Régie publique de l’eau : à Lyon, le baptême du feu d’une promesse de campagne

 |  | 1015 mots
Lecture 6 min.
Le passage en régie publique de la gestion de l'eau, nourri par le nouvel exécutif métropolitain, induirait la reprise des quelques 280 salariés jusqu'ici employés par Veolia, ainsi que la reprise en main d'un méga-contrat de DSP, qui s'élevait jusqu'ici à 90 millions par an.
Le passage en régie publique de la gestion de l'eau, nourri par le nouvel exécutif métropolitain, induirait la reprise des quelques 280 salariés jusqu'ici employés par Veolia, ainsi que la reprise en main d'un méga-contrat de DSP, qui s'élevait jusqu'ici à 90 millions par an. (Crédits : Pixabay / CC)
LES ENJEUX. C’est un dossier à la fois emblématique et politique qui était mis, ce lundi après-midi, sur la table du Grand Lyon. Promesse de campagne du président écologiste Bruno Bernard, les élus du Grand Lyon auront finalement voté hier soir le passage de l’eau en régie publique - actuellement sous délégation de service publique attribuée à Veolia France-, mais sans le soutien de la droite et du centre. Un enjeu à la fois symbolique mais aussi financier, pour un contrat estimé jusqu'ici à 90 millions d'euros par an.

(Publié le 14/12/2020 à 14h45, actualisé à 20h42)

Le débat public, épisode 1. Ce pourrait être le premier grand "baptême du feu" pour la nouvelle équipe de Bruno Bernard. Ce lundi après-midi, le passage en régie publique de la gestion de l'eau se retrouvait à l'ordre du jour du conseil métropolitain du Grand Lyon, tenu en visioconférence, en raison de l'urgence sanitaire.

Les 150 élus de la Métropole de Lyon, réunis en plénière, s'apprêtaient ainsi à débattre et à voter le projet de transfert de la gestion de l'eau, actuellement confiée à une filiale de Veolia, à une nouvelle entité publique rattachée au Grand Lyon. La métropole lyonnaise pourrait, à ce titre, suivre sur le chemin de plusieurs autres villes, à commencer par son voisin, Grenoble, mais aussi à la ville de Paris ou de Nice.

Alors que la délégation de service publique (DSP), attribuée actuellement à Veolia depuis 2015, est appelée à s'achever d'ici deux ans, au 31 décembre 2022, la nouvelle majorité EELV prépare en effet déjà sa sortie. Avec, au menu, la lourde tâche de définir les contours à la fois techniques et économiques afin de continuer à fournir les quelques 245.000 m3 d'eau par jour,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :