STMicroelectronics se maintient malgré un marché chahuté

 |   |  710  mots
(Crédits : DR)
Malgré une année difficile, marquée par une contraction de son chiffre d’affaires liée à la chute du marché des puces électroniques, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs, STMicroelectronics, vient d’annoncer des résultats supérieurs à ses prévisions pour l’année 2019.

"Nous avons clôturé l'exercice avec un chiffre d'affaires et des performances financières solides au quatrième trimestre", affirmait ce jeudi matin, par voie de communiqué, le président du directoire et directeur général du groupe, Jean-Marc Chéry.

Le fabricant de puces électroniques STMicroelectronics, qui compte 46 000 personnes dans le monde (dont 10 300 en France) vient en effet d'annoncer une croissance de 7,9% de son chiffre d'affaires net au 4e trimestre (à 2,75 milliards de dollars), basée sur l'ensemble "des groupes produits" de son offre.

Un score qui aura permis au groupe de limiter les pertes et de clôturer une année difficile, marquée jusqu'ici par des performances en recul de 19,8% de son résultat net (à 1,03 milliard de dollars).

Des conditions de marché délicates

Car après plusieurs années d'un marché des puces électronique en plein essor, porté par le marché des smartphones et de l'Internet, les prix des principaux composants et notamment des mémoires repartent désormais à la baisse, face à un phénomène de saturation du marché.

Un phénomène auquel vient s'ajouter un déclin des ventes de smartphones, ainsi que des incertitudes liées aux relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, mais également sur le front de l'Europe avec la mise en route du Brexit.

Ainsi, malgré un chiffre d'affaires annuel qui s'établit en recul de 1,1%, à 9,56 milliards de dollars pour 2019, le groupe STMicroelectronics résiste toutefois mieux que la moyenne de son marché, qui enregistreraient une chute de 1,6% selon le cabinet Gartner, voire même de 3% selon le groupe taïwanais TSMC.

On se souvient en effet des annonces du fabricant de composants électroniques américain, Texas Instruments, dont le chiffre d'affaire avait dévissé de 9% en 2019, ou encore du sud-coréen SK Hynix, qui a accusé une chute de près de 70 % de ses profits au premier trimestre 2019.

Une performance estimée "solide"

"Notre performance financière 2019 est en ligne avec les indications pour l'année que nous avions communiquées en avril 2019", soulignait Jean-Marc Chéry, qui a justifié la baisse de la marge brute, enregistrée par le groupe, par une "pression sur les prix et des charges liées aux capacités de production inutilisées".

D'autant plus que le groupe, qui travaille notamment avec le géant américain Apple ou le chinois Huawei Technologies, aurait finalement bénéficié de la reprise observée, en fin d'année, sur le secteur des télécoms. Son unité, dédiée à ce marché, aurait ainsi atteint une croissance de 39,1% au quatrième trimestre, à 281 millions de dollars, pour une marge d'exploitation elle aussi en hausse de 5 points par rapport à l'année précédente (à 25,9%).

Pour l'année à venir, STMicroelectronics demeure cependant prudent et mise à nouveau sur un repli de 14,3% de son chiffre d'affaires pour le premier trimestre à venir. Le groupe prévoit, en parallèle, de doper son effort d'investissement en attribuant, pour l'année à venir, une enveloppe de 1,5 milliard de dollars, ce qui représente 28% de plus que les dépenses réalisées en 2019.

Un nouvel effort qui vise, d'après le fabricant, à "soutenir ses initiatives stratégiques" et "la croissance de son chiffre d'affaires", "afin de progresser vers son ambition de chiffre d'affaires de 12 milliards de dollars à moyen terme".

Des investissements à venir

L'objectif affiché pour 2020 ? Poursuivre l'expansion des capacités de production existantes du groupe, mais également de créer de nouvelles unités de fabrication de 300 mm, à Crolles, près de Grenoble, mais également en Italie, dans la ville d'Agrate.

La création d'une ligne de fabrication de circuits radiofréquences en nitrure de gallium ainsi que d'une production de plaquettes de carbure de silicium est aussi prévue à Catane, en Sicile. Avec, toujours, une volonté de maintenir une tendance supérieure aux résultats du marché.

"Nous sommes sur une tendance positive avec pour moteurs la mobilité électrique, l'Internet des objets ou encore la 5G. C'est pour accompagner notre développement et atteindre notre objectif de chiffre d'affaires de 12 milliards de dollars à moyen terme que nous accélérons nos investissements", a ajouté le pdg.

Des explications qui semblent avoir convaincu les investisseurs puisqu'à l'ouverture du marché parisien ce jeudi matin, l'action du groupe a grimpé de 5%, à 26,6 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :