Compostage : Les Détritivores fusionnent avec Les Alchimistes pour déployer leur modèle à grande échelle

 |   |  489  mots
(Crédits : Meero - Alexis Long)
La jeune pousse lyonnaise, spécialisée dans la collecte et le compostage des déchets alimentaires des professionnels, fusionne avec Les Alchimistes, une structure parisienne qui a développé des modèles de compostage micro-industriel. Ensemble, elles entendent se déployer en Ile-de-France et à Lyon avant de s'attaquer à toute la France.

En 2018, Les Détritivores Lyon, soutenus et inspirés par Les Détritivores de Bordeaux, se sont lancés sur le marché de la récolte et du compostage intermédiaire des déchets alimentaires produits par les professionnels (restaurateurs, restauration collective, petite et moyenne distribution, traiteur, grossiste, etc.).

En deux ans, elle a convaincu 70 clients et récolte 45 tonnes de déchets par mois en moyenne sur ses deux plateformes de compostage à Villeurbanne, dans le quartier Saint-Jean et La Soie. Mais ce modèle, "rustique et à petite échelle", ne suffit plus pour se développer à Lyon et au niveau régional.

"Nous avons donc décidé de fusionner avec les fondateurs des Alchimistes. Ils ont développé des modes de traitement plus industriel, de la collecte aux différentes étapes de compostage en réalisant un gros travail de R&D. Nous avons choisi de les rejoindre car nous avons des valeurs et des ambitions communes et sommes tous très complémentaires", explique Gaetan Lepoutre, le co-fondateur des Détritivores Lyon.

L'opération de fusion se traduit par un échange de part, sans gain financier pour les deux parties, indiquent les jeunes pousses. Elle est financée par la levée de fonds de 2,4 millions d'euros réalisée par Les Alchimistes fin 2019.

Avec l'apport de ce savoir-faire, la production d'un "super-compost de qualité en 8 semaines" et la possibilité d'installer des sites à proximité des lieux de production des déchets, la jeune pousse entend accélérer et développer le compostage de proximité. Dans un premier temps en Ile-de-France, où elle détient déjà un site un fonctionnement et se prépare à en ouvrir un second, et à Lyon, où elle espère s'installer dans un premier site industriel d'ici septembre 2020 pour atteindre, d'ici à la fin de l'année, les 800 tonnes de collecte.

Elle vise surtout un développement au national et enregistre un bon début d'activité à Marseille, Toulon, Toulouse, Lille et La Réunion. D'ici 2030, elle projette de collecter 600 000 tonnes de collecte.

Insertion par l'emploi

L'autre valeur des deux entreprises, qui travaillent dans le champ de l'économie sociale et solidaire : participer à l'insertion professionnelle des personnes éloignées de l'emploi. A Villeurbane, l'antenne lyonnaise (9 salariés au total) est partenaire du dispositif Territoire Zéro Chomeur et emploi 3 équivalent temps plein (ETP) au poste de "collecteur composteur". Même démarche du côté de l'antenne parisienne.

"Nous sommes attachés à la dimension sociale et de proximité de notre projet. Notre développement va permettre de développer de plus en plus d'emplois de ce type", avance le dirigeant qui prévoit d'ores et déjà de passer à 6 ETP d'ici à la fin de l'année.

Après les professionnels, l'entreprise se dit prête à expérimenter le marché des particuliers - il représente près de 75% des déchets alimentaires. Et pourquoi pas sur le territoire de la métropole de Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :