Quand le bâtiment se prépare au "BIM-bang"

 |   |  1163  mots
(Crédits : ozarchitects.com)
La montée en puissance du Building information modeling (BIM), une nouvelle organisation des chantiers basée sur la généralisation de la technologie 3D, venue des pays anglo-saxons, oblige les acteurs du bâtiment à adopter de nouvelles façons de faire. La promesse ? Des gains de temps et d’argent, in fine de compétitivité. De quoi fragiliser les petites entreprises dans les appels d’offres, au profit des grands groupes qui ont les moyens d’entamer cette transition ?

Imaginez une maquette en 3D permettant de modéliser n'importe quel bâtiment dans ses moindres recoins et de réaliser autant de simulations que d'interrogations liées à la construction d'un édifice du plus petit au plus grand. Convaincus qu'un tel outil faciliterait la communication entre les différents corps de métier et permettrait d'anticiper les problèmes qui surviennent au fil de l'avancée des travaux, les acteurs du bâtiment, bien aidés par les nouvelles technologies, ont donné naissance à la technologie BIM (Building information modeling).

Outre Atlantique et dans les pays anglo-saxons, le BIM est désormais la règle, mais en France, il tarde à s'imposer. Pourtant, l'issue ne fait plus de doute, le BIM devient peu à peu le modèle selon lequel seront conçus et gérés tous les bâtiments.

Pas d'hostilité, mais du temps

Si ce point a pu faire débat, il est désormais acté dans les rangs des acteurs du BTP. Mais la prise de conscience a été longue et la mise en pratique menace de l'être plus encore.

"Chez les majors du secteur, le processus est lancé. Dans les ETI on commence à avoir une bonne appréhension de ce modèle, mais dans les PME le processus n'en est qu'à ses débuts et...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :