Auvergnat Habitat consolide ses actifs pour mieux appréhender son avenir

 |   |  960  mots
(Crédits : DR)
2019 clôt une période de réorganisation et de croissance pour Auvergne habitat. Ainsi, le premier bailleur social d'Auvergne est prêt à s'engager pour l'avenir.

Après l'acquisition du patrimoine brivadois du Foyer Vellave en septembre 2018 (519 logements) situés en Haute-Loire, la fusion absorption de Logiléo dans l'Allier (1 662 logements) et celle du patrimoine de Dom'Aulim (1 596 logements), 2019 voit se terminer cette phase de réorganisation et de croissance avec l'acquisition du patrimoine de Cité Nouvelle de l'Allier (145 logements) et la fusion absorption de SCI du Puy-de-Dôme (422 logements). A l'issue de ces opérations, le parc de logements gérés par Auvergne Habitat (18 000 logements locatifs au total) a fortement augmenté (près de 30%) avec 4 344 logements supplémentaires.

"Après cette année 2018 très chargée en termes de développement et d'organisation avec le projet Cap sur l'Auvergne, l'heure n'est pas à la prospection sur de nouveaux territoires. Nous restons bien évidemment en veille et nous ne nous interdirons pas, si de nouvelles opportunités ou de nouveaux partenariats avec d'autres bailleurs apparaissaient, de les étudier. C'est le propre de toute entreprise qui doit toujours conforter ses positions. Notre développement sera, à moyen terme, principalement organique avec des objectifs ambitieux de production : 500 logements par an sur le Puy-de-Dôme, principalement sur la métropole clermontoise et les bassins d'emplois s'étendant de Riom à Issoire ainsi que dans l'Allier sur le bassin vichyssois. Par ailleurs, il est essentiel de développer l'accession à la propriété tant en neuf et que dans l'ancien notamment en direction des publics de jeunes primo accédants", indique Philippe Bayssade, directeur général d' Auvergne Habitat.

En signant le 4 juillet dernier la convention ANRU, le bailleur social (270 collaborateurs) poursuit sa stratégie et matérialise son engagement dans la réhabilitation de quartiers prioritaires, par exemple à Clermont-Ferrand avec la démolition-reconstruction de 295 logements dans les quartiers de La Gauthière. Le développement d'une offre importante en accession sur ces quartiers pour amener plus de mixité sociale est prévu.

"Ce programme de renouvellement urbain porté par la Métropole a été co-construit avec les acteurs de terrain. Les actions menées par Auvergne Habitat s'inscrivent pleinement dans les projets urbains de chaque quartier. Ils ont conduit parfois à envisager d'autres actions que celles identifiées initialement par notre société. Ainsi, un projet de réhabilitation de 160 logements sur La Gauthière était nécessaire pour changer le quartier. Nous nous sommes au final engagés dans la démolition. Les programmes de rénovation sont l'occasion d'apporter un regard nouveau sur un quartier. La démolition, quand elle est envisagée, permet de retravailler l'emprise foncière pour, en partenariat avec la puissance publique, apporter une offre multiple et adaptée au territoire : services publics, activité et logements", poursuit le directeur général.

Innover et rénover les villes

La rénovation du parc est au cœur des priorités dans les années à venir, tant sur l'amélioration de la performance énergétique, notamment au niveau thermique que sur son renouvellement avec des projets de démolitions importants sur plusieurs territoires (NPRU clermontois, Issoire, Brioude, ...).

"Dernier chantier qui me tient à coeur, c'est celui de participer à des projets emblématiques du territoire comme par exemple celui du quartier Saint-Jean à Clermont-Ferrand, de la requalification du site de Cataroux ou de la Banque de France à Chamalières. Auvergne Habitat a aujourd'hui l'expertise, la solidité et l'ambition d'être un acteur reconnu, à l'écoute des acteurs locaux et facilitateur dans les partenariats", complète le directeur.

De sa vocation initiale de construction de logements, Auvergne Habitat s'engage aussi sur une compétence plus large d'aménageur. C'est notamment le cas pour le projet de la Beaumière, à Ceyrat. Ce projet de plus de 200 logements, est composé d'une mixité de produits : locatif social, accession sociale et accession libre.

Il est réalisé en partenariat avec deux aménageurs privés : Via Terra et Urbasite. La principale opération du nouveau quartier, à savoir un immeuble collectif de 75 logements, dont 37 logements passifs, a été retenue dans le cadre d'un appel à projets porté par la Caisse des Dépôts et l'ADEME pour la réponse apportée sur le plan environnemental. A terme, ce sont 400 à 500 nouveaux habitants qui investiront ce quartier pensé et organisé autour d'une place centrale, d'une salle commune à destination des associations et des espaces dédiés aux transports en commun.

D'autres projets comme la Croix Parouty à Vic-le-Comte avec 20 logements en locatifs et en accession et 8 terrains à bâtir ainsi que le futur projet d'éco-bourg à Saint-Genès-Champanelle confortent Auvergne Habitat dans cette activité d'aménageur.

Territoires et projets prioritaires

Auvergne Habitat privilégie les communes déficitaires en habitat social pour proposer des solutions adaptées.

"Notre filiation Action Logement nous oblige à être toujours plus en proximité avec les bassins d'emplois pour assurer le lien emploi logement et favoriser la mobilité et l'accès au recrutement pour les entreprises et industries de notre territoire. Nous avons tissé un partenariat avec la Mutualité Française du Puy-de-Dôme, pour intégrer dans ces projets une offre de services basée sur un animateur, dont la mission est de maintenir et développer ce lien social et garantir la sécurité des résidents. Quatre projets sont aujourd'hui très avancés dont 2 démarrent en travaux en 2019", renchérit le directeur général

La résidence le Hameau du Petit Auzon à Orcet, dont la livraison est prévue en 2020, est un exemple de partenariat réussi avec une commune.

"Nous devons, à l'avenir, développer ce type de projets pour remettre du lien social et faire des centres bourgs de nouveaux lieux de vie. Il est essentiel de développer ces programmes pour répondre au vieillissement de nos populations via, par exemple, de petites unités de logement de type familial avec des solutions d'accessibilité renforcées", conclut-il

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :