Auvergne-Rhône-Alpes compte toujours plusieurs métropoles attractives

 |   |  443  mots
Lyon : première des métropoles françaises attractives
Lyon : première des métropoles françaises attractives (Crédits : S.Borg)
Pour la troisième année consécutive, Lyon et Grenoble trustent les classements des métropoles françaises attractives. Surprise de l'édition 2018, Valence confirme sa position dans le baromètre 2019 du cabinet Arthur Loyd.

La région Auvergne-Rhône-Alpes se révèle, au fil du temps, de plus en plus attractive. Pour la troisième année consécutive, elle regroupe de nombreuses métropoles dynamiques, selon le baromètre 2019 de l'attractivité du cabinet Arthur Loyd.

Lyon toujours en tête

Pour la troisième année consécutive, Lyon se classe première de la catégorie "très grande métropole(plus d'un million d'habitants) devant Toulouse et Bordeaux. L'agglomération lyonnaise peut compter sur le dynamisme de son immobilier tertiaire, la capacité d'accueil des entreprises, et leur propension à créer des emplois (20 700 en 2018).

"Lyon cumule les atouts face à ses concurrentes et incarne sans doute le mieux l'essor économique des grandes capitales régionales. Elle bénéficie aujourd'hui de la convergence du capital humain, de l'innovation, des entreprises, du développement d'aménités urbaines et d'une amélioration constante de son offre de transports en commun", analyse Cevan Torossian, directeur du département Études & Recherche d'Arthur Loyd dans un communiqué.

Néanmoins l'augmentation significative du coût élevé du logement et un cadre environnemental "perfectible(l'étude note un retrait des surfaces de forêts et milieux semi-naturels) entachent ce tableau idyllique.

"Cela pourrait à terme peser sur l'attractivité de l'aire urbaine lyonnaise auprès des populations", note l'étude.

Valence, agglomération moyenne la plus attractive

Révélation du baromètre 2018, Valence confirme la tendance et se positionne encore comme la première agglomération de taille moyenne de Française, devant Niort et Chalon-sur-Saône qui intègre ce top 3.

C'est encore l'activité soutenue de son immobilier tertiaire - 18 000 m2 de bureaux placés en 2018 - et la connectivité (dynamisme démographique, présence de talents, innovation, nouvelles technologies, ouverture à l'international, infrastructures de transports nationales) qui font l'attractivité de l'agglomération drômoise.

"Valence est par ailleurs très bien reliée aux infrastructures de transport ferroviaire et bénéficie de sa position privilégiée sur l'axe rhodanien, ce qui lui confère un rayonnement national et européen", indique l'étude.

Grenoble sur la troisième place du podium

Comme Lyon, Grenoble conserve, pour la troisième année consécutive, sa troisième place de "grande métropole la plus attractive de France". Elle compte toujours sur son fort potentiel d'innovation et de recherche, concentre de nombreux emplois et profite d'un cadre de vie agréable.

Néanmoins, il lui reste des "efforts à faire en matière de mobilité". Le baromètre relève son relatif enclavement vis-à-vis des autres métropoles et de Paris et l'engorgement régulier des routes de l'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :