Les HLM sous le signe du logement pour tous

 |   |  721  mots
Le congrès de l'USH (Union sociale pour l'habitat) se tiendra à Lyon du 23 au 25 septembre. Le thème choisi est le logement pour tous. Un enjeu d'actualité qui sera débattu au sein d'une région où les bailleurs sociaux parviennent à maintenir un niveau de production et de réhabilitation plutôt satisfaisant.

Avec quelques 440 000 logements sociaux locatifs, soit environ 10% du parc national, la région Rhône-Alpes occupe la deuxième place du podium de ce secteur, juste derrière l'Ile de France. Un parc presque paradoxalement constitué à 93% de logements collectifs, alors que la région allie zones urbaines et rurales, traduisant une présence forte des logements sociaux dans les grandes agglomérations. De cette caractéristique réside en grande partie la capacité des bailleurs locaux à satisfaire aux demandes, plus facilement que dans d'autres régions.

12 500 nouveaux logements par an

«  Dans notre région qui gagne en moyenne 1% de population par an et même si cette croissance démographique s'accompagne d'importants besoins en logements, notamment en logements sociaux, nous parvenons bon an, mal an à maintenir un rythme de production annuel qui se situe aux alentours de 12 500 nouveaux logements sociaux. Ainsi, nous pouvons proposer à la location environ 48 000 logements chaque année à la fois dans le neuf et au gré des rotations enregistrées dans le parc existant »,

souligne Isabelle Rueff, présidente de l' l'Association Régionale des organismes d'HLM de Rhône-Alpes (ARRA). Il n'en reste pas moins que la production reste un enjeu fort.

Le recours au privé pour maintenir la production

Et en matière de production, la région a peut-être trouvé la parade. Ainsi, dans le Rhône, environ 50% de la production de logements sociaux vient de la promotion privée qui commercialise une partie de ses programmes auprès des bailleurs sociaux en VEFA (Vente en futur état d'achèvement). En Isère cette part atteint aujourd'hui quelques 30%. Moins significative dans les autres départements, elle s'inscrit toutefois en progression remarque Isabelle Rueff :

« Cela contribue fortement à maintenir le niveau de production de logements sociaux et cela montre, si certains en doutent encore, que productions privées et sociales ont des intérêts communs ».

Trouver de nouveaux financements

Pour maintenir le rythme des livraisons, les opérateurs régionaux misent également sur la diversification afin de dégager des financements nouveaux. C'est ainsi que le nombre de ventes de logements sociaux augmente. En 2013, les opérateurs HLM ont vendu 2 000 logements destinés à des accédants, en secteur groupé ou en diffus. Par ailleurs, plus de 850 logements locatifs ont été vendus à leurs locataires ou d'autres personnes physiques. En marge des ventes, les produits évoluent, fait valoir la présidente de l'ARRA.

«  Les opérateurs développent notamment de véritables savoir faire dans la production de résidences étudiantes ou pour personnes âgées, qui sont des produits mieux aidés et qui répondent aux évolutions de  notre société ».

De quoi maintenir un parc quantitatif et adapté aux exigences car, dans l'existant, certains logements nécessitent d'importants travaux de réhabilitation.

Accélérer les rénovations

 « 30 % des logements HLM ont été construits après 1989. Près de 90 % de la production neuve respectent le label BBC ou la RT 2012 et 8000 logements ont été réhabilités en 2013. Dans son ensemble, le parc Rhônalpin est plutôt jeune et qualitatif, mais il faut néanmoins aller plus vite dans les opérations de réhabilitation et pour cela il faut parvenir à mobiliser des moyens »,

plaide Isabelle Rueff. La présidente de l'ARRA accueille donc  avec satisfaction les mesures annoncées en matière de déblocage du foncier pour produire plus de logements neufs, mais appelle de ses vœux un programme d'aides permettant de mener à bien plus d'opérations de rénovation.

Le modèle rhônalpin de l'innovation sociale et solidaire

Reste un dernier enjeu sur lequel les bailleurs sociaux régionaux comptent bien faire valoir leur savoir faire, celui du vivre ensemble.

«Le point commun des acteurs locaux  réside dans leur mobilisation en faveur de l'innovation sociale et solidaire. Nous allons d'ailleurs donner à voir nos actions lors du congrès à travers un village de l'innovation sociale et solidaire »,

annonce Isabelle Rueff. Très impliqués sur l'utilisation de principes constructifs innovants, sur celle de matériaux durables, mais aussi sur des expérimentations sur la location choisie, ou les colocations intergénérationnelles, les bailleurs sociaux de Rhône-Alpes vont profiter de cet espace pour présenter leurs actions en la matière, histoire de favoriser l'échange de bonnes pratiques et de faire école auprès d'autres bailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :