A Saint-Etienne, l'immobilier de bureaux continue de souffrir

 |   |  289  mots
Depuis son lancement ambitieux en 2009, le parc Métrotech n'a que peu séduit (crédit photo Grégory Brandel).
Depuis son lancement ambitieux en 2009, le parc Métrotech n'a que peu séduit (crédit photo Grégory Brandel). (Crédits : Grégory Brandel)
Jamais le nombre de mètre carrés de bureaux disponibles n'a été aussi important à Saint-Etienne et dans toute l'agglomération. Mais la capacité d'absorption du marché est quasi nulle.

« Nous n'allons pas faire preuve d'un optimisme béat », annonce d'emblée Bertrand Serre, directeur associé de Git immobilier. Dans son étude annuelle, le spécialiste de l'immobilier d'entreprises dresse en effet un tableau peu enthousiasmant du marché de bureaux stéphanois.

Au Sud de la Loire, l'immobilier tertiaire se caractérise par une offre pléthorique. « Jamais le nombre de mètre carrés de bureaux disponibles n'a été aussi important à Saint-Etienne et dans toute l'agglomération », souligne l'étude de Git immobilier. Le territoire de Saint-Etienne métropole concentre à lui seul 58 600 m2 de bureaux disponibles, soit près de 90 % de l'offre du Sud ligérien.

Marché atone

L'offre neuve déjà livrée représente près de 45 % de l'offre globale. On la retrouve essentiellement dans le nouveau quartier d'affaires de Châteaucreux, autour de la gare TGV, où certains programmes peinent à trouver preneur (Luminis, White carbon...). Actuellement, les trois principaux immeubles neufs livrés à Châteaucreux proposent encore plus de 10 000 m2 disponibles. L'offre neuve est également disponible au Nord de Saint-Etienne et sur le « Green parc tertiaire » de Métrotech (Saint-Jean-Bonnefonds). Ce dernier site, initialement dédié aux entreprises technologiques, n'a que peu séduit depuis son ambitieux lancement en 2009.

Face à cette suroffre de bureaux -qui devrait encore s'accroître de 18 500 m2 dans les prochains mois-, la demande placée est en fort recul depuis deux ans. « Nous avons retrouvé le niveau de commercialisation des années 1995-2000, époque où le marché était atone », s'inquiète Bertrand Serre. Selon Git immobiler : «  si l'agglomération stéphanoise veut continuer à attirer des investisseurs et des promoteurs, elle a besoin de les rassurer sur sa capacité à réguler cette offre et à favoriser la commercialisation des offres adaptées existantes ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 8:59 :
Cette étude est amusante venant d'une agence dont la principale activité est le jeu des chaises musicales (où au passage ils touchent des commissions de recherche de locataire substantielle).
Qu'y a-t-il d'étonnant dans cette étude ? On construit à tout va sans faire d'étude préalable et on casse un marché déjà en crise.
On peut faire la même étude sur le marché des appartements où le contat est le même sauf que le trouble-fête sont les offices d'HLM (et ils sont nombreux à St Etienne).
En bref il n'est pas bon être un propriétaire bailleur particulier à St Etienne. Vous remarquerez que je n'ai pas mentionné le poids des taxes foncières sui s'exercent même sur les locaux vacants.
Réponse de le 24/06/2014 à 21:16 :
Tout à fait d'accord avec cette analyse
a écrit le 10/06/2014 à 8:54 :
Je partage complètement l'opinion de Jacques. Si on veut attirer des entreprises, il faut se désenclaver. Or n'ayant ni aéroport digne de ce nom, ni liaison rail rapide, nous ne sommes pas en mesure d'étre suffisament attractif. Je ne parlerai pas d'une voie dite rapide où la vitesse est réduite à 90 km/h... Néanmoins les promoteurs et autres politiques ont construit à outrance des m² dans une ville qui avait déjà une offre suffisante.
a écrit le 07/06/2014 à 21:20 :
Je serais curieux de connaitre les études de marché qui ont pu conduire à une production aussi hasardeuse... Je constate également que la vacance est quasi nulle dans le quartier de la part dieu à Lyon. Il y a un sérieux problème quelque part. Réduire la durée du trajet en train entre les deux villes à 30 mn devrait être une priorité absolue mais étrangement, cela ne semble pas être a l'ordre du jour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :