Après le très haut débit, la Loire accélère sur l’internet des objets

 |   |  434  mots
Cette nouvelle technologie devrait permettre aux collectivités locales de mieux piloter leurs politiques publiques en matière de transition écologique comme par exemple le suivi de production d'énergie des panneaux solaires.
Cette nouvelle technologie devrait permettre aux collectivités locales de mieux piloter leurs politiques publiques en matière de transition écologique comme par exemple le suivi de production d'énergie des panneaux solaires. (Crédits : CC by Pixabay)
La Loire avait déjà affirmé son positionnement pionnier en matière de très haut débit, elle entend bien en faire autant en matière d’Internet des objets. Le SIEL 42 – Territoire d’énergie, se lance dans le déploiement d’un réseau LoRa, destiné aux objets connectés.

Après avoir été pionnier sur la fibre optique et le très haut débit, le département de la Loire se lance dans le bas débit... En réalité, il s'agit plus exactement de se positionner sur la technologie LoRa, technologie de modulation des ondes radios sur laquelle sont basés les réseaux LoRaWan (Long Range Wide-area network ou "réseau étendu à longue portée", en français).

Cette technologie avait été développée en 2010 par la startup grenobloise Cycleo. Cette dernière avait été reprise en 2012 par le géant américain des semi-conducteurs, Semtech. Le réseau LoRa permet de faire transiter les flux de données issus des objets connecté.

Aménagement du territoire et transition écologique

"L'intérêt de ce réseau est qu'il permet de connecter des capteurs ou des objets nécessitant une longue autonomie de batterie et ce, à coût réduit. Notre objectif étant de doter le département de la Loire d'une nouvelle infrastructure dédiée à 100% à l'internet des objets. Nous souhaitons développer un réseau ROC 42 pour l'ensemble des communes du territoire, avec un serveur commun", explique Bernard Laget, vice-président du Département de la Loire et président du SIEL 42- Territoire d'énergie (Syndicat Intercommunal d'énergie), porteur du projet.

Ainsi, les collectivités ligériennes auront la possibilité de déployer divers capteurs.

L'élu cite quelques exemples d'applications : suivi de production d'énergie des panneaux solaires, service d'aide à la gestion énergétique des bâtiments, suivi des bornes de recharges électriques et de l'éclairage public.

"Les objets connectés permettent aussi de mieux gérer l'eau, l'assainissement, le stationnement etc. A l'heure actuelle, on parle même de routes intelligentes qui intègrent les conditions hivernales".

Ce projet devrait donc permettre aux collectivités locales de mieux piloter et maîtriser leurs politiques publiques en matière d'aménagement du territoire et de transition écologique.

Le SIEL a confié aux entreprises lyonnaises Serfim et Requea la conception et la mise en œuvre et la maintenance de ce réseau LoRa. Budget : 1,3 million d'euros. L'étude radio est actuellement en cours. Des études approfondies, site par site, doivent être menées jusqu'au printemps prochain, pour un déploiement total dans les mois qui suivent.

"Ce réseau ne nécessite pas la construction d'infrastructures lourdes comme la fibre", précise Bernard Laget.

Le syndicat intercommunal se lance donc dans un nouveau chantier d'envergure, quelques semaines seulement après avoir annoncé la fin du déploiement de la fibre optique (274 communes raccordées).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :