Pour ses 30 ans, Interpol confirme son implantation lyonnaise et veut s'agrandir

 |   |  390  mots
(Crédits : S.Borg)
Le siège de l'organisation internationale de police criminelle Interpol installé à Lyon n'a eu de cesse de se développer depuis sa création. Désormais à l'étroit, il devrait prochainement être rénové et agrandit sur un terrain attenant.

Depuis son installation à Lyon depuis le 27 novembre 1987 sur les rives du Rhône, près de la Cité Internationale, l'organisation internationale de police criminelle Interpol prospère.

De 254 fonctionnaires et 150 pays membres à l'inauguration du site, l'organisation compte désormais 741 collaborateurs basés à Lyon, en plus de 307 collaborateurs postés à l'étranger (New-York, Addis-Abeba ou encore Singapour). Une croissance qui s'est accompagné d'une augmentation des missions (300 au départ de Lyon en 2018) et appuis aux opérations policières internationales (50 en moyenne).

Un agrandissement en projet

Désormais à l'étroit dans ses locaux actuels, contraint de louer des espaces complémentaires à la Cité internationale attenante, Interpol a besoin de s'agrandir.

"Alors qu'Interpol s'est progressivement tourné vers le reste du monde en y établissant une présence physique, en Afrique, aux Amériques et en Asie, c'est bien à Lyon que l'Organisation espère continuer à bâtir son avenir", indique Jürgen Stock, le secrétaire général d'Interpol.

Pour le moment, l'organisation n'envisage pas de déménager. Elle souhaiterait rénover et agrandir son site actuel en profitant d'un espace libre et voisin, situé au "sud" du bâtiment.

"Nous soutenons ce projet. Nous disposons de ce terrain et nous nous engageons à le mettre à disposition d'Interpol", affirme Gérard Collomb, maire de Lyon.

Ne reste plus qu'à boucler le financement de ce projet évalué à 40 millions d'euros. Si la ville et la métropole de Lyon se sont engagées, selon Gérard Collomb, il reste à convaincre la région Auvergne-Rhône-Alpes et l'Etat.

"C'est un projet stratégique pour l'organisation et pour Lyon", avance, confiant, Gérard Collomb.

"Ambitieuses réformes"

À la tête d'Interpol depuis 5 ans, le secrétaire général entend marquer son mandat du sceau de la transformation.

"Interpol entreprendra d'ambitieuses réformes dans les années à venir pour se moderniser davantage et répondre aux besoins de l'ère numérique", indique Jürgen Stock, sans pour autant détailler davantage son projet.

L'organisation s'appuie sur un système de communication mondial composé de "18 bases de données internationales spécialisées disposant de plus de 100 [cent] millions de registres de police interrogés 230 fois par seconde". Interpol intervient en priorité contre le terrorisme, la traite d'humains, l'exploitation sexuelle des enfants, le trafic de drogues, la cybercriminalité, et les autres formes de criminalité transfrontalière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2019 à 10:40 :
Et pour quel résultats?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :