Qui est Axis Immobilier, le "tout en un" du coliving qui monte ?

 |   |  739  mots
(Crédits : Reuters)
Fondé à Marseille en 2014, le groupe Axis Immobilier se positionne à la fois comme un opérateur global, occupant à la fois des fonctions d’investisseur, de promoteur et de gestionnaire de résidences destinées au 25-40 ans. Ses principaux marchés ? La colocation, la location meublée et plus récemment le coliving. Un marché au sein duquel le groupe se prépare à ouvrir 25 résidences d’ici cinq ans, avec, comme dernière annonce en date, un projet à Grenoble prévu pour 2022.

Sa prochaine ouverture aura lieu à Montpellier d'ici quelques semaines dans le quartier d'Antigone. Après une première résidence emblématique de la marque installée à Marseille, le groupe Axis Immobilier fonce sur le marché du coliving à travers sa marque, The Babel Community.

A la fois investisseur, promoteur et gestionnaire de résidences dédiées aux 25-40 ans, le groupe s'apprête également à lancer une seconde résidence à Marseille à compter de mars 2021, puis sur les pentes de la Bastille à Grenoble en 2022. S'en suivront ensuite Baris Bercy en 2022, puis Lille en 2023, avec un programme qui reste encore à écrire puisque la société prévoit pas moins de 500 millions d'euros d'investissements au cours des cinq prochaines années afin de faire grandir sa marque.

A la fois promoteur et gestionnaire

Avec 10 millions d'euros de chiffre d'affaires et un patrimoine porté à 65 millions d'euros, le groupe Axis Immobilier se revendique aujourd'hui comme "un opérateur global", à la fois investisseur, promoteur et gestionnaire.

"Notre positionnement est assez inédit au sein du marché, puisqu'en général, il existe souvent une dichotomie forte entre les acteurs qui détiennent les murs, et ceux qui les exploitent, affirme son cofondateur, Benoit Jobert. Or, notre modèle est d'être propriétaire car c'est comme cela que nous créons de la valeur".

Fondée en 2014 par Benoît Jobert et Matthieu Brugières, la société emploie 35 salariés à travers ses trois marques (The Babel Community pour le coliving, The Colivers dédiée aux colocations, ainsi que HiFlat, destiné aux logements urbains meublés). Et Axis Immobilier se prépare déjà à investir une enveloppe globale de 500 millions d'euros d'ici 2025 sur son nouveau format de résidences destiné au coliving.

"Toutes les villes de plus de 150 000 habitants nous intéressent", affiche Benoit Jobert, qui ne cache pas non plus son intérêt pour Lyon, où le groupe est en recherche d'une opportunité.

Un modèle économique à l'épreuve

Au total, Axis Immobilier ambitionne d'ouvrir 25 résidences d'ici 2025, le plus souvent en hypercentre, mais aussi sur des secteurs plus excentrés mais connectés par les transports en commun, disposant de plus de foncier.

"Nous avons besoin d'un minimum de 5000m2 pour concevoir de telles résidences, ce qui correspond en moyenne à 120 logements. Dans notre domaine, 'big is beautiful' car cela nous permet de proposer des loyers attractifs et une expérience clients forte", indique Benoît Jobert.

Afin de financer ces résidences, Axis fait généralement appel à de la dette bancaire pour assurer une grande partie de ses investissements (70%), ainsi qu'à des investisseurs privés ou des fonds pour nous aider à financer les 30% restants. Parmi eux, on retrouve des acteurs comme la Caisse des dépôts et des consignations, qui l'a par exemple suivi le groupe sur son projet grenoblois.

"Il existe une vraie volonté de la part des investisseurs, notamment institutionnels (SCPI, etc), d'investir sur le secteur résidentiel géré, mais il n'existait jusqu'ici rien entre les produits étudiants et ceux destinés aux seniors", indique Benoit Jobert.

Selon lui, ces investisseurs s'intéresseraient ainsi aux projets de coliving "car ils représentent avant tout un placement sur le long terme, et une forme de sécurisation du capital investi, grâce aux loyers reversés régulièrement".

Une nouvelle référence du secteur résidentiel ?

Côté clientèle également, Benoit Jobert se montre confiant malgré à l'arrivée d'un certain nombre d'acteurs nationaux et étrangers sur ce segment (tels que Colonies, Sharies, Common, Covivio ou encore The Collective).

"Le coliving permet de proposer le meilleur de la coloc, sans le côté 'bricole', avec le confort du logement meublé".

Babel Community a ainsi fait le choix d'inclure, au sein de chacun de ses logements, une salle de bain et des toilettes privatives, tandis que certains appartements ont également leur propre cuisine.

"Cela va dans le sens de l'évolution de la société, où les 25-35 ans repoussent chaque année la date où ils se fixent dans une ville ou se mettent en ménage. On vient ainsi combler un vide car il n'existait pas d'offre adaptée", estime Benoit Jobert.

Avec, en bout de ligne, une ambition non dissimulée : que le coliving devienne, d'ici quelques années, une référence au sein du marché du logement, "au même titre que l'est devenu le coworking pour l'immobilier de bureau".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :