Pourquoi la montagne doit parler autrement aux jeunes

 |   |  424  mots
(Crédits : Domaine public)
Les moins de 30 ans représentent un gisement de fréquentation touristique pour la montagne française… Encore faudrait-il que les acteurs touristiques apprennent à parler leur langage, suggère une étude sur l’attractivité des massifs.

La stagnation de la fréquentation des stations de sports d'hiver, conjuguée au réchauffement climatique menaçant l'or blanc, sera-t-elle contrebalancée par le développement du tourisme estival ?

La question ressort souvent quand l'avenir du tourisme de montagne est évoqué. Le développement de la pratique montagnarde par les jeunes est aussi fréquemment évoquée parmi les pistes de réponse.

Lire aussi : Tourisme : Comment les acteurs de la montagne se renouvellent

Pour cela, les acteurs touristiques de la montagne gagneraient à faire évoluer leur manière de s'adresser aux 18-30 ans, révèle une étude de l'agence Poprock menée pour le compte de Savoie Mont Blanc Tourisme (SMBT) et de l'UCPA.

Changer de langage

Les moins de 30 ans ne parlent pas de "vacances", mais plutôt de "trip, sortie, break, expérience", précise l'étude menée au travers d'échanges sur Internet et d'entretiens individuels. Et la notion de "saisons" ne parle pas à cette génération qui privilégie le "tout, tout le temps, partout".

La randonnée illustre bien cette évolution : le terme fait peu sens auprès des 18-30 ans... alors que le bivouac et le feu de camp leur parlent immédiatement.

L'image attirante pour cette génération est à la fois celle de l'aventure, surtout auprès des jeunes hommes, et celle de la nature préservée, essentiellement pour les jeunes femmes. Quand on leur parle de la montagne, tous pensent d'abord aux paysages qu'elle offre, aux randonnées qu'ils pourraient y faire, aux chalets d'altitude, aux lacs et aux rivières.

Un potentiel d'attractivité

47% des estivants en Savoie et en Haute-Savoie sont âgés de plus de 50 ans, précise SMBT. Mais seuls 19% des 18-30 ans disent se rendre en montagne chaque année au printemps ou en été. 37% disent y être déjà allés deux ou trois fois dans leur vie. Et seuls 2% d'entre eux disent avoir prévu de s'y rendre.

Pour les convaincre, les acteurs du tourisme de montagne savent à quoi s'en tenir, conclut l'étude. Si le ski demeure prédominant parmi les activités les plus cools et les plus pratiquées, d'autres font figure de gisements d'opportunités pour les acteurs touristiques de la montagne.

Ainsi, le canoë-kayak est la deuxième activité la plus sympa pour les 18-30 ans... mais il n'est que la 9e activité réellement pratiquée. Le constat est identique pour le canyoning, qui figure en quatrième position, mais la 15e en termes de pratique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2019 à 10:09 :
"Ainsi, le canoë-kayak est la deuxième activité la plus sympa pour les 18-30 ans... mais il n'est que la 9e activité réellement pratiquée. Le constat est identique pour le canyoning, qui figure en quatrième position, mais la 15e en termes de pratique."

Hé les gars vous avez vu le prix de ces activités ? -_-

La montgolfière tout le monde en a envie aussi hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :