Mobilité : A Grenoble, Poma ouvre la voie à la troisième dimension du transport urbain

 |   |  1115  mots
D'ici 2024, le métrocable conçu par Poma devrait être mis en service pour relier les communes de Fontaine à Saint-Martin-le-Vinoux, en passant par la Presqu'île scientifique de Grenoble.
D'ici 2024, le métrocable conçu par Poma devrait être mis en service pour relier les communes de Fontaine à Saint-Martin-le-Vinoux, en passant par la Presqu'île scientifique de Grenoble. (Crédits : DR)
Une première liaison par câble d’ici 2024. Après l’attribution officielle d’un appel d’offres pour l’installation d’un métrocable, l’isérois Poma a détaillé ce mardi les contours de la future ligne T1, qui reliera l’ouest de Grenoble via la Presqu’île. Avec une tarification intégrée au réseau de transports en commun de la métropole, qui pourrait également accueillir de nouvelles lignes.

La patience aura payé. Le Syndicat des transports de la métropole grenobloise, le SMMAG, a attribué officiellement en février dernier le marché à l'isérois Poma, pour la construction de la première ligne de transport par câble du bassin grenoblois. Une nouvelle ligne ambitieuse qui ressemblera, d'après les instigateurs du projet, à "une station de métro dans les airs". Transformant ainsi l'entrée et l'image de la ville, pour les arrivants du bassin lyonnais.

Longue de 3 km, la ligne T1 reliera par les airs le versant ouest de l'agglomération, de Fontaine à Saint-Martin-le-Vinoux, en passant par la Presqu'île Scientifique. Un secteur en plein boom qui pourrait accueillir, d'ici 2030, 6 000 nouveaux habitants et 5 000 emplois. Le tout en s'insérant au sein du réseau de transports en commun, avec une tarification unifiée.

"Passer par la voie des airs nous permet de garantir une durée de 15 minutes d'un point à l'autre", résume Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole.

Une référence aux contraintes majeures observées sur ce secteur, matérialisées à la fois par le franchissement de la rivière du Drac, de l'A480 et la RN481 ainsi que du réseau de voies ferrées. La mise en service des 5 stations est prévue courant 2024, avec une exploitation confiée à la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2020 à 9:34 :
Bonjour,
Il faut prévoir des cabines à usage mixte ou bien à usage unique : recevant des passagers accouplées à des cabines recevant des vélos ......
a écrit le 10/06/2020 à 19:51 :
Pour une fois, j'approuve un projet écolo !! (parces que j'en ai marre de ces pistes cyclistes inutiles, cette chasse anti-voitures et anti-aérien, ...
Par contre, je trouve intéressant le concept de télécabine urbain !
Pourquoi ne pas desservir les aéroport de puis le centre ville par des télécabines? Une ligne Orly-CDG sur le parcours du Périph parisien, par exemple, permettrait d'assurer un timing respecté pour traverser Paris ... avec un bouton d'appel d'urgence, une fois à bord, la sécurité sera assurée, contrairement au métro ou RER ! Bref, que des avantages ! ... et pour une fois, pas au détriment des autres usagers de la route!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :