rendement brut atteint 4.1%", calcule Patrice Garde. De l'avis de la FNAIM du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :