Kidiliz : les repreneurs potentiels dégradent leurs offres de reprise

 |  | 809 mots
Lecture 4 min.
A l'issue de cette procédure menée par le Tribunal de commerce de Paris, la marque Z pourrait être amenée à disparaître.
A l'issue de cette procédure menée par le Tribunal de commerce de Paris, la marque Z pourrait être amenée à disparaître. (Crédits : YP)
En raison de la crise sanitaire, les deux principaux candidats à la reprise (CWF et ID Kids) du groupe de mode enfantine Kidiliz sont revenus sur leurs propositions : désormais, seuls 300 emplois sur 1.200 seraient repris, dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire. Alors qu'une audience avait lieu ce vendredi devant le Tribunal de commerce de Paris, celui-ci rendra sa décision le 20 novembre prochain.

Ils avaient espéré que la moitié des 1.200 emplois français seraient préservés puisque c'était ce que prévoyaient les principales offres de reprises. Mais, c'est la douche froide pour les salariés du groupe de mode enfantine Kidiliz (Z, Catimini, Absorba, Kenzo Kids, 3 Pommes etc), placé en redressement judiciaire en septembre dernier. Ce seront seulement 300 salariés qui devraient être finalement repris à la barre du Tribunal de commerce de Paris, et ce, même en cumulant plusieurs offres complémentaires.

La principale offre, déposée par ID Kid, a ainsi fait l'objet d'une rectification ces derniers jours, "en raison de la dégradation du contexte sanitaire et économique", selon les représentants du personnel.

Au lieu des 615 "préservations d'emplois français" annoncées par ID Kid il y a une quinzaine de jours, seules 226 restent finalement au menu, malgré une reprise souhaitée de la plupart des marques de Kidiliz (Catimini, Z, 3 Pommes, Chipie etc). "ID kid rachète toutes les marques...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :