Comment l’Olympique Lyonnais, touché par la crise, envisage de rebondir

 |  | 1372 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Pawel Kopczynski)
Alors que la crise sanitaire a mis un coup d’arrêt brutal à ses activités à la mi-mars, l’Olympique Lyonnais, dont l’activité redémarre à petits pas depuis cet été, présente l’addition. L’impact du Covid-19 se chiffrerait à près de 100 millions d’euros sur son exercice 2019-2020, un montant proche de la somme demandée auprès du Conseil d'Etat à la Ligue Professionnelle du Football, qui avait décidé de geler les classements à compter d'avril dernier. L'OL envisage cependant plusieurs pistes pour réamorcer la pompe en 2021.

Alors que le monde du football, comme l'ensemble du milieu sportif et plus largement du secteur événementiel, continue de pâtir des mesures sanitaires liés à la Covid-19 qui gèle les grands rassemblements depuis plusieurs semaines, l'Olympique Lyonnais a publié ce mercredi un état de ses comptes annuels.

Une occasion, pour le club lyonnais, de saluer des performances globales "de haut niveau", rappelant qu'il demeure "le seul club européen à avoir qualifié l'ensemble de ses équipes (masculine, féminine et jeunes), pour les phases finales des compétitions UEFA".

Pour autant, l'heure n'est pas aux marques d'optimisme. L'OL -qui emploie 550 collaborateurs à l'échelle du groupe- affiche en effet un résultat opérationnel négatif de -18,4 millions d'euros sur son exercice 2019-2020 (contre +22 millions d'euros l'an dernier), ainsi qu'un résultat net, au niveau du groupe, de -36,5 millions d'euros (contre +6,2 millions la saison précédente).

Si sa trésorerie globale brute demeure dans le vert (+ 32,5 millions d'euros, contre 11,6 millions l'an dernier), son endettement net passe à 295 millions (contre 157,7 millions d'euros l'année précédente), malgré plusieurs mesures : notamment à travers la mise en œuvre d'un PGE (Prêt Garanti par l'État) de 92,6 millions d'euros. Le groupe présidé par Jean-Michel Aulas a également reçu, à l'image de l'ensemble des clubs de de Ligue 1, une aide excep­tion­nelle de la la Ligue Professionnelle de Football (12,9 millions), et a engagé lui-même une réduc­tion de ses charges (35 à 40 millions), tout en portant sa ligne de liqui­dité (RCF) à 130 millions d'euros.

Car dès la mi-mars, le Club a été impacté par la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :