Année record pour l'immobilier d'entreprise lyonnais

 |   |  687  mots
Le quartier des affaires de La Part Dieu participe activement aux très bons résultats de l'immobilier tertiaire dans l'agglomération lyonnaise.
Le quartier des affaires de La Part Dieu participe activement aux très bons résultats de l'immobilier tertiaire dans l'agglomération lyonnaise. (Crédits : WTC)
La commercialisation de surfaces tertiaires et d'activité a encore progressé l'an dernier dans l'agglomération lyonnaise. 2017 devrait suivre cette tendance.

Les années suivent et se ressemblent du côté de l'immobilier d'entreprise sur le territoire lyonnais. Ainsi, en 2016, tous les segments du marché, de l'activité à la logistique en passant par le bureau ont vu leur demande placée augmenter. Seul l'investissement, record en 2015, du fait de grosses transactions comme l'Hôtel Dieu et la tour Sky 56 s'inscrit en repli, passant de 1,25 milliard en 2015 à 845 millions en 2016 ce qui ramène la performance habituelle du marché Lyonnais.

Un marché désormais bien identifié par les investisseurs, qui fait dire à Vincent Delattre, pour la FNAIM Entreprises que Lyon a véritablement "un statut d'Eurocité".

Les bureaux toujours aussi prisés

Si les investisseurs identifient Lyon comme une place forte de l'immobilier tertiaire c'est bien parce que les surfaces libres trouvent rapidement preneurs. Ainsi, l'an dernier, la demande placée en bureaux a atteint 290 511 m² en hausse de 7 %.

A la clé de cette année record de la dernière décennie, trois transactions à mettre à l'actif du groupe Orange, qui, au total, aura pris 47 500 m² de bureaux dans le quartier de la Part Dieu, dont 26 000 m² au sein de son futur campus en cours de construction sur le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :