Environnement : Saint-Etienne veut préserver la qualité de son air

 |   |  340  mots
(Crédits : DR)
Pour préserver son territoire, la métropole stéphanoise a validé la création d’un fonds en faveur de la qualité de l’air d’un montant total de 9 millions d’euros. Il sera opérationnel au 1er janvier 2020.

Sylvie Fayolle, maire de Saint-Paul-en-Cornillon et vice-présidente de la métropole stéphanoise en charge du développement durable, justifie la création d'un fonds de 9,3 millions d'euros en faveur de la qualité de l'air, abondé à hauteur de 3 millions d'euros par SEM, 2 millions d'euros par l'ADEME, 4 millions d'euros par la Région et 300 000 euros par GRDF.

"Les dernières mesures le montrent : la qualité de l'air est correcte sur Saint-Etienne Métropole. Il faut néanmoins agir pour le rendre encore meilleur".

Ce fonds sera axé sur deux thématiques principales : la mobilité durable et le chauffage propre.

Il viendra ainsi, par exemple, appuyer l'achat de véhicules propres par les collectivités ou les professionnels du territoire, le déploiement de stations GNV pour les poids-lourds, le développement d'aires de covoiturage, le remplacement des chaudières fioul par des chaudières gaz à condensation chez les particuliers ou encore le rééquipement en matériels plus performants pour les foyers utilisant de vieux poêles à bois etc. Ce fonds en faveur de la qualité de l'air sera opérationnel dès le 1er janvier prochain.

A cette date entrera également en scène la toute nouvelle ZFE stéphanoise, autrement dit Zone à faible émission. Celle-ci prévoit l'interdiction, sur un espace de 34 km2 au sein du territoire de la métropole, de la circulation des camions mis en service avant octobre 2001.

"Cela représente environ 10% des poids-lourds circulant sur nos axes. Ils représentent une source de pollution non négligeable !".

Cette interdiction sera progressivement adaptée et renforcée.

« Ville Respirable »

Ces nouvelles dispositions s'inscrivent dans la stratégie mise en place depuis plusieurs années par la Métropole, labellisée « Ville Respirable » en 2016.

L'élue en charge du développement durable énumère ainsi les actions déjà entreprises : parc de vélos électriques, aires de covoiturage, création d'une troisième ligne de tram, déploiement en 2020 de 120 bornes de recharges électriques pilotées par la PME E-Totem, l'achat d'ici à 2022 de 22 trolleybus 100% électriques etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :