Friche Jourdan : pourquoi le projet de la marque de jeans 1083 est enterré

 |  | 1263 mots
Lecture 7 min.
Le projet de réhabilitation de la friche Jourdan nourri par la marque drômoise 1083, qui consistait à créer un pôle autour du Made In France de 3.000 m2 est définitivement enterré, sur fonds de polémiques.
Le projet de réhabilitation de la friche Jourdan nourri par la marque drômoise 1083, qui consistait à créer un pôle autour du Made In France de 3.000 m2 est définitivement enterré, sur fonds de polémiques. (Crédits : Totem Architecture)
DECRYPTAGE. En plein déploiement du plan France Relance, il est un dossier situé dans la Drôme qui pourrait porter matière à réflexion...En lieu et place de l'ancienne friche du chausseur Jourdan, à Romans-sur-Isère (Drôme), la marque de jeans et chaussures 1083, voulait faire faire revivre un pôle autour du Made In France de 3.000 m2. Le projet vient d'être définitivement enterré, sur fonds de polémiques.

Il était ambitieux et ô combien symbolique ce projet de l'entreprise drômoise 1083. Le fabricant de jeans français planchait sur la reprise de l'ancienne usine Charles Jourdan, devenue friche en perdition depuis la fracassante liquidation judiciaire en 2007 du célèbre chausseur. Celui-ci avait employé, au sommet de sa gloire dans les années 70, plus de 2.000 personnes sur les territoires drômois et ardéchois.

Thomas Huriez, fondateur de 1083 (un chiffre représentant le nombre de kilomètres entre les deux points les plus éloignés de la France métropolitaine), avait imaginé un projet à 10 millions d'euros pour redonner vie à cet espace de plus de 6.000m². Son projet avait même emporté l'appel à candidatures en 2016, arrachant le morceau à son compétiteur Domitys, qui souhaitait y construire une résidence pour séniors.

Ce "Cube 1083" devait ainsi mêler tourisme industriel, production, création et commerces. Au total, 3.000m² devaient ainsi être mis à disposition d'autres marques de mode françaises, engagées elles aussi dans une démarche Made in France. Le tout à quelques encablures du musée de la chaussure et de Marques Avenues. Selon 1083, des marques comme Saint James, le Slip Français ou Revol, égéries du Made in France auraient confirmé leur intérêt pour le projet.

Mais ce projet ne verra finalement pas le jour. En tout cas, pas sur la Friche Jourdan. Après quatre ans de démarches administratives et d'études diverses, il vient d'être définitivement enterré. La communauté d'agglomération Valence Romans...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :