Mobilité : Grenoble déploie les trottinettes et vélos électriques de Tier et Pony

 |   |  1085  mots
Avec ses vélos cargo, la société de free-floating Pony, originaire d'Angers, compte bien conquérir les rues de Grenoble aux côtés de l'opérateur de trottinettes, Tier Mobility.
Avec ses vélos cargo, la société de free-floating Pony, originaire d'Angers, compte bien conquérir les rues de Grenoble aux côtés de l'opérateur de trottinettes, Tier Mobility. (Crédits : DR)
La métropole grenobloise poursuit son offensive envers les modes de transport doux. Quelques jours seulement après le second tour des municipales, Grenoble Alpes Métropole vient de donner le coup d’envoi d’un nouveau réseau de trottinettes et vélos à assistance électrique, en partenariat avec les deux opérateurs privés de free-floating, le berlinois Tier Mobility et l’angevin Pony. Avec une cible : lancer 500 véhicules de chaque modèle cet été, pour doubler ce nombre à moyen terme.

Depuis le samedi 4 juillet, des trottinettes électriques opérées par Tier Mobility sillonnent les rues de Grenoble, à l'image de Lyon. Ces appareils seront rejoints, d'ici la fin août, par des vélos à assistance électrique deux places de l'opérateur Pony. Avec, aux commandes, la métropole grenobloise, à travers son appel à manifestations d'intérêts, lancé fin 2019.  Avec une double ambition : limiter le recours à la voiture, en apportant "une nouvelle brique de mobilité".

Ces véhicules seront mis à disposition des usagers par le biais d'une application mobile, et pourront être empruntés pour un tarif de 1 euro le déblocage, puis de 0,15 centimes par minute pour les trottinettes Tier, contre 0,19 centimes par minute pour les vélos Pony.

Près de 205 emplacements seront ainsi crées et matérialisés à travers la ville de Grenoble, ainsi qu'à Saint-Martin d'Hères et au parc technologique à Inovallée Meylan, qui comprendra lui-même une trentaine de stations.

"Nous avons pris l'engagement de ne pas altérer l'espace public ni l'espace piéton, ce qui signifie que les emplacements remplaceront des stationnements jusqu'ici réservés aux voitures", confirme Yann Mongaburu, président du syndicat mixte des transports en commun de la métropole grenobloise (SMMAG).

Une initiative qui correspond bien à la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :