Auvergne-Rhône-Alpes  : les créations d'entreprises artisanales en hausse

 |   |  509  mots
(Crédits : Licence CC0 Creative Commons)
Selon l'édition 2019 du baromètre ISM-MAAF de l'artisanat, les créations d'entreprises sont en hausse en Auvergne-Rhône-Alpes. Mais ce dynamisme masque un autre phénomène : la baisse des créations par reprise d'entreprises.

La région Auvergne-Rhône-Alpes a enregistré 18 530 créations d'entreprises artisanales en 2018, soit une hausse de 13 % comparée à l'année précédente. Une dynamique identique au niveau national.

"Après une année 2017 plutôt molle, on note un vrai regain d'activité. Auvergne-Rhône-Alpes s'inscrit dans la moyenne Française", analyse Catherine Élie, directrice des études et du développement économique de l'ISM.

Équilibres territoriaux

Pour la première fois, l'étude montre que les déséquilibres entre les territoires sont moins marqués que par le passé. Si les départements les plus peuplés concentrent une forte création d'entreprise (4 320 pour le Rhône, 1 860 pour les Savoie ou 1 640 pour la Loire), les départements moins peuplés comptabilisent tout de même des taux de création positifs, comme une évolution du nombre de créations d'entreprises de +26 % entre 2017 et 2018 pour la Haute-Loire.

Si 35 % des créations d'entreprises se font dans des unités urbaines de plus de 200 000 habitants, 23 % des autres créations d'entreprises ont été lancées dans des communes rurales.

"L'artisanat joue encore un rôle fort dans les communes rurales et peu peuplées. L'impact de la création d'entreprises y est plus important que dans les grandes agglomérations", estime l'analyste.

Du BTP aux métiers de niche

Selon l'étude, "tous les secteurs bénéficient de cette dynamique grâce à une bonne conjoncture économique". Le secteur le plus attractif redevient celui du BTP qui enregistre 44 % des créations d'entreprises en 2018, maçonnerie générale et travaux de plâtrerie en tête après cinq ans de baisse. Comme au niveau national, le secteur du nettoyage de bâtiments reste porteur d'activité.

À noter également la forte hausse du secteur alimentaire (+ 6 % des créations d'entreprises contre 4 % au niveau national) porté par la fabrication de bière artisanale (+44 % de créations d'entreprises).

"Progressivement, la création d'entreprises artisanales se déplace vers des marchés de niche qui répondent aux tendances du consommer local. On note également la résurgence de métiers disparus, comme les brasseurs, la joaillerie ou la maroquinerie", explique Catherine Élie.

Baisse des créations par reprise

Mais l'étude pointe l'émergence d'une tendance "préoccupante" : 95 % des entrepreneurs se sont lancé sans salariés, 74 % d'entre eux ayant opté pour le statut d'entreprise individuelle, alors qu'ils étaient près de 22 % à le faire en 2007.

"Ce phénomène s'explique par la mise en place du régime micro-entrepreneur et par la baisse des créations par reprise d'entreprises, qui sont plus pourvoyeuses d'emplois. Par ailleurs, la création d'entreprises est un levier pour créer son propre emploi", conclut-elle.

La reprise d'entreprise artisanale est, niveau national, en baisse régulière depuis une dizaine d'année. Elle représente, selon ISM, moins d'une entreprise sur dix. Outre la nécessité de disposer de fonds plus importants (151 000 euros en moyenne d'investissement) qu'une création, il faut compter en moyenne 5 mois pour trouver une entreprise à reprendre (47% d'entre elles sont liées à un départ en retraite du dirigeant).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 18:03 :
Bonjour,
Qu'en est-il du département de la Haute Savoie (2 fois plus peuplé que la Savoie mentionnée dans votre article parmi les départements les plus peuplés d'AURA…?
Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :