Innovation : Comment Athletics 3D a reconverti son atelier pour "sauver des vies"

 |   |  1269  mots
Développés par Athletic 3D et la Fabrique du ski, soixante premiers masques barrière ont été mis en ligne en vue de continuer à financer une opération de dons de masques. Ils ont été vendus en seulement quelques heures.
Développés par Athletic 3D et la Fabrique du ski, soixante premiers "masques barrière" ont été mis en ligne en vue de continuer à financer une opération de dons de masques. Ils ont été vendus en seulement quelques heures. (Crédits : DR)
Athletics 3D a transformé son activité de production de matériel de biathlon en vue de fabriquer, à l’aide de ses imprimantes 3D, des masques "made in Vercors". Des masques désormais disponibles en ligne pour financer des dons, en rupture de stock en seulement quelques heures.

Il est l'homme à l'origine du site internet 3Dchampions.org, recensant plusieurs centaines de moyens de fabrication additive à l'échelle française pour produire du matériel afin de combattre le Covid, mais aussi de la distribution gratuite de près de 1300 masques, produits en partenariat la Fabrique du ski, et distribués gratuitement auprès des professionnels du plateau du Vercors. Clément Jacquelin, gérant de la société Athletics 3D, basée à Corrençon-en-Vercors, se voulait avant tout solidaire.

Car très tôt à l'arrivée de cette épidémie, cet ingénieur de 30 ans, diplômé de Grenoble INP, a voulu faire sa part et mettre son savoir et ses équipements à disposition de la lutte contre le Covid-19. A la tête de l'entreprise fondée en décembre 2017 afin de produire, à l'origine, des pièces pour des armes de précision, en particulier à destination des athlètes de biathlon (dont son frère, Emilien a été sacré champion du monde l'hiver dernier)Clément Jacquelin a rapidement songé à mettre à disposition les dix imprimantes 3D de son atelier pour un autre combat.

"Le 16 mars dernier, la Commission européenne a lancé un appel aux entreprises en mesure de fabriquer des masques et des ventilateurs, relayé par un magazine de fabrication 3D. J'ai répondu sur Twitter que je disposais de dix imprimantes 3D pour cela", affirme l'entrepreneur.

Alors qu'il a baissé le rideau de son activité en raison du confinement le 16 mars, Clément Jacquelin s'est mis en ordre de marche quelques jours plus tard pour télécharger de premiers fichiers open source, en provenance des quatre coins du monde.

"Nous nous sommes lancés sans attendre de 'go' sur le plan des financements, afin de pouvoir anticiper les phases de production, qui nécessitaient de pouvoir réadapter les machines".

Une campagne de crowdfunding est également lancée pour lui permettre d'acheter en volume le matériau principal, à base de nanoparticules de cuivre.

"En une nuit, nous avons reçu 1000 euros que nous avons pu investir directement en commandes", affirme Clément Jacquelin.

La mise en place d'un réseau autour de l'impression 3D

Associé à son voisin, le fabricant de skis haut de gamme La Fabrique du Ski, en vue de mettre en commun leurs outils de production, Clément Jacquelin a très vite rejoint une communauté de "makers", répartis dans toute la France, souhaitant produire, comme lui, des dispositifs barrières...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :