Territoire : Quelles solutions de transports en commun à Lyon en 2050  ?

 |   |  599  mots
Parmi les projets du Sytral, le prolongement de la ligne T6 vers le Nord
Parmi les projets du Sytral, le prolongement de la ligne T6 vers le Nord (Crédits : Sytral)
Le Sytral vient de dévoiler plusieurs études permettant de définir quels seront les lignes et les moyens de transport du futur dans la grande agglomération lyonnaise.

Bus, tramway, métro et même navettes fluviales et téléphériques. L'autorité organisatrice des transports urbains et interurbains dans l'agglomération de Lyon et le Rhône vient de boucler une série d'études où elle ne s'est rien interdit. Mais elle ne s'est pas non plus, autorisée à chiffrer ce vaste champ des possibles.

"Au bas mot, 9 milliards pour la majorité de ces lignes", élude Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral.

A ce stade, les projections chiffrées n'étaient pas la priorité. Il s'agissait plutôt de mettre en regard l'accroissement de la population attendu dans les prochaines décennies sur l'aire urbaine lyonnaise avec les solutions de transport permettant de répondre à la hausse du nombre d'usagers potentiels.

Fluvial et câble s'éloignent

Déjà quelques enseignements sautent aux yeux et ne laissent guère d'espoir pour le transport fluvial et par câble. Le premier a été étudié sur deux tracés entre Confluence et Vaise sur la Saône et entre la Cité internationale et Gerland sur le Rhône. Il faudrait alors 47 minutes pour relier Vaise à Confluence par voie d'eau, 29 minutes de la Cité Internationale à Gerland. Autant dire que ces temps de trajets ne laissent que peu...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2019 à 19:34 :
Tous ces projets sont prometteurs , encore faudrait-il que les transports existants fonctionnent normalement . Depuis le début les trams T1 et T2 dysfonctionnent au niveau de Perrache sans amélioration. De plus le tram T1 est interrompu presque chaque jour pour des raisons diverses : circulation, et surtout manifestations , ce n'est pas normal... le tram n'est pas un moyen moderne de transport en ville, seul le métro est efficace.
a écrit le 21/12/2019 à 14:56 :
Supprimer les arrêts de bus, et que chaque feu rouge devienne un arrêt de bus.
Que les feux rouges soient commandés par l’approche des bus, (comme ils le sont parfois par les trams)
Résultats escomptés :
Vitesse moyenne de parcourt accrue
d’avantages d’arrêts utiles pour les clients
a écrit le 16/12/2019 à 21:57 :
La ligne D du métro vers le quartier de l’industrie, très bonne idée et il ne faut pas s’arrêter là. Il faut chercher un point dans la nature entre st Cyr, st Didier et Limonest, un point auquel se rendre sera très facile, en pleine nature, avec un stationnement en plein air sans goudron, peu coûteux, et un ascenseur pour descendre au niveau des rames. Ceux de st Cyr et st Didier mettent aujourd’hui 30 mn pour aller à Vaise prendre le métro en polluant. Quant à ceux de Limonest ou autres ( Villefranche, Vallée de l’Azergue ...) ils n’y pensent même pas.
Le fluvial? Il faut l’efficacité des pilotes de Venise et des bateaux électriques en nombre suffisant pour que se rendre par exemple de la Cité Internationale à la Confluence puisse être direct et pareil de la Confluence à Vaise « mode RER » tandis que les trajets plus courts se feront en mode « métro » c’est à dire des bateaux qui s’arrêtent à chaque station. Le succès dépend des moyens mis en place. Sur ce plan j’ai proposé que des entreprises puissent financer ce mode de déplacement plaisant et écologique, sans parler de l’attrait touristique. Mon entreprise Jacquet Metal Service peut financer un bateau marqué à son nom. Il y a d’autres entreprises qui en feraient tout autant.
Le téléphérique fonctionnerait tout autant avec une boucle Part-Dieu - Cité Internationale - Fourvière - Bellecour - La Confluence - Gerland - parc Blandan - Part Dieu, là encore le plaisir du voyage pour aller au boulot comme pour visiter Lyon doit être pris en compte.
Éric Jacquet
a écrit le 16/12/2019 à 13:51 :
Je suis actuellement de très près le projet de liaison par câble à Grenoble entre Fontaine et Saint Martin le Vinoux. Ce projet est actuellement en phase finale d'appel d'offres pour un choix de constructeur qui devrait avoir lieu en février prochain. C'est une télécabine qui comprend 6 stations et dont la longueur est 3700 m. La capacité est de 600 P/heure dans un premier temps et atteindra 1500 P/heure en final, soit pour une exploitation 20 heures par jour un capacité entre 12 000 et 30 000 voyageurs/jour.et la capacité optimale peut atteindre 40 000 P/jour avec ce type d'installation. On est donc loin des chiffres de cet article 1 000 à 2 000 P/jour !
Le budget d'investissement annoncé par le SMTC (transports de la Métro de Grenoble) est de 55 M€. Au stade actuel du projet, il est fort probable que les prix des offres des constructeurs soient très proches de ce montant.
Votre article évoque 125 M€ pour un projet qui semble assez proche quoique plus court !
Les chiffres annoncés totalement invraisemblables, investissements beaucoup trop importants pour des capacités ridicules, peuvent avoir pour effet de dissuader les porteurs de projet de transport de mettre à l'étude des systèmes par câble. C'est d'autant plus désolant que ces systèmes à câble qui sont de plus en plus adoptés dans de nombreux pays du monde peinent à être retenus en France. Des articles de mésinformation comme celui-ci ne sont pas près d'inverser la tendance !
Réponse de le 16/12/2019 à 19:32 :
Bravo à Françoise Sigot pour sa perspicacité.
Le président d'association que je suis se félicite de la mise en évidence
de l'intérêt de continuer à développer sur notre aire urbaine des transports en commun efficaces, et notamment le métro.
Mais attention : toutes ces idées lancées dans une période pré electorale doivent être examinées avec un minimum d'esprit critique au regard d'au moins quatre critères.
- quelle efficacité pour le moyen de transport et le tracé préconisés, en temps de parcours et en fréquence de passage
- quel potentiel de clientèle en fonction des territoires desservis
- quelle faisabilité technique (tout n'est pas possible)
- quels coûts d'investissements et de fonctionnement (et donc quel
rapport utilité/prix)
Serait-il possible d'avoir un contact avec Françoise Sigot pour rentrer plus
dans le concret des choses ?
Cordialement
DRAMUR

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :