COP 21 : La ville, une cause commune

 |   |  1570  mots
(Crédits : Fotolia)
Échanges de services basés sur le temps et non l'argent, habitats groupés ou coopératifs, jardins partagés, fablabs citoyens, monnaies locales, boîtes d'échanges d'objets entre voisins, tiers lieux, gestion collective des ressources et de l'énergie, etc. Autant d'initiatives construites et gérées en commun qui connaissent un regain d'intérêts auprès des adeptes d'une autre façon de vivre la ville. À tel point que les communs pourraient bien, à terme, transformer durablement l'espace urbain.

Le Temps des communs, festival francophone des communs auto-organisé et autogéré, accompagné par l'association Vecam, programmait, en octobre, 250 événements dans cinq pays francophones. Après Brest la pionnière, Lyon (et la région Rhône-Alpes) fait partie des villes françaises les plus actives en la matière, dans un pays légèrement en retrait sur la question.

Il faut se tourner vers le nord de l'Europe, la Suisse, l'Espagne (et notamment Barcelone) ou l'Italie, « un pays avec un rapport au territoire différent, où la ville dispose d'un fort impact », souligne Claire Brossaud, sociologue et chercheuse au laboratoire EVS-LAURE (Lyon Architecture Urbanisme Recherche) et membre du comité d'organisation du festival, pour trouver des initiatives avancées et abouties en la matière.

Si la multiplication des initiatives locales démontre un regain d'intérêt, la notion de communs ne date pas d'hier. Ils désignent traditionnellement l'eau, l'air et les ressources naturelles, trouvent leurs fondements dans les sociétés agricoles et rurales, où la gestion des espaces communaux était régie par les droits coutumiers.

« L'émergence des communs est apparue avec les mouvements écologiques et altermondialistes en Amérique Latine, aux États-Unis et en Italie. La crise climatique, l'appropriation des terres et des ressources par quelques individus ont favorisé la propagation du phénomène », explique Christian Laval, sociologue, professeur à l'université Paris Ouest Nanterre et co-auteur, avec le philosophe Pierre Dardot, de nombreux ouvrages, parmi lesquels Commun, Essai sur la révolution au XXIe siècle (Éd. La Découverte, 2014).

Irruption du numérique

« Ces nouvelles pratiques collaboratives, inventives et structurées se sont accélérées avec l'arrivée du numérique », poursuit Christian Laval.

L'avènement de l'ère digitale a donné un nouvel élan aux communs, les acteurs du secteur prônant le format ouvert de la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :