Marc Uhry : "La défiscalisation pousse les prix à la hausse"

 |   |  792  mots
Marc Uhry est responsable Europe de la fondation Abbé Pierre.
Marc Uhry est responsable Europe de la fondation Abbé Pierre. (Crédits : D.R)
Manuel Valls a opéré un changement de cap sur la politique du logement. S'il satisfait les investisseurs et les professionnels du BTP, le pack de nouvelles mesures annoncé vendredi, inquiète d'autres acteurs du logement comme les associations. C'est notamment le cas de la Fondation Abbé Pierre et de son responsable Europe : Marc Urhy.

Acteurs de l'économie : Avez-vous été surpris de voir le gouvernement vouloir aussi vite revenir sur la loi Duflot ?

Marc Uhry : Nous sommes surpris qu'une même majorité détricote ce qu'elle a mis en œuvre précédemment. La loi Duflot avait été longuement préparée et débattue. Surtout l'argumentaire a de quoi surprendre. Une loi promulguée en avril dernier aurait des effets sur la production de logement en baisse depuis déjà plusieurs années ? Donc elle aurait eu une force rétroactive... Or la loi Duflot impacte peu la construction neuve, elle interfère surtout avec l'existant. L'hypothèse que l'encadrement des loyers ait une influence sur la construction est idéologique. Il n'y a aucune cohérence à revenir sur la limitation des loyers à Paris, où ils sont déjà exorbitants et où il n'y a pas vraiment d'enjeu de production, parce qu'il n'y a pas la place.

On ne comprend pas bien le projet. On ne comprend pas le cap. Veut-on voir les prix remonter à la hausse ? Veut-on des ménages qui ne peuvent plus payer ? Tout le monde est d'accord sur la nécessité de relancer la construction, mais ces dernières années, avec les mêmes outils fiscaux que ceux prévus par le Premier Ministre, on a construit surtout là où on n'en avait pas forcément besoin. Et cela n'a pas réglé le problème des zones en tensions.

Que pensez-vous des mesures annoncées par Manuel Vals et notamment la possibilité pour un propriétaire de défiscaliser l'achat d'un bien en logeant ses enfants ?

Sous prétexte d'encourager la production, c'est une prime à la thésaurisation. Qui va pouvoir acheter un appartement à ses enfants pour les loger ? Cela va concerner des classes supérieures parisiennes. On encourage de fait la concentration des patrimoines.

Pour lutter contre la chute de la production, le gouvernement opte pour de nouvelles mesures de défiscalisation.

Ce n'est pas ainsi qu'on fera repartir la construction. La défiscalisation est un système qui pousse les prix à la hausse. On risque à terme de faire sortir davantage de ménages du marché, qui n'auront plus la capacité d'acheter. On prend le risque de réduire la capacité d'achat d'une classe moyenne déjà fragilisée.

Ce système nous a justement conduit là où nous sommes. Cela fait 30 ans que l'on voit les effets des défiscalisations. On doit trouver un système qui encourage la production de logement tout en limitant les privilèges de la rente. Ce sont les particuliers qui peuvent relancer la production. Je rappelle qu'en France 56 % des ménages sont propriétaires. Ce sont eux qui font tourner la machine. Ceux-là peuvent flancher si l'on parie sur les seuls investisseurs.

Enfin défiscaliser, a un coût pour la collectivité, puisque ce sont des impôts qui ne rentrent pas. Et est-ce que les allocations logement vont suivrent elles aussi ? Rien n'est moins sûr.

Pour faire baisser les coûts de la construction et sa relance qu'auriez-vous proposé ?

Il y a avait quand même d'autres mesures envisageables. Par exemple, la collectivité peut acheter le sol, ensuite proposer le terrain à la construction, sans le faire payer à un promoteur en échange de son engagement à maintenir des marges raisonnables. On baisse le coût de la construction. Pour l'État, c'est de l'argent simplement immobilisé, à l'inverse de la défiscalisation qui va peser sur la dette. Et on maîtrise l'usage des sols dans la durée.

Pour la réduction des normes qui sont trop coûteuses ?

Ce sont des hypothèses à clarifier. Les normes environnementales coûtent cher au départ, mais sont rapidement assimilées par les constructeurs.
Parmi les normes coûteuses, n'oublions pas qu'une partie sont le fruit de lobbying. Prenez les micro-disjoncteurs dans les cuisines ou encore le nombre de prises imposé pour une cuisine ou selon la taille de la salle à manger. Je serai curieux de voir quelles normes seront touchées. Il ne faut pas que ce soit les normes de salubrité. Mais l'évolution des normes techniques tous les deux ans, n'est effectivement pas nécessaire. On peut aussi s'interroger sur certaines normes du handicap, mal calibrées.

Comment expliquez-vous ce cafouillage sur le logement alors qu'il apparaissait en tête des priorités de la population durant la campagne présidentielle ?

L'équation entre le logement et l'emploi n'a toujours pas été prise en compte. Il y a un tabou en France. Culturellement, on considère que le logement est un sujet avec lequel on doit se débrouiller individuellement. La société a commencé à briser ce tabou. Le système politique est lui toujours enfermé dans ce schéma.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2014 à 5:28 :
tout comme la fondation qu’ il représente et j’ai la plus grande admiration pour ce qu’il fait, son altruisme et son dévouement.
Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec le lien de cause à effet, vu que si on supprime la cause, l’effet est toujours là, comme partout dans les grandes métropoles mondiales (les exceptions sont rares et restent des exceptions !). Alors évidemment, la défiscalisation ne fait pas baisser les prix et contribue très certainement à maintenir l’orientation des prix a la hausse, mais les prix ne sont indécents que dans certains lieux, plutôt au 2eme étage qu’ au rez-de-chaussée et plutôt à Paris, près des bonnes écoles, des transports (effet TGV, métro …), dans les quartiers calmes, verts, et dans les zones denses ou les chances de trouver ET garder ou retrouver un travail sont plus importantes. L’offre et la demande en somme … n’en déplaise aux rêveurs …
Mais il ne faut pas oublier pourquoi ces niches fiscales ont été mises en place : attirer les capitaux pour développer le logement dans ces zones. Parce que beaucoup ne peuvent ou ne veulent pas acheter, et ont besoin de trouver un logement à louer. Et parce que sans ces incitations, qui ne sont que des baisses d’impôts, pas des cadeaux, il se construirait encore moins de logements et la situation qui est déjà très mauvaise serait encore plus catastrophique. Avec ces niches, investir dans l’immobilier, sans perspectives de plus-values et avec tous les frais et problèmes que cela engendre, c’est une assez mauvaise idée, alors l’ épargne ira un peu plus vers l’assurance vie financer la dette d’un état trop gourmand qui n’a même plus la capacité de trouver 20 milliards par an pour construire 250,000 logements pour aider les plus fragiles d’entre nous.
a écrit le 03/09/2014 à 4:26 :
Cette haine de la propriété privée qui transpire de vos postes et qui est si commune en France m’amène à me demande si
1/ vous avez déjà acheté pour louer, histoire de voir, au delà des idées reçues, les vrais couts et problèmes que cela engendre, les impôts que cela implique, avant de dire que c est de l’argent facile … Votre retraite est peut être garantie à 75% de votre dernier salaire a 62 ans, pas moi, et j’ai déjà eu un locataire qui ne payais pas, 2 ans de galère avec les emprunts à payer, les procédures couteuses …
2/ si vous savez vraiment ce que payer des impôts veut dire, combien de mois de salaires vous redonnez tous les ans ? Je redonne 5 mois. Avant que vous ne demandiez …
3/ a quel capital est equivalent votre (future) retraite (pour les non matheux : pension * 50 = capital équivalent, a 2%) ? avant de critiquer ceux qui essaye de se constituer ce capital
Réponse de le 03/09/2014 à 9:25 :
Le logement est un bien rare, comme l'eau. L'Etat pousse à ce qu'un bien rare devienne un instrument de spéculation financière ou un instrument de placement. Ce n'est pas une bonne chose. Les gens souhaitant acheter pour se loger devraient passer avant ceux achetant, et donc faisant monter les prix, pour assurer leur retraite. La fiscalité sur l'immobilier devrait être neutre, c'est à dire la même que sur les autres placements et non nettement plus favorable. Je ne dois pas pouvoir défiscaliser différemment lorsque j'investis dans une entreprise et lorsque j'investis pour louer ou dans ma résidence principale (notamment la fiscalité des plus-values). Avant que nous ne posiez la question, je paie environ 80 000 euros d'impôts par an, j'ai créé mon entreprise seul, je n'ai pas droit au chômage et ma retraite n'est pas assurée.
Réponse de le 03/09/2014 à 10:02 :
Vous êtes un peu hors sujet là, et je vous sens tendu … qu’on achète pour se loger, ou loger quelqu’un d’autre le résultat est le même non ? Pourquoi privilégier ceux qui peuvent/veulent acheter pour eux même au détriment de ceux qui voudraient louer, rendant ainsi le marché de la location encore plus difficile ?
a écrit le 02/09/2014 à 19:58 :
La difficulté pour se loger ou du revenue individuel en général, n’a pas sa solution avec la politique du logement ou avec une politique plus sociale réalisée actuellement par le gouvernement. La solution est à l’opposée. Elle est dans la responsabilité individuelle au sein de la collectivité, plus vous assistez l’individu, plus vous augmentez les coûts, car vous multipliez les intervenants et baissez la productivité. L’intervention de la structure de l’état est toujours un alourdissement des coûts et donc une augmentation des prix. La preuve est que la France est un des pays le plus coûteux pour vivre car nous avons un des états le plus onéreux avec une ponction 57 % du PIB. STOP à l’interventionnisme systématique de l’état. L’état ne crée pas de richesse, mais bien organisé dans ses fonctions régaliennes d’encadrement, il peut la favoriser.
a écrit le 02/09/2014 à 19:24 :
Ce Monsieur nous sert une soupe incompréhensible.
D'un côté, il admet que la construction de logements neufs à Paris est marginale et de l'autre il nous indique que les parisiens vont investir dans des logements neufs pour leurs enfants à Paris ...
Ce Monsieur propose que les collectivités vendent du foncier ... Elles sont là pour préserver nos paysages et territoires, pas pour jouer les agents immobiliers.
58% des français sont propriétaires de leurs logements, il n'y a pas de pénurie réelle de logement. Le fait est qu'il y a besoin de nouveaux logements sociaux pour héberger la croissance exponentielle de populations "nouvelles" dans nos banlieues. Pourquoi ne pas l'écrire et assumer la réalité ?
a écrit le 02/09/2014 à 12:11 :
Notre petit pays sclérosé par les impôts et taxes en tout genre et endetté à hauteur de 90% de son PIB se révolte contre des mesures qui ne sont pas des cadeaux mais un niveau de prélèvement qui tend à quelque chose d'acceptable. Il s'agit juste de baisser les impôts dans un secteur où un travailleur sur 12 en France est employé (BTP) et fort contributeur du PIB. Dès que l'on parle de baisser les impôts en France, quel que soit le secteur, il se trouve toujours une frange "d'économistes" et autres "spécialistes" pour nous expliquer que "c'est pas bien". Il ne s'agit pas de subventions mais de baisses de charges et d'impositions. On y arrivera jamais dans ce pays...
Réponse de le 02/09/2014 à 12:26 :
On y arrive, on y arrive ... Le mur n'est plus très loin ...
Réponse de le 02/09/2014 à 15:43 :
Vous vous sentez peut-être sclérosé mais ce n'est pas le cas de beaucoup de monde qui préfère avancer plutôt que d'écouter sans arrêt les mêmes se plaindre. Sans pouvoir avoir de solution, il est vrai que la montée continue des loyers en France depuis 15 ans donne un vrai problème de compétitivité, car il faut bien que les salaires montent. En Allemagne, les loyers sont restés stables depuis 10 ans.

Mais ceux qui citent l'Allemagne en exemple ne prennent que ce qui les intéresse et oublie tout le reste. (Comme l'impôt sur le revenu qui serait jugé délirant suivant les critères français. Maisil y a moins de TVA et d'impôts indirects)
Réponse de le 02/09/2014 à 16:12 :
@René: heu? Quel rapport avec mon poste?
a écrit le 02/09/2014 à 11:17 :
En effet, la défiscalisation se conclu par un effet énorme d'inflation des prix dans l'immobilier.
c'est incontestable, c'est visible dans les annonces des richissimes agences immobilières et dans le patrimoine des Notaires gavés de pognon.
Réponse de le 02/09/2014 à 11:26 :
belle argumentation ...
a écrit le 02/09/2014 à 10:02 :
autre argument pas present ici: est que c est vraiment une bonne chose d inciter les francais a investir dans l immobilier ??? l argent ne serait il pas plus utile dans l industrie ? Comment rester competitif si se loger en france coute 40 % de plus qu en Allemagne ?

Mais c est vrai que ca va faire mal a baby boomer s il ne peuvent plus vendre au prix fort leur villa. et electoralement, c est tout ce qui importe (les vieux sont nombreux et votent bien plus que les jeunes)
Réponse de le 02/09/2014 à 10:18 :
C’est un des effets pervers des impôts trop élevés, on pousse à prendre un peu de risque mais pas trop. Investissez dans des entreprises, les impôts prennent 65% de vos gains, personne ne vous rend vos pertes, quand on voit le yoyo que peut faire le CAC qui concentre les entreprises les plus stables du pays … alors l’immobilier, même si on peut perdre, c’est sûr, c’est un peu plus sur quand même ..
Réponse de le 02/09/2014 à 11:11 :
"personne ne vous rend vos pertes" : Quand on sauve le marche de l'immobilier en le protégeant contre la baisse des prix à coup de 40 milliards de subvention, on vous protège contre les pertes avec l'argent des autres contribuables.
Quand un investisseur est assez stupide pour acheter 30 mètres carrés à 150 000 euros, qu'il trouve un smicard qui lui loue à 750 euros grâce aux APL, ce sont les contribuables qui payent cette gabegie!
Facile ensuite de dire qu'investir dans les entreprises est plus risqué et que l'immobilier est plus sur. Qu'on coupe les perfusions, qu'on rende obligatoire le respect de la règle du tiers des revenus en présence d'APL et on verra si les studios se louent toujours à plus de 500 euros.
a écrit le 02/09/2014 à 10:01 :
Sinon ils ne monteraient qu’ en France et ils montent encore plus ailleurs …
Je suis expat en Asie, pour le travail, pas les impôts. Je n’ai pas droit à la défiscalisation made in France, ni a la retraite made in France. Mes collègues de tous les coins du monde comme moi-même, nous nous construisons notre retraite en investissant dans des appartements. On mobilise un peu de capacité d’emprunt, et en rentrant dans 10/15 ans tout ou une partie du capital sera payé, et un bout de chemin vers la retraite sera parcouru, en espérant que ça couvrira les pertes de pensions dues à l’ expatriation … Mais entre la CSG a 15.5% et les impôts forfaitaires a 20% pour les non résidant, les rendements a 3.5/4.0% brut, il reste beaucoup à financer tous les mois …
Réponse de le 02/09/2014 à 10:08 :
faux: les prix n ont quasiment pas bouge en RFA pendant 10 ans. la defiscalisation n est pas la seule raison a l envolee des prix. le credit facile est aussi souvent en cause (chine, USA avec les sub primes) mais a partir du moment ou le credit facile ne joue plus (taux d interet au plancher, banque reticentes a preter car sommet de bulle) seul le contribuable avec la subvention peut aider les prix a rester haut. C est d ailleurs une stupidite car tout ou tard les prix vont chuter: les arbres ne montent pas jusqu au ciel et le prix des logements ne peut pas diverger eternellement des revenus de ceux qui habitent dedans. Cerise sur le gateau, en france le marche va etre struturellement baissier d ici 10 ans quand tous les ieux vont devoir payer leur maisons de retraite et qu on ne pourra pas saigner les jeunes pour ca
Réponse de le 02/09/2014 à 11:25 :
maintenant que vous avez cite l'exemption mondiale, vous avez un autre contre exemple ?
L'Allemagne est le seul pays dans ce cas
Réponse de le 02/09/2014 à 16:38 :
les prix n ont pas augmente aussi au japon.
Les prix ont augmente puis se sont aussi effondre dans tous les pays ou l etat n a pas soutenu la bulle immobiliere: espagne, irelande, USA. Meme a londres, c est en train de baisser
Réponse de le 03/09/2014 à 3:52 :
Au Japon c est toujours plus cher qu’en France malgré une certaine stagnation due à la déflation chronique dans ce pays, (l’Allemagne a un profil démographique similaire) en Irlande, aux USA et a Londres les prix remontant depuis plus d’un an et sont de retour au sommets de 2007/2008. En Espagne la bulle n’avait rien a voir avec la défiscalisation.
a écrit le 02/09/2014 à 9:59 :
c est sur que voila un discours qui va agacer la secte des adorateurs du parpaing. Eh oui, defiscaliser ne fait que pousser les prix vers le haut car ce que gagne l acheteur via ses impots est en fait integre dans le prix par le vendeur (tout comme certains proposent des ppart a louer aux etudiants en indiquant non pas le loyer mais ce qu il reste a payer une fois l APL deduit ...)
Réponse de le 02/09/2014 à 14:34 :
Tout à fait exact (nombreuses preuves à l'appui)
Et en fin de compte, c'est l'Etat (le contribuable) qui trinque car il paie le prix majoré du bien immobilier.
a écrit le 02/09/2014 à 9:31 :
Arrêtons de mettre tout le monde dans le même sac : Soutenons les investisseurs institutionnels dans un cadre clair, soutenons les investisseurs particuliers mais aidons les à louer "juste" c'est à dire sans discrimination, à un prix abordable par les ménages et avec la GUL pour sécuriser de part et d'autre l'échange de service logement contre loyer. Mais arrêtons de favoriser des investisseurs sans scrupules qui louent sans respect des locataires des logements non décents, inchauffables ou qui ne veulent que des classes supérieures car tous les ménages ont droit à un logement.
a écrit le 02/09/2014 à 9:02 :
"Enfin défiscaliser, a un coût pour la collectivité, puisque ce sont des impôts qui ne rentrent pas". FAUX. En achetant en défisc nous paierons dans un 1er temps les frais de notaires dont 75% sont reversés à l'ETAT. Ensuite nous paierons comme tout le monde la taxe d'habitation. Et ensuite nous paierons en plus la taxe foncière contrairement à un locataire. ALORS ? les impôts ne rentrent pas ?
Réponse de le 02/09/2014 à 9:13 :
Les défiscalisations rendent tout juste les prélèvements supportables, c’est loin d être un cadeau, et ça ne les réduit pas à 0 loin de la …
Réponse de le 02/09/2014 à 9:40 :
Les rentiers et les héritiers doivent contribuer justement à l'effort national,
dans ces conditions,
il n'y a aucune bonne raison pour annuler leurs imposition par des défiscalisations ;
Au contraire,
il convient de remettre sur le marché tous les locaux vacants en taxant les locaux, bureaux, appartements, usines, tous les vacants,
le meilleur moyen de les remettre sur le marché,
c'est de les taxer lourdement.
Bénéfice supplémentaire,
cela évitera de gaspiller des terrains et de les laisser à l'agriculture pour produire des aliments français pour les générations futures.
Réponse de le 02/09/2014 à 10:07 :
Vous pouvez les décrire ? c’est un pur fantasme, la plupart des investisseurs, et en tout cas tous ceux qui bénéficient des niches fiscales sont des particuliers (condition nécessaire) qui investissent (2eme condition nécessaire la plupart du temps … ) pour améliorer leur retraite parce que l’état n’assure pas de ce cote la et a fait des promesses qu’il ne tiendra pas … Les rentiers, que vous haïssez tant, qui auraient hérité de parcs d’appartements innombrables, ne peuvent pas bénéficier de bcp de niches ... Elles n’ont pas été faites pour eux ... Vous devez parler sans savoir, je suppose que vous n’avez jamais fait d’investissement locatif n’est ce pas ?
Réponse de le 02/09/2014 à 11:05 :
Les locataires du parc privé qui larguent le tiers de leurs revenus pour se loger sont les mêmes qui cotisent pour des pensions de retraite dépassant leurs revenus.
"Les rentiers, que vous haïssez tant, qui auraient hérité de parcs d’appartements innombrables, ne peuvent pas bénéficier de bcp de niches ..." : Ha bon? Même le zéro euro de frais de succession pour 150 000 euros par enfant tous les 10 ans? Ce sont peut-être les fils de prolos qui héritent de la capacité d'emprunt d'un jeune ingénieur sur 15 ans tous les 10 ans?
Réponse de le 03/09/2014 à 10:28 :
Nous sommes tous égaux donc nous devrions tous débuter dans la vie dans le plus simple appareil, quoi qu’ est pu faire nos parents comme efforts toute leur vie pour épargner pour les coups dur, qui arrivent, et que nous vivons en ce moment, mais il faudrait s’en remettre à l’ Etat et seulement à l’ Etat pour nous aider en cas de problème … Donc il est légitime, selon cette « morale » de taxer les transmission et successions a des taux confiscatoires …
J’ai bien tout compris ?
Réponse de le 03/09/2014 à 10:46 :
C’est d’autant plus vrai que tous les riches le sont forcement devenus en spoliant les masses laborieuses, ce qui justifie d’autant plus la confiscation …
Pas sûr qu’on puisse discuter sereinement vous et moi …
Réponse de le 15/09/2014 à 22:40 :
homme humaniste, collectiviste et crypto communiste, qui n'a jamais travaillé dans une entreprise, n'a jamais investi, et n'a sans doute pas une formation juridique. En ironsiant je dirait qu'il pourrait demander à ses petits camarades futurs chômeurs à l'assemblée nationale, d'extirper du code Civile via une loi ad hoc l'ensemble des articles ayant trait à "de la propriété des biens".
a écrit le 02/09/2014 à 9:01 :
Sans défiscalisation, l’investissement immobilier, beaucoup trop taxé comme tous les investissements en France ne sont pas rentables. C’est le seul investissent que l’on peut faire a crédit quand on a un patrimoine normal. Les incitations fiscales permettent de limiter un peu la casse des effets pervers d’une fiscalité désastreuse. Maintenant, rendez l’immobilier moins attractif, ce sont les mal-logés qui en pâtissent. Il serait plus malin de baisser la fiscalité sur l’investissent pour le rendre à nouveau attractif. Investir en immobilier aujourd’hui, avec un rendement brut de moins de 4%, aucune espérance de plus-value dans les 10 ans, le risque (tous les investisseurs y ont été confronté) d’avoir un locataire indélicat, qui dégrade ou ne paye pas, c’est beaucoup de travail, de problèmes, de frais pour redonner l’essentiel des profits éventuels au fisc … En cas de souci, les pertes sont bien pour vous en revanche … il est ou l’intérêt ?
Réponse de le 02/09/2014 à 10:03 :
si l immobilier ne rapporte rien sans carotte fiscale, c est bien qu il est surrevalue !

Sinon l immobilier n est pas tant taxe que ca. Allez voir en suisse par ex et vous allez comprendre que la france est un paradis fiscal pour les adorateurs du parpaing
Réponse de le 02/09/2014 à 13:19 :
prendre la suisse en exemple pour la comparer à la france, c'est idiot. En effet, les impôts locaux en suisse sont élevés, mais contrebalancé par des prélèvements sociaux sans commune mesures avec la france. En fait j'ai remarqué qu'ne Suisse, on ne paye ses impôt qu'une seule fois.
Réponse de le 02/09/2014 à 16:42 :
les impots suisse sont surtout concentre sur la commune te le canton mais si vous ets proprietaire, vous allez payer bien plus qu en france car on vous ajoute a vos revenus un "loyer fictif".
J avais pris la suisse car c est un pays repute pour taxer moins et river le clou a tous les francais qui gemissent que l immobilier est trop taxe. L immobilier en france est assez peu taxe par rapport au reste (abattement sur l ISF, pas de plus value sur la residence principale, impot foncier ridicule par rapport a ce qu on paierai ailleurs ...)
Réponse de le 03/09/2014 à 10:40 :
ne rapportent rien ... a 3 mois la France emprunte a 0 ... c'est surevalue ?
a écrit le 02/09/2014 à 8:50 :
On sait tous que nos futures retraites vont baisser et que nous ne partirons plus qu’avec au mieux 50% de notre salaire, souvent moins, donc on nous encourage a nous constituer des economies pour compenser. Investir dans l’immobilier est sans doute le plus naturel et le plus facile, dans la mesure ou on peut investir a credit, et que pour la plupart d’entre nous, c’est un investissement qui nous est familier, contrairement aux produits financiers plus abstraits, alors une fois sa residence principale payee, on replonge dans un credit, cette fois comme investisseur … Mais on devient immediatement un “profiteur” qu’il convient de punir aux yeux de beaucoup, avec notre “investissement paye” par le locataire …
Pour memoire, il y a beaucoup de gens qui choississent d’etre locataire, et sont pret a payer un loyer contre le service rendu : Les jeunes qui attendant d’economiser pour acheter, les personnes qui envisagent ou redoutent une mutation professionelle, les etudiants, les retraites qui veulent (re)venir en appartement en ville après avoir revendu leur maison et ne veulent pas acheter a nouveau pour ne pas se compliquer la vie, ceux qui ne veulent pas, ou ne peuvent pas s’engager sur 15-20 ans … et evidement ceux qui souhaiteraient, mais ne peuvent pas acheter, pour diverses raisons mais souvent financieres il est vrai.
La demagogie qui consiste a dire que tout le monde devrait pouvoir devenir proprietaire revient a preter a des foyers qui ne pourons pas rembourser, et ca fini comme les subprimes, en pertes pour les banques et institutions financieres, et en drames humains pour les personnes expulses, saisies. ..
La demagogie qui consiste a dire que les investisseurs sont des profiteurs conduit a taxer toujours plus ces investissements : ISF, CSG, IR, impots fonciers rendent ce placement non rentables sans niche fiscale ou espoir de plus-value, et cet espoir a disparu ...
On nous dit de preparer notre retraite, mais quand on le fait on nous reproche d’etre des profiteurs, et les impots rendent tout cela tres difficile financierement … le retour a peu de bon sens et de moderation nous ferai le plus grand bien …
a écrit le 02/09/2014 à 8:46 :
Oui c'est un fait, la défiscalisation est ruineuse pour l'Etat, de surcroît la défiscalisation est très très contre-produictive ;
En revanche
la taxation lourde de tous les locaux vacants pousserait les propriétaires spéculatifs héritiers et rentiers divers et variés à rénover et soit à louer soit à vendre,
ce qui aurait pour effet automatique de mettre sur le marché des volumes considérables de biens inertes depuis des années
1) de donner immédiatement du travail aux artisans et entreprises du bâtiment et travaux publics
2 de générer des investissements en rénovations et donc des recettes de TVA pour l'Etat
3) de créer des recettes fiscales énormes et immédiates, excellentes pour les finances publiques
4) de faire baisser les prix de ventes de l'immobilier
5) de faire baisser les prix des loyers
Voilà des taxes lourdes immédiates sur tout l'immobilier vacant bien ciblées n'ont que des vertus
Réponse de le 02/09/2014 à 9:11 :
Confisquer ne peut pas être la solution quand les taxes sont déjà le problème. Le problème ne vient pas de l’euro, ou des méchants investisseurs, les prix ont exploses dans le monde entier, regardez NY, Bombay, Sydney, ils n’ont pas l’euro … La solution c’est de construire plus, et pour ça il faut des capitaux, oh le vilain mot, et des investisseurs, encore un vilain mot …
a écrit le 02/09/2014 à 7:20 :
Voilà un beau discours de gauche... qui n'explique pas pourquoi l'état n'a-t-il pas construit les 200.000 logements manquants pour atteindre l'objectif qu'il a lui même fixé ?

Pas facile d'admettre que lorsque la gauche est au pouvoir, elle n'est pas capable de faire ce à quoi elle s'est engagée. La gauche a toujours tenu un discours protestataire, ce qui est difficile quand elle est au pouvoir...
Alors il faut trouver des boucs-émissaires puisqu'elle est incapable de se remettre en cause.
La gauche n'est plus qu'un lobby arque-bouté sur la sauvegarde du nombre de fonctionnaires et leur statut. Malheureusement, elle ne sera plus au pouvoir quand la dette explosera et qu'il faudra faire comme la Grèce : diviser par deux le salaire et les retraites des fonctionnaires. Et la gauche pourra reprendre sa fonction naturelle : protester...
a écrit le 02/09/2014 à 0:46 :
Ils ont bloqué le marché en ne tapant pas assez fort pour faire baisser les prix :
- APL = baisse d'autorité des loyers à 1/3 des revenus (maximum entre la signature du bail et la dernière déclaration)
- Suppression de toutes les subventions
- Obligation de louer ou vendre (fiscalité sévère sur les ruines, les terrains constructibles, etc.)
- "Modularisation" des normes (isolation et sécurité en obligatoire, accessibilité en proportionnel, le reste dans des options de confort optionnel pour garer le vélo, pour avoir internet par cable dans les chambres, etc.)
Au lieu de taper plus fort, ils reprennent les méthodes de la droite : Souffler dans la bulle (en espérant qu'elle pète dans les pattes de la prochaine majorité?).
Le prix du logement n'est pas tant que le problème que ce que ça induit sur l'économie :
- On va continuer à épargner comme des malades quand on gagne bien notre vie et qu'on est locataire pour sortir de l'impasse.
- De nombreux salariés vont refuser l'emploi là où ils se trouvent
- L'argent continuera d'être transférer dans les poches des retraités aisés (capable de se barrer au Maroc ou au Portugal pour consommer)
En bref : La croissance n'est pas prête de revenir.
Réponse de le 02/09/2014 à 10:09 :
oui mais les retraités ca votent. donc il vaut mieux sacrifier les jeuens (peu nombreux et qui votent peu) Evidement a terme c est suicidaire mais quel politicien se preoccupe de l avenir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :