Actes de cruauté : la Région AuRA cofinance des caméras pour la filière équine

 |  | 618 mots
Lecture 3 min.
Alors que les actes de cruauté animale s’accélèrent depuis cet été à l’échelle de l’Hexagone, et plus particulièrement à l’encontre des équidés, la région Auvergne Rhône-Alpes, dirigée par le président LR Laurent Wauquiez, a pris une décision forte, en annonçant l’octroi d’une subvention visant à financier en partie l’achat d’équipements de vidéosurveillance pour les professionnels de la filière équine. Une décision similaire a également été prise, fin septembre, en Ile-de-France.

On oublie souvent que la région Auvergne Rhône-Alpes n'a rien à envier à son homologue, la Normandie : seconde région de France en matière d'économie équine, la région AuRa compte près de 6.400 entreprises régionales et 14.000 emplois découlant directement de l'économie du cheval. Une filière qui pèserait même près de 1,2 milliards d'euros (dont 470 millions d'euros hors pari sportifs), à travers les activités qui y sont pratiquées (équitation de loisir, élevage, tourisme équestre, mais aussi courses hippiques, etc).

De quoi se hisser une nouvelle fois à l'agenda de l'exécutif régional : après l'annonce, l'an dernier lors du salon Equita Lyon, d'un grand plan Ambition Cheval de 7,4 millions d'euros pour soutenir la filière équine sur les trois prochaines années (2019-2021), la Région se positionne une nouvelle fois aux côtés des acteurs de la filière, actuellement touchés par une vague d'actes de cruauté animale, qui semble monter en puissance depuis cet été.

Au total, près de 400 cas de mutilations ont été rapportés auprès des services de gendarmerie à l'échelle nationale, dont environ 67 faits dont l'intervention humaine ne fait à ce stade aucun doute, tandis que d'autres cas figurent toujours en examen. La région AuRa n'est pas épargnée non plus puisqu'une vingtaine d'enquêtes seraient actuellement en cours, en particulier dans le Jura, dans la Loire et dans le Rhône, sans que le nombre de signalements totaux n'ait été communiqué.

Un dispositif de cofinancement avec les professionnels

Dans un tel contexte, la Région Auvergne Rhône-Alpes -présidée par Laurent Wauquiez (LR), qui se définit lui-même comme un ancien cavalier-  a ainsi voté le 16 octobre dernier, à l'unanimité des groupes politiques, l'octroi d'une enveloppe en urgence de 100.000 euros destinée à financer l'achat de caméras de surveillance afin de lutter contre ces actes de malveillance. Cette somme s'inscrira au sein du Plan ambition cheval, annoncé l'an dernier par la Région, visant à apporter une réponse globale en tenant compte de ses spécificités de cette filière agricole « pas comme les autres».

Avec un objectif affiché pour cette nouvelle mesure, votée en urgence : « Equiper ainsi les structures accueillant des équidés en caméras afin de limiter les intrusions de personnes extérieures sur le site et de surveiller les animaux à distance ».

Une enveloppe qui se destine en premier lieu aux professionnels de la filière dont le siège est situé en AuRa, et qui intègrera notamment les éleveurs d'équidés, établissements équestres, centres d'entraînement, sociétés de courses et hippodromes, mais également les vétérinaires spécialisés qui gardent des chevaux dans le cadre de leurs activités de soins.

Ces deux régions qui montent au créneau

Ces établissements pourront prétendre, dès à présent, à une subvention de la moitié des dépenses engagées, avec un plafond de dépense situé à 1.000 euros en crédit d'investissement, sous réserve de fournir un numéro SIREN ainsi qu'une facture d'achat. Les démarches seront à effectuer directement auprès du Conseil de la Filière Cheval Auvergne-Rhône-Alpes, qui instruira les dossiers de demande de subvention et reversera aux bénéficiaires le montant de l'aide. Le dispositif est ouvert jusqu'au 4 décembre prochain.

Une initiative qui fait suite à une décision similaire, engagée par la Région Ile-de-France qui avait elle aussi annoncé, fin septembre dernier, le déblocage d'une enveloppe de 50.000 euros visant à équiper les clubs, structures équestres et élevages de chevaux franciliens en équipement de vidéosurveillance également, en partenariat avec le comité régional d'équitation d'Ile-de-France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :