Immobilier : "On jette l'opprobre sur les syndics avec des conséquences dangereuses pour notre profession" (Patrick Lozano, Unis Lyon Rhône)

 |   |  609  mots
(Crédits : DR)
Vent debout contre les récentes annonces du premier ministre devant l'Autorité de la concurrence ce 5 mars dernier, visant le renforcement de la mise en concurrence obligatoire des syndics, le plafonnement des états datés, les sanctions financières en cas de non-respect du contrat-type, l'Union des syndicats de l'immobilier (UNIS) estime que le gouvernement n'a de cesse de stigmatiser sa profession. Avec des conséquences qui mette à mal son avenir. Patrick Lozano, président de l'UNIS Lyon Rhône, livre son analyse.

L'UNIS a rapidement et vivement réagi aux dernières annonces du gouvernement, quels sont les points qui vous interpellent ?

Ils sont nombreux. D'abord les incohérences entre le discours du Premier ministre et la réalité. Il nous dit qu'il souhaite accroître les mises en concurrence. Mais elles sont possibles depuis 1965 et cette possibilité a été renforcée par la loi Alur qui a demandé aux conseils syndicaux de mettre les syndics de copropriété en concurrence. Cette mesure a été annulée un an après par Emmanuel Macron. C'est à ne plus rien y comprendre...

D'autant que la mise en concurrence, nous la vivons tous les jours. Elle est indispensable car comme dans toutes les professions, nous avons des bons et des moins bons et il est bien normal que les copropriétaires puissent mettre les syndics en concurrence et en changer s'il ne donne pas satisfaction.

Le Premier ministre nous dit aussi que le contrat de syndic n'est pas lisible. Mais ces contrats nous ont été imposés en 2014 à la ligne près, alors que les associations de consommateurs et les syndics avaient prévenu que ces contrats n'étaient pas adaptés.

Vous estimez donc que l'on doit s'inscrire dans un statut quo en matière...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2019 à 18:44 :
Et si on parlait des frais d’immatriculation des copropriétés....un bel abus et une manne pour les syndics alors qu'il s'agit d'un travail dérisoire !
a écrit le 15/03/2019 à 8:55 :
Vos conseils justement sont beaucoup trop orientés vers vos seuls intérêts, comportements classiques dans notre économie actuelle, ce qui n'est plus dans l'air du temps.

C'est l'époque d'internet les gars hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :