Bars et restaurants, cinémas et théâtres… La région AuRa parmi les plus touchées

 |  | 1521 mots
Lecture 8 min.
Pour les cinémas de la région AuRA, l'annulation des séances du soir, à la suite des mesures de couvre-feu, représenterait une perte sèche de 40 % du chiffre d'affaires des salles situées en zone urbaine.
Pour les cinémas de la région AuRA, l'annulation des séances du soir, à la suite des mesures de couvre-feu, représenterait une perte sèche de 40 % du chiffre d'affaires des salles situées en zone urbaine. (Crédits : https://unsplash.com/photos/OaVJQZ-nFD0)
Ils tentent de faire entendre leur voix depuis plusieurs semaines. Alors que la région Auvergne Rhône-Alpes figure pour l’instant parmi les plus touchées par les dispositifs d’alerte maximales et désormais de couvre-feu annoncée la semaine dernière, certaines professions comme l’hôtellerie-restauration s’organisent, tandis que les cinémas tentent de reporter certaines séances en attendant le déblocage des enveloppes promises par le gouvernement.

Quelques jours après l'instauration d'un couvre-feu d'au moins quatre semaines, Alain Grégoire, président de l'UMIH Auvergne Rhône-Alpes (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), dénonce « une fermeture administrative déguisée ». « Il s'agit d'une double peine car les trois principales métropoles de notre région, à savoir Lyon, Grenoble, et St Etienne, perdent ainsi encore 25 à 30 % de leur chiffre d'affaires, alors que l'activité de ces établissements avait déjà chuté de 25 % de suite aux mesures comprises dans le protocole sanitaire du 2 juin ».

Quelques jours après le coup d'envoi des vacances de la Toussaint, il affirme que certains établissements situés à Lyon et Grenoble ont déjà enregistré une baisse d'activité de - 60 à 70 % au cours de ce premier week-end de couvre-feu. « Ce n'est pas le domaine de la vente à emporter, qui représente tout au mieux quelques pourcents, qui viendra combler ce gap », estime-t-il.

Résultat ? Les premiers impacts de ces mesures au sein de la région AuRa se feraient différemment sentir en fonction des territoires concernés : « Sur les territoires urbains, les restaurants tentent d'avancer leur service, tandis que sur les communes rurales, ils ferment tout simplement le soir », regrette-t-il.

Des mesures jugées insuffisantes

Alors que la région Auvergne Rhône-Alpes représente près de 40 % du secteur à l'échelle nationale, soit « près de 3.000 à 4.000 restaurants », l'UMIH craint que l'instauration du couvre-feu ne précipite la chute de près d'un tiers des établissements et des emplois du secteur avant la fin de l'année. « Les mesures d'accompagnement ne sont pas à la hauteur », annonce Alain Grégoire.

Dans un bras de fer désormais amorcé avec Bercy, les représentants de la profession demandent de nouvelles aides pour assurer la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :