Municipales 2020 : A Saint-Etienne, huit candidats pour quels engagements économiques ?

 |   |  1131  mots
(Crédits : Stéphanie Gallo)
Huit candidats convoitent le fauteuil de maire de Saint-Etienne. Leurs propositions sont multiples, plus ou moins tournées vers les entreprises. Avec des engagements qui reviennent néanmoins dans la bouche de tous : lutte contre le chômage, amélioration de la mobilité et redynamisation du centre-ville.

Trois femmes, cinq hommes se disputent le fauteuil de maire de Saint-Etienne. Le maire LR sortant, Gaël Perdriau (liste Préférons le défi) devra ainsi composer avec sept concurrents : Sophie Robert, Rassemblement National (liste Saint-Etienne, c'est Nous), Patrick Courbon (PS) (liste Saint-Etienne Demain), Andrée Taurinya (LFI) (liste St-T la Citoyenne), Romain Brossard (Lutte Ouvrière) pour Faire entendre la voix des travailleurs, Patrick Revelli soutenu par La ReM pour Saint-Etienne avant tout, l'écologiste Olivier Longeon (liste Le temps de l'écologie) et Zahra Bencharif (PRG) pour Réinventons Saint-Etienne. La moitié d'entre eux se détache du peloton. Selon le sondage Ifop-Fiducial pour le Progrès, publié le 21 février dernier, Gaël Perdriau récolterait près de 42% des intentions de vote au premier tour. Loin derrière, Pierrick Courbon (17%), Sophie Robert (16%) et Olivier Longeon (14%) seraient au coude à coude.

Ils affirment, chacun, une vision différente de l'avenir de Saint-Etienne avec néanmoins des points communs autour des objectifs affichés en matière notamment d'attractivité et de redynamisation du centre-ville. Tour d'horizon de leurs propositions en matière économique.

Gaël Perdriau : attirer plus d'entreprises

"Ma volonté est de m'inscrire, au niveau économique, dans la même dynamique que celle qui m'anime depuis 2014. Lorsque j'ai été élu maire il y a cinq ans, il n'existait même pas de plan stratégique d'accueil des entreprises. Nous avons fait un énorme travail sur ce sujet. L'accueil d'entreprises sur notre territoire est primordial car elles génèrent de l'emploi et donc des habitants supplémentaires", affirme le maire sortant.

Gaël Perdriau fait ainsi état d'un investissement de 60 millions d'euros, à l'échelle de la Métropole dans l'extension, la rénovation ou la création de nouvelles zones d'activités.

"Je compte également poursuivre mes efforts auprès des investisseurs privés pour accueillir encore de nouvelles entreprises tertiaires".

Le candidat LR, qui sera également candidat à la présidence de Saint-Etienne Métropole, propose aussi la création de nouveaux incubateurs et pépinières d'entreprises pour accueillir les jeunes pousses. Avec un engagement spécifique sur un incubateur spécialisé dans l'Economie Sociale et Solidaire. A noter également la montée en charge programmée du fonds d'investissement dans les startups, lancé fin 2019 et l'engagement de statuquo fiscal.

Gaël Perdriau souhaite par ailleurs renforcer la gouvernance économique mise en place avec les acteurs économiques du territoire.

"Je compte également accentuer les liens, et mes exigences, envers l'Aderly. L'agence a déjà permis l'implantation d'une vingtaine d'entreprises à Saint-Etienne Métropole, nous devons désormais monter en puissance", poursuit-il.

Concernant les infrastructures, Gaël Perdriau affirme qu'il continuera de se battre pour l'A45 et l'aéroport de Saint-Etienne Bouthéon.

Pierrick Courbon : priorité à l'emploi

"La mission première des élus est de créer les conditions du meilleur accueil des entreprises afin de favoriser la création d'emplois. La priorité du soutien public sera donnée pour des projets de création d'emploi pérennes et non délocalisables afin de faire des entreprises des acteurs durablement engagés sur le territoire", explique Pierrick Courbon.

Le candidat PS compte apporter un meilleur soutien aux pépinières d'entreprises et développer les espaces de coworking. Autres points clés du programme : la création d'une cité de l'ESS, secteur considéré comme créateur d'emplois, ainsi que la volonté d'intégrer le dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue durée. Pierrick Courbon entend d'ailleurs doubler les clauses d'insertion dans les marchés publics ainsi que le nombre de stagiaires/services civiques/alternants dans les services municipaux.

Concernant la mobilité, il défend la gratuité des transports en commun, "comme outil d'aménagement du territoire" et le développement d'un "RER lyonnais". En revanche, il n'est pas favorable à la poursuite de l'activité de l'aéroport de Saint-Etienne Bouthéon.

Sophie Robert : Etre accueillant pour les entreprises et leurs salariés

"Ce n'est pas en donnant des subventions aux entreprises que nous aidons le mieux notre territoire. Je crois que nous devons favoriser l'implantation d'entreprises en rendant la ville plus attractive pour leurs salariés", avance Sophie Robert.

Pour cela, elle propose un grand projet : la création d'un immense tunnel de 5 kilomètres de long qui traverserait la ville du Nord au Sud, avec différentes sorties et 2 000 places de parking souterrain. "Cela permettrait de désengorger les entrées de ville et d'offrir un accès facilité au centre". Un projet à 300 millions d'euros financé par les réserves non affectées à l'A45.

La candidate promet qu'elle mettra en place des mesures afin de favoriser les entreprises locales dans les appels d'offre grâce à des critères environnementaux, et qu'elle créera un label « Made in Vert » pour mettre en valeur ce qui est produit et inventé à Saint-Etienne.

"Nous défendrons par ailleurs la voix stéphanoise dans le futur projet régional de plateforme d'accélération industrielle du futur".

Olivier Longeon : une ville plus verte

Axe prioritaire du candidat EELV : introduire plus fortement à Saint-Etienne la prise en compte de l'environnement dans toutes les décisions. Il prône ainsi un désinvestissement de l'aéroport de Saint-Etienne et un réinvestissement dans les lignes TER.

"La Région a laissé supprimer un tiers des TER en quelques années. Il faut absolument travailler sur ce point. Je crois par ailleurs que nous devons réfléchir à une ligne électrifiée et cadencée entre Andrézieux-Bouthéon et Lyon, de la même façon que cela a été mis en place entre Firminy et Lyon", indique-t-il.

Olivier Longeon veut aussi redorer l'image de la ville en travaillant sur l'attractivité de son centre-ville (projet d'importance de réaménagement du Parking des Ursules par exemple). Autres propositions : la création d'un cluster mécanique autour des énergies renouvelables et la mise en place d'une filière de green code pour le numérique.

"En concertation avec le secteur du BTP, je lancerai un plan rénovation du centre-ville afin d'améliorer l'esthétique des façades et l'isolation des bâtiments". Sur ce point, Olivier Longeon se dit attentif à la question des logements sociaux.

"Les employeurs stéphanois cotisent au 1% Logement mais cet argent part ailleurs car il n'y a plus d'investissement sur la ville, la municipalité en place ayant décidé de stopper les constructions de nouveaux logements sociaux. Cet argent doit être utilisé pour la rénovation du parc existant".

Enfin, Olivier Longeon assure qu'il travaillera sur la relocalisation d'entreprises lyonnaises à Saint-Etienne.

"Prenez l'exemple du siège social d'April. Sur les 750 collaborateurs, 150 viennent de Loire Sud. Pourquoi ne pas créer un plateau à Saint-Etienne ? Nous engagerons les discussions sur ce sujet avec les entreprises, les syndicats et les salariés."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2020 à 6:49 :
Bonjour,
Je tiens à rappeler la nécessité de préserver le Patrimoine Stéphanois, et ses parcs de verdure qui sont un véritable poumon d'oxygène à Saint-Etienne: pour cela je fais référence au Parc de Montaud, pour lequel est prévue la destruction de la maison bourgeoise du Directeur des Mines de la Loire, laquelle comporte un escaliers machicoulis; un peu de rafraîchissement de cette vieille batisse de caractère afin d'y aménager une bibliothèque permanente, d'autres services que je pourrais vous développer plus tar.
Il est à noter que cette Bâtisse est située dans un magnifique parc , comprenant des espèces de végétaux variées et parfois rares: on pourrait envisager d'en faire un jardin botanique ;
Je revendique le maintien de cette construction, symbole d'une époque révolue.
Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :