Immobilier : La foncière du groupe Dentressangle inaugure l'immeuble Convergence

 |   |  444  mots
La cour intérieure de l'immeuble Convergence
La cour intérieure de l'immeuble Convergence (Crédits : Erick Saillet)
Cet actif, implanté au sein du site de l'ancienne prison Saint-Joseph, abrite une quinzaine d'entreprises. Une réalisation emblématique du savoir faire du groupe dans le domaine immobilier qui devrait faire école.

Voilà une inauguration qui met fin à un projet d'envergure : la réhabilitation des anciennes prisons de Lyon.

A la manette, le groupe Dentressangle qui avait acquis pour 25 millions ces deux sites au début des années 2010 avant de revendre celui de Saint Paul à l'Université Catholique et de conserver celui de Saint-Joseph pour réaliser une opération de bureaux et de logements via sa filiale de promotion immobilière OGIC. Les logements sont tous commercialisés et l'immeuble de bureaux Convergence presque intégralement aussi.

Quinze entreprises déjà installées

Ce bâtiment de 10 500 mètres carrés reste dans le patrimoine de DFI (Dentressangle Foncière Immobilière) qui le loue à une quinzaine d'entreprises.

"Il reste environ 2500 mètres carrés à commercialiser sur une base d'environ 250 euros du mètre", explique Guillaume Lapp, directeur délégué de DFI.

L'immeuble s'organise autour d'un espace de convivialité au rez-de-chaussée mis à disposition de tous les locataires, qui comprend notamment une conciergerie et d'autres équipements à partager.

Un ensemble placé sous le signe de la haute qualité du bâti et de la décoration, signatures des réalisations de DFI aujourd'hui à la tête d'un patrimoine composé de 10 immeubles à Paris et Lyon.

"Nous souhaitons nous construire un patrimoine de qualité", martèle Guillaume Lapp.

Pas d'entorse prévue à l'ancrage lyonnais et parisien

La barre est haute et rien ne se fera dans l'urgence. "Nous avons le temps d'attendre et la capacité de prendre des risques", assure le directeur général délégué de DFI. Les prochaines acquisitions resteront ciblées sur Paris et Lyon, exclusivement sur des emplacements « de premier choix ».

En revanche, DFI ne s'interdit pas l'achat d'actifs autres que des bureaux et des logements.

"Nous regardons une opération qui pourrait faire une résidence hôtelière", confie le directeur général délégué.

A l'image d'un projet en cours à Paris, où DFI s'est positionné sur un appel d'offres de l'Etat, la foncière Dentressangle n'exclut pas de candidater sur des opérations dans le cadre de grands projets urbains.

En attendant, le groupe ne souhaite pas communiquer sur la valeur de son patrimoine, ni sur sa superficie. A Lyon, il se compose de l'immeuble Convergence (10 500 m²), d'un autre bâtiment en cours de construction à La Part Dieu (9 000 m² de bureaux et 138 logements en accession), et du siège du groupe rue Sainte-Hélène ainsi que du tènement abritant anciennement l'Université Catholique dont les logements sont presque intégralement vendus.

Il est plus important à Paris où Guillaume Lapp dénombre 5 immeubles de bureaux tous implantés dans les quartiers huppés de la capitale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :