Culture : quel financement demain ?

 |   |  538  mots
(Crédits : DR)
Alors que le financement des institutions culturelles est en pleine évolution, les acteurs doivent trouver de nouvelles ressources, impliquant parfois un profond virage de leur modèle économique.

La baisse des subventions publiques favorisera-t-elle l'émergence de nouveaux modèles de financement ? « Ce sont surtout les plus gros festivals qui parviennent à se diversifier comme Jazz à Vienne, les Nuits de Fourvière ou le festival de La Chaise-Dieu », constate Catherine de Kersauson, présidente de la chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes (elle a depuis rejoint la Cour des comptes à Paris), qui recommande plutôt de trouver une forme d'« équilibre ». Les Musiciens du Louvre ont ainsi mis sur pied un club de mécènes d'une dizaine d'entreprises, mais ces ressources se développent uniquement grâce à un cercle vertueux, la présence du public rassurant le privé. « Ce n'est pas parce que le public disparaît que le privé va compenser », met en garde sa secrétaire générale, Stéphène Jourdain.

Nouveaux modèles

La MC2 de Grenoble, qui a lancé dès 2004 son club d'entreprises, parvient à générer 160 000 euros par ce biais « mais ne peut pas remplacer le financement public », soutient Jean-Paul Angot, son directeur. « Il n'existe pas de recette unique, mais plusieurs possibilités, comme offrir des produits dérivés, s'ouvrir à de nouvelles sources de financements privés,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :