Printemps de Pérouges : l’âme sœurs

 |   |  1822  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Festival de musique confidentiel au démarrage, le Printemps de Pérouges a acquis, en 21 éditions, ses lettres de noblesse, attirant chaque année 50 000 spectateurs séduits par sa programmation hétéroclite et son "esprit" atypique. Une ascension progressive, fruit de l’engagement inaltérable de sa fondatrice Marie Rigaud, mais qui ne serait rien sans la contribution de ses deux sœurs, Anne-Lise et Elsa. Sacré trio qui imprime une âme singulière à l’événement, qui court jusqu'au 5 juillet prochain.

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Elles se taquinent, se chamaillent, se contredisent, parfois jusqu'au clash... Mais sans le soutien de ses deux sœurs, Marie Rigaud ne serait pas parvenue à faire du Printemps de Pérouges (jusqu'au 5 juillet) ce qu'il est aujourd'hui.

L'aînée des sœurs Rigaud admet volontiers son tempérament direct, indépendant et la difficulté à manager qui en découle. Travailler en famille apparaissait donc comme une évidence pour celle qui dirige le festival depuis 22 ans.

"L'avantage c'est que l'on peut tout se dire, pas besoin de prendre des gants", reconnaît Marie. "Et on s'en dit beaucoup !", renchérit sa jeune sœur Elsa. Quand l'événement a commencé à se développer il y a 15 ans, Anne-Lise, la cadette, décide d'épauler Marie.

Soeurs Rigaud

De gauche à droite : Marie, Elsa et Anne-Lise Rigaud (crédit Laurent Cerino/ADE)

D'abord bénévole, elle devient salariée au bout d'un an comme directrice administrative : "Anne-Lise occupe un poste clé pour assurer toute la gestion du quotidien", résume Marie. Elsa, la benjamine, les rejoint en 2008. L'ingénieure commerciale en biologie, lassée par son travail,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :