Grenoble finaliste et … officiellement élue Capitale verte Européenne !

 |  | 777 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Elle l’attendait depuis plusieurs mois… Grenoble était l’une des quatre finalistes en lice pour le titre de Capitale Verte Européenne 2022. Ce titre, lancé en 2008 par la Commission Européenne, récompense les « Green cities - fit for life », fait de la ville retenue l’ambassadeur des transitions à l’échelle européenne durant une année. Elle est désormais élue officiellement ce soir, devant Dijon, Talinn ou encore Turin.

Le titre est attribué chaque année à une ville qui remplit des objectifs ambitieux en matière d'environnement, de développement durable. Avec un objectif : entraîner d'autres communes dans son sillage, en endossant le rôle d'ambassadeur des transitions. Un costume dans lequel Grenoble et son maire EELV Eric Piolle se voyaient déjà tout particulièrement, lui qui avait appelé, lors de sa réélection en juin dernier, à "amplifier les transitions" à plusieurs reprises.

Ce jeudi, à l'issue d'une journée marathon où les maires des quatre villes finalistes ont passé leur dernier grand oral devant les membres du jury, la Commission européenne en direct de Lisbonne, la capitale européenne 2020, n'a finalement retenu qu'un seul nom : celui de Grenoble, coiffant au poteau ses trois autres adversaires.

Jusqu'à ce jeudi, quatre villes jouaient encore au coude à coude : soit deux métropoles françaises (Dijon et Grenoble), ainsi que deux villes européennes (Talinn et Turin). Elles avaient auparavant passé une première phase de sélection qui opposait 18 candidats provenant des quatre coins de l'Europe.

Grenoble, qui avait déposé son dossier à l'automne dernier, avait elle-même recueilli de bons scores sur les douze thématiques examinées par le jury : à savoir l'adaptation au changement climatique, la mobilité urbaine durable, l'utilisation durable des sols, la nature et la biodiversité, ou encore la qualité de l'air...

"Grenoble a toutes ses chances"

Lors de son grand oral ce jeudi, son maire Eric Piolle a eu quelques minutes pour présenter son plan d'action et sa stratégie en vue d'impliquer tous les acteurs de son territoire dans l'éventualité de cette aventure.

"La candidature portée par Grenoble et ses partenaires a toutes les chances de l'emporter. Grenoble est un territoire pionnier, il ouvre des voies et partage ses inspirations", estimait la municipalité iséroise.

Une occasion, pour Eric Piolle, de mettre en avant l'esquisse d'un premier bilan teinté de vert, depuis son élection de 2014 : Grenoble serait en effet la seconde ville de France où l'on utilise le plus le vélo pour se rendre sur son lieu de travail, grâce à ses 7.000 Métrovélos qui le placent comme "le plus grand service de location de vélos en France".

Et d'avancer d'autres mesures phares instaurées dans la capitale des Alpes, comme la généralisation du 30km/h en ville, l'instauration d'une ZFE (zone à faible émission)" la plus grande de France" avec ses 27 communes, son caractère "zéro pesticide" depuis 2005, ou encore le déploiement du bio et du local dans la restauration collective (60% dans les cantines, 95% dans les crèches)...

Une cause qui se veut fédératrice

Tout au long de l'année 2019, la ville écologiste avait déjà préparé le terrain en invitant ses habitants à venir débattre "pour construire l'avenir de Grenoble" lors de ses «Forums capitale verte» : au total, près de 8 rencontres se sont tenus dans la courant de l'année dernière sur différentes thématiques (climat, eau, déchets, etc). Sans oublier l'accueil, pour la première fois dans la capitale des Alpes, de la Biennale des Villes en Transition.

La municipalité avait également réuni plusieurs partenaires autour de cette candidature : des établissements académiques (Université Grenoble Alpes, Grenoble Ecole de Management), des partenaires institutionnels (CCI de Grenoble, GEG, la Compagnie de chauffage, ALEC, l'AURG, l'Institut des Métiers et des Techniques, etc), mais également des collectivités et territoires voisins (métropole Grenoble-Alpes Métropole, les Villes d'Echirolles et d'Eybens, le Parc naturel régional du Vercors et le Parc naturel régional de la Chartreuse).

Ce jeudi soir, l'élu EELV s'est exprimé en direct depuis l'Hôtel de Ville dans une courte allocution en anglais. Remerciant la Commission Européenne pour ce titre, il a tendu la main à Dijon afin de collaborer sur des actions communes à venir en faveur des transitions.

"La crise que nous venons de traverser a démontré une forme de manque de respect pour l'environnement. Nous devons nous adapter à de nouveaux modes de vie, à de nouvelles façons de faire, et devenir une capitale verte européenne nous aidera en ce sens à aller plus loin", a déclaré en anglais le maire écologiste, Eric Piolle.

Dans son discours, l'élu a rappelé que son objectif ultime serait de "partager et bâtir un futur désirable par tous", estimant que sa ville a joué jusqu'ici, une rôle de "sentinelle".

Durant une année, Grenoble, capitale verte européenne 2022, aura ainsi pour mission de devenir un territoire ambassadeur, au niveau national et européen. Elle succédera à Lisbonne (Portugal) en 2020 et à Lahti (Finlande) en 2021.

(A suivre)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :