Claude Barbin (président CCI 63) : "Lyon doit absolument regarder vers l'Auvergne"

 |   |  1002  mots
(Crédits : Sonia Reyne/ADE)
Élu sous la bannière CPME avec 25 voix contre 22, l'assureur Clermontois Claude Barbin préside la CCI du Puy-de-Dôme depuis plus d'une année. L’occasion de dresser un bilan et une feuille de route pour un président qui entend faire de l'Auvergne un acteur fort de la Région.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Lors de cette année de mandat, vous avez beaucoup œuvré pour une union entre les organisations syndicales patronales, qu'en est-il aujourd'hui dans le département ?

CLAUDE BARBIN. Le candidat Philippe Fouet (entreprise Lacour, à Peschadoires) s'était présenté aux élections pour le Medef et moi même pour la CPME. J'ai envie de dire qu'assez classiquement, une fois les élections passées, nous avons repris nos bonnes habitudes : travailler mains dans la main. Je dois d'ailleurs reconnaître qu'au niveau de la CCI Auvergne-Rhône-Alpes, Philippe Guerand insuffle le même esprit. Que nous ayons été deux candidats pour cette élection témoigne de l'intérêt du challenge à relever. Aujourd'hui, Philippe Fouet est présent au bureau, président la délégation d'Ambert-Thiers. Serge Courriol préside la délégation d'Issoire. Je me suis fixé comme feuille de route de rencontrer tous les mois les présidents de la CGPME et du Medef afin d'évoquer avec eux les dossier actuels, comme celui de la ligne Paris-Clermont-Ferrand-Paris qui nous préoccupe particulièrement. J'ai la chance de présider la commission des conflits d'intérêt à CCI France, c'est une position...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :