Ouverture de la Cité de la gastronomie : 300 000 visiteurs attendus chaque année

 |   |  462  mots
(Crédits : Léa Meyer)
La Cité internationale de la gastronomie de Lyon ouvre, ce samedi 19 octobre, dans le Grand Hôtel-Dieu de Lyon. Ce lieu unique en France se veut comme un espace de partage autour de la gastronomie française.

Cet espace de 4 000 m2 recevait jusqu'en 2007 des patients de l'Hôtel-Dieu de Lyon, c'est désormais la première cité de la gastronomie de France. Florent Bonnetain, son directeur, a pour ambition de recevoir 300 000 visiteurs par an avec un budget de fonctionnement estimé entre 5 et 6 millions d'euros.

Ce lieu convivial se veut accessible au plus grand nombre, pour cela, la Métropole de Lyon a annoncé un tarif à 12 euros comme prix d'entrée (avec plusieurs réductions possibles) et de 24 euros pour déguster les mets des chefs étoilés invité en résidence à l'Hôtel-Dieu.

Les invités toqués et étoilés se succéderons autour d'un thème alliant santé et gastronomie. Les visiteurs pourront découvrir ce lieu chargé d'histoire, faisant le lien entre alimentation et santé. Certaines salles de l'ancien hôpital ont été conservées et entièrement rénovée comme l'apothicairerie qui a fait sa renommée mondiale.

10, 4 millions d'euros de mécénats

Le piano de cuisson du chef Paul Bocuse trône notamment au milieu de la salle d'exposition conçu par le Musée des Confluences, Casson Mann et Magma Cultura. Quelques mètres plus loin, le majestueux Dôme des quartes rangs, datant de 1622 surplombe la salle à 32 mètres de hauteurs.

Ce projet aura coûté 20 millions d'euros et aura été financé grâce à des fonds publics (3 millions d'euros par la Métropole, 2 millions d'euros par la Ville de Lyon et 1 million par l'Etat) mais également grâce à 11 mécènes qui ont contribué à hauteur de 10,4 millions d'euros (Seb, Institut BocuseDentressangle, Crédit Agricole centre-Est, Valrhona...) soit la moitié du financement.

Magma Cultura, le spécialiste espagnol de la gestion et de la médiation culturelle a également financé le projet à hauteur de 2,5 millions d'euros. Entre la billetterie, les partenariats et la dégustation, la cité espère être à 100 % autofinancée.

Il faudra tout de même s'acquitter de 250 000 euros annuellement pour occuper ce lieu classé aux Monuments historiques.

" Nos partenaires nous apportent leur financement, mais aussi leur expertise. Nous souhaitons toucher des professionnels et des particuliers. Les expositions permettent au public de découvrir la richesse de la gastronomie française " souligne Florent Bonnetain.

Dégustation et espace pédagogique

L'un des objectifs de la Cité est de promouvoir la gastronomie française, mais cet espace est également pensé comme un lieu de partage de connaissance et de savoir-faire de chef restaurateurs, sommeliers et maître d'hôtel régionaux.

Le bâtiment entièrement repensé, abrite notamment un espace pédagogique pour éveiller les sens et éduquer les palais mais c'est également un espace musée, pensé comme un lieux de vie, pour notamment profiter de la venue de chefs étoilés en résidence créative.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :