Covid-19 : Comment les AOP fromages d'Auvergne font face

 |   |  792  mots
(Crédits : DR)
Les consommateurs ont délaissé les achats plaisir pour se rabattre sur des achats de produits de base. Les ventes de fromage AOP ont chuté, au moment de l'année où les vaches produisent le plus de lait. La filière s'organise pour ne pas être dévastée à l'issu de la crise.

Avec le repli des consommateurs vers des produits de base et la fermeture de leur site de distribution (nombreux marchés, arrêt de la restauration hors domicile, suppression de nombreux rayons de fromages à la coupe, etc.), les cinq AOP fromagères d'Auvergne (Bleu d'Auvergne, Cantal, Fourme d'Ambert, Saint-Nectaire et Salers), qui emploient 7 500 personnes et concentrent 2 500 exploitations de taille moyenne, ont vu leurs ventes plonger avec la crise du Covid-19.

"La situation pour l'écosystème local est tendue. Une PME dans le Cantal a stoppé sa production et les autres ont baissé leur production d'au moins 50 %. Parmi les six PME de la zone d'appellation Bleu d'Auvergne, trois sont à l'arrêt, deux ont baissé leur production à 50 %, seule la plus petite continue à produire. Nous n'avons aucune réponse de l'Etat, ni du ministère de l'Agriculture", avance Michel Lacoste, le président du Cnaol, le syndicat des AOP en France, et producteur dans le Cantal.

Intervention de Sodiaal

D'autant que, épidémie ou pas, avec l'arrivée du printemps et la mise à l'herbe, les vaches sont en pleine production de lait : la fabrication n'attend pas alors même que les absences se multiplient chez certains opérateurs. Chaque jour, plus de 900 000 litres de lait sont transformés pour fabriquer du fromage d'Auvergne pour une production de 39 290 tonnes de fromages AOP, soit environ 20% du tonnage AOP fromager français. Dans ce contexte, les PME productrices ne savaient plus quoi faire du lait, ni comment ajuster leurs stocks.

"Les PME des AOP d'Auvergne envisageaient de demander aux éleveurs de jeter du lait. Finalement, nous en avons parlé autour de nous et la coopérative laitière Sodiaal a proposé de racheter les surplus de lait aux entreprises. Ils sont acheminés vers leurs tours de séchage. Cette solution permet de ne pas le jeter," explique Michel Lacoste.

Et même si cette mesure a fait plonger le prix du lait AOP, de 450 à moins de 200 euros la tonne.

"C'est mieux que rien. Sodiaal ne perdra pas d'argent et cette opération ne s'organise pas au détriment de ses adhérents. Cela permet de fluidifier la production", assure Michel Lacoste.

Uniquement coordonnée par les producteurs de la filière, cette opération a néanmoins reçu le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui s'engage à hauteur de 300 000 euros.

"C'est une opération importante pour sauver les meubles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :