Transition énergétique : pourquoi la métropole de Lyon adopte l’extension des consignes de tri

 |   |  532  mots
(Crédits : Eric Soudan-Alpaca-Métropole de Lyon)
Depuis le 1er janvier 2020, l’ensemble du territoire de la métropole de Lyon est soumis à de nouvelles consignes de tri. Une avancée qui permet au territoire de devancer la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Depuis le 1er janvier 2020, le bac de tri (jaune) des grands Lyonnais accueille tous les emballages en plastique (sacs, sachets et films en plastique, pots et barquettes, petits emballages en métal et aluminium) en plus des emballages en carton, papier et métal déjà acceptés.

La Métropole de Lyon adopte ainsi l'extension des consignes de tri, deux ans avant l'obligation de l'une des dispositions de la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui impose, d'ici 2022, à 100 % du territoire français de s'y soumettre.

Avec l'apport de son territoire dans le dispositif (1 385 927 habitants au 1er janvier 2020, plus de 600 000 foyers), la métropole permet aux soutiens de la mesure de franchir un cap symbolique en leur permettant de dépasser la barre de près de 50 % du pays qui a adopté cette extension, selon l'évaluation du spécialiste du recyclage, Citeo.

Augmenter la collecte, baisser les refus de tri

"Cette extension s'inscrit dans la feuille de route 2018-2025 de la Métropole de Lyon. Nous avons l'ambition d'améliorer la qualité du tri des déchets en le simplifiant et le rendre systématique", justifieThierry Philip, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l'environnement, de la santé et du bien-être dans la ville.

Car l'un des freins au tri reste le doute des habitants devant leur poubelle.

"Quatre Français sur 5 ont encore un doute sur ce qu'il faut mettre ou pas dans le bac. Il faut mettre un terme à leurs hésitations," abonde Thomas Flusin, responsable territorial Auvergne-Rhône-Alpes de Citeo.

Avec l'extension du tri, l'institution entend collecter 10 500 tonnes d'emballages et de papiers supplémentaires (elle en a collecté 62 692 tonnes en 2018 sur les plus de 500 000 tonnes de déchets globaux) mais surtout réduire de façon drastique le refus de tri (ce qui se trouve dans le bac jaune de recyclage alors qu'il ne devrait pas y être) en le faisant passer de 35 % à 24 % d'ici la fin de sa feuille de route.

Pour y parvenir, elle mise avant tout sur la communication (120 000 euros d'investissement) et sur la pédagogie. Ses équipes sillonnent le territoire pour contrôler la qualité du tri et sensibiliser les usagers - essentiellement en refusant de ramasser les bacs.

Et ne manque pas de rappeler que "trier est aussi un geste de solidarité", puisqu'elle verse 50 centimes d'euros par tonne de papier collecté au Telethon et 3,05 euros par tonne de verre collecté à la Ligue contre le cancer.

Valoriser le recyclage

L'autre avantage de l'extension des consignes pour la collectivité : "permettre un recyclage efficace dans une logique d'économie circulaire" et favoriser l'essor des filières.

Une "complexité" du tri transférée chez les deux opérateurs en délégation de service publics que sont Nicollin et Paprec. Ce dernier a d'ailleurs récemment investi 25 millions d'euros dans son centre de tri dernier cri, capable de répondre aux nouvelles exigences de la métropole de Lyon.

L'augmentation du tri sélectif n'empêche pas Citeo de continuer à prôner, en parallèle, une accélération de la baisse des emballages, une réduction de la dépendance au plastique ou de nouvelles formes de recyclage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2020 à 11:58 :
Bonjour,
D'accord pour faire le tri mais encore faudrait-il que l'immeuble soit équipé de poubelle jaune. Effectivement immeuble de 14 étage avec 6 appartements par étage et pas de poubelles de tri !!!! Et un passage par semaine, un peu juste non !!!!!!!!!!!
a écrit le 08/01/2020 à 22:31 :
Ils collectent tout et ensuite trient ce qu'ils peuvent gérer. Ça va remplir un peu plus les conteneurs mais évitera que ça finisse en CO2 bêtement (alléger d'autant les poubelles vertes pour incinération, pas de papier sauf souillé, pas de plastique, ni carton, pas d'épluchures vu qu'on devrait trouver des conteneurs pour ce qui est compostable (2020, 2022, 2025 ?). Y en a qui mettent du bois en espérant que ça sera trié plus loin, des piles parfois, normalement la déchetterie (hors circuit ramassage emballages) les prend mais ça fait se déplacer.
Quand ça arrivera ici je vais me délester de mes 20kg de CD/DVD (pilotes informatiques (orfi, écrans, ), outils périmés, autres. Dans les revues on avait souvent un chaque mois, mises à jour, internet pas développé).
En Suède ils mettent tout en conteneur "plastiques" et ensuite "ça se débrouille" (la base du tri non ? Si on est pas qualifiés, d'autres savent, eux, pour ça qu'ils sont embauchés en centre de tri).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :