Tourisme : L'hôtellerie clermontoise à l'assaut des marchés russes et chinois

 |   |  587  mots
(Crédits : DR)
D'ici à début 2020, Clermont-Auvergne-Métropole comptera quatre nouveaux hôtels ainsi qu'une Auberge de Jeunesse. L'hôtellerie Clermontoise vise de nouveaux marchés, en particulier à l'international.

Les professionnels clermontois ont engagé une réflexion autour de l'accueil des touristes chinois, et, plus largement, du marché asiatique. Journée pour mieux accueillir la clientèle chinoise dans les hôtels, conférence d'un expert sur le marché touristique chinois, réflexions sur les attentes des touristes chinois, déjeuner chinois, réflexion sur le positionnement des offres, outils marketing et grilles tarifaires... le Club hôtelier est très actif sur ce projet.

"Il y a un potentiel énorme qui ne demande qu'à être exploité. Mais cela demande une adaptation de nos habitudes d'accueil pour que cette clientèle et les tours opérateurs viennent jusqu'en Auvergne. Nous nous préparons à accueillir les touristes chinois à l'horizon 2021", commente Delphine Giraud, la présidente du Club hôtelier.

En novembre 2018, avec Clermont Auvergne Tourisme, le Club hôtelier a accueilli des agents de voyages du marché russe avec l'objectif d'attirer de nouveaux clients. Car Clermont-Ferrand bénéficie d'atouts sur lesquels les hôteliers peuvent s'appuyer.

"L'offre touristique va se déployer. Clermont est une destination abordable. L'annonce de l'inscription de la Chaîne des Puys Faille de Limagne au patrimoine de l'Unesco l'an dernier est une excellente nouvelle mais n'a pas encore eu l'effet suffisant....", remarque celle qui est également directrice du Novotel le Brezet.

Tours opérateurs et congrès

"La capacité d'accueil de la Métropole est actuellement suffisante. Ses structures d'hébergements sont variées, avec des hôtels de 1 à 5 étoiles, résidences de tourisme, chambres d'hôtes, gîtes... et les hôtels rénovés gagnent des parts de marché", analyse la présidente du Club hôtelier.

Mais Clermont-Auvergne-Métropole va voir quatre nouveaux hôtels ouvrir, dont un 4 étoiles, ainsi qu'une Auberge de Jeunesse. L'augmentation du stock de chambres pose néanmoins question, quand les hôtels clermontois affichent complet seulement sur 20% des jours de l'année, selon le Club hôtelier.

"Sur le marché 1 et 2 étoiles, les prix seront tirés vers le bas. C'est un marché ultra concurrentiel. Pour ce qui concerne l'hôtel 4 étoiles, il va prendre sa place. L'autorisation d'implantation n'est pas soumise à une commission départementale d'équipement commercial de la CCI donc rien ne s'oppose à ce que l'investisseur monte ce type de projet. Le point positif, c'est que le nombre de chambres dans une ville est primordial pour la constitution d'un dossier de candidature dans le cadre d'une organisation de congrès. C'est le sens des actions du Club hôtelier, faire venir des congrès et des séminaires."

Pour se renforcer, les acteurs hôteliers ont proposé aux résidences hôtelières de les rejoindre.

"Nous présenterons désormais une capacité hôtelière plus importante qui est un argument fort pour remporter des congrès", poursuit-elle.

2018 avait enregistré une progression du nombre de manifestations et octobre avait été historique puisque plusieurs congrès avaient été organisés juste après le Sommet de l'Elevage.

"Cette embellie a été suivie d'une chute d'activité en novembre et décembre consécutive à la baisse de la production des réservations Michelin et les week-ends perturbés parle mouvement des gilets jaunes. Aujourd'hui, l'objectif est de faire de notre Métropole une destination, y compris de courts séjours à la fois sur le loisir et sur le marché Congrès", martèle Delphine Giraud.

En chiffres

  • 50 hôtels classés de 1 à 5 étoiles dont 23 hôtels de chaîne, 27 hôtels indépendants
  • Périmètre Clermont Métropole : 21 communes
  • 3 000 chambres
  • 600 emplois

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2019 à 10:13 :
Ouais, j’aimerais que l’on en reparle dans trois ou quatre ans. D’abord parce que 2020 devrait-être une année un peu spéciale, avec la venue du Tour de France. Ce qui va contribuer fortement à l’occupation des hôtels de toutes les catégories.
Ensuite, AirBnb a de forte chance de continuer sa progression et que ce nouvel acteur dans l’échiquier des parts de marché de l’hôtellerie, va semer un petit peu plus le trouble chez nos amis Directeurs/Directrices d’établissement.
Nul doute que le soi-disant « potentiel à exploiter » va encore laisser place à bien des désillusions, notamment en termes de recrutement et de satisfaction clientèle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :