Attractivité : la grande région lyonnaise trouve son équilibre

 |   |  464  mots
En 2019, Safran a choisi la Métropole de Lyon pour implanter sa nouvelle usine
En 2019, Safran a choisi la Métropole de Lyon pour implanter sa nouvelle usine (Crédits : DR)
Avec 114 implantations d'entreprises pour 2 427 créations d'emplois programmées à 3 ans, l'Agence pour le développement économique de la région lyonnaise (Aderly) présente des résultats stables, traduction de sa stratégie plus ciblée.

Dans un contexte "contradictoire", où le niveau mondial des investissements directs étrangers a baissé de 13% en 2018 tandis que la croissance des investissements "greenfield" (installation d'une entreprise dans un pays pour produire) a augmenté de 7%, la grande région lyonnaise tire son épingle du jeu.

En 2019, 114 entreprises se sont installées (dont 88 créations) sur ce vaste territoire, qui va de Bourgoin Jallieu au nord du Rhône, de la Métropole de Lyon à celle de Saint-Etienne. Ensemble, elles devraient générer 2 427 créations d'emplois d'ici trois ans.

Si l'année 2019 s'inscrit dans la continuité des performances de l'année 2018, et reste globalement stable depuis 2016 où le cap des 100 entreprises avait été dépassé, il ne faut pourtant pas y lire une baisse de l'attractivité de la zone.

"Au contraire, cette stabilité confirme nos leviers d'attractivité et notre stratégie d'approche par filière, notre prospection internationale ciblée et notre travail partenarial. Nous devons renforcer nos taux de conversion mais nous nous orientons vers des projets à forte valeur ajoutée", indique Jean-Charles Foddis, le directeur exécutif de l'Aderly.

Essor des sciences du vivant

Si le secteur tertiaire concentre toujours le plus grand nombre d'implantations (47 entreprises pour 687 créations d'emplois programmés), l'année 2019 est marquée par une augmentation des implantations des entreprises des sciences du vivant (18 entreprises pour 298 emplois), à l'instar du chinois Dowell & Yidai, qui a choisi d'implanter son premier site de production européen dans le Parc industriel de la plaine de l'Ain, et du digital (19 entreprises pour 591 emplois), à l'image du cabinet dédié à la transformation des entreprises, Onepoint.

L'année 2019 confirme le retour de l'industrie, déjà amorcé en 2018, notamment avec la "prise" Safran ou l'installation du finlandais Konecranes qui a choisi d'implanter son nouveau centre de R&D à Lyon.

"Nous avons choisi Lyon pour les connexions que nous pouvons établir avec ses acteurs industriels et avec ses compétences universitaires", détaille Julien Chambrillon, directeur du Data Science Lab de Konecranes à Lyon

Les implantations d'entreprises à capitaux internationaux représentent 43 % des implantations totales, Royaume-Uni et Chine en tête.

Diversité des territoires

Un des atouts de l'offre lyonnaise, c'est la diversité et la complémentarité des territoires qu'elle propose. Si 61 % des projets prennent encore attache dans Lyon intra-muros, les autres territoires prennent de plus en plus leur place. En 2019, Saint-Etienne Métropole a attiré 8 nouvelles entreprises. "Une belle année en terme d'implantation", souligne l'Aderly.

"C'est l'illustration parfaite du savoir travailler ensemble. Un chef d'entreprise voit un bassin global et son écosystème, il ne s'attache pas à un seul bassin en particulier. Il y a des synergies à penser", commente Philippe Valentin, le président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Loire.

En 2020, l'Aderly se fixe comme objectif de poursuivre cet équilibre global de "100 entreprises pour 2 000 emplois".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :