Covid-19  : En Auvergne-Rhône-Alpes, les entreprises toujours inquiètent pour leur trésorerie

 |   |  547  mots
(Crédits : CC0 Public Domain)
Les entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes ont activé de nombreux dispositifs pour soulager leur trésorerie. Malgré cela, elles déclarent être toujours en difficulté.

54% des entreprises interrogées par les CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes, en partenariat avec le Medef Auvergne-Rhône-Alpes et la CPME Auvergne-Rhône-Alpes, "jugent, à mi-avril, leur situation de trésorerie difficile".

Un taux encore élevé - le "taux d'inquiétude" se situant de façon générale autour de 30% -, même s'il est en recul de 6 points comparé à la même enquête fin mars.

"Cela s'explique probablement par la mobilisation des dispositifs d'aide", note l'Observatoire régional.

En effet, trois quarts des entreprises répondantes ont des salariés en chômage partiel et deux tiers ont demandé un report de charges. D'autant que 39% des entreprises note un allongement des délais de règlement et les impayés progressent.

"La question des paiements aux entreprises est majeur. Nous suivons de près ces questions avec le médiateur du crédit à la Banque de France. Nous invitons les entreprises à se manifester si elles font face à des défauts de paiement. Le comité est particulièrement vigilant quand ces délais sont imposés par les grands groupes, nous appelons à la solidarité", souligne Philippe Guérand, le président de la CCI Auvergne-Rhône-Alpes.

Néanmoins, même si les dispositifs d'Etat soulagent les entreprises, les dirigeants d'Auvergne-Rhône-Alpes s'inquiètent toujours qu'ils prennent la forme de prêts.

"Les entreprises et les branches professionnelles nous font remonter que les reports ne suffiront pas. Il faudra peut-être penser à l'annulation des charges. Certains ne pourront pas rattraper le manque à gagner et payer même en décaler", note le président.

Course aux masques

Alors que 38% des dirigeants avaient suspendu leur activité en raison du manque de clients, d'arrêt d'activité des donneurs d'ordre ou de défaut d'approvisionnement, l'étude note que "certaines relations semblent s'être débloquées avec moins d'entreprises fermées, notamment des entreprises industrielles. Globalement, 13% des entreprises s'attendent d'ores et déjà à une activité orientée à la hausse".

Une reprise qui nécessite, pour les interrogés, "des règles claires, un accompagnement pour appliquer les mesures sanitaires" mais surtout de pouvoir se procurer des équipements pour protéger les salariés, en premier lieu les masques.

"Au-delà de l'accompagnement économique, il faut un accompagnement psychologique de la reprise. Les chefs d'entreprises doivent retrouver la confiance avec des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2020 à 19:15 :
Titre
sans doute toujours "inquièteS "
ce n'est pas un verbe dans ce cas.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :