"Le rapport sur la CMA 74 est pour le moins accablant" (Serge Vidal, président de la CRMA Auvergne-Rhône-Alpes"

 |   |  487  mots
(Crédits : DR)
Le président de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat (CRMA) Auvergne-Rhône-Alpes, Serge Vidal, déplore de ne pas avoir eu la possibilité d’intervenir dans les problèmes de gestion de la Chambre des métiers et de l’artisanat de la Haute-Savoie.

Jeudi dernier, La Tribune évoquait la suspension temporaire de Franck Lopez et René Biggeri, respectivement président et trésorier de la Chambre des métiers et de l'artisanat de la Haute-Savoie (CMA 74) par le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en raison d'une mauvaise gestion, d'irrégularités financières et de la mauvaise qualité du climat social.

La décision préfectorale s'appuie sur un audit du Contrôle général économique et financier (CGefi) du ministère de l'Économie, réalisé en 2018.

"Nous avons eu connaissance du rapport qui est pour le moins accablant", témoigne Serge Vidal.

Une Chambre régionale impuissante

La Chambre régionale était destinataire du rapport du CGefi.

"Nous avions demandé des explications à la chambre départementale, précise M.Vidal. Il nous a donné ses explications. C'était une version contre une autre."

Serge Vidal déplore de n'avoir pas eu les moyens d'intervenir plus profondément dans le dossier.

"Malheureusement, en chambre régionale, nous n'avons pas de droit d'ingérence dans la gestion des chambres départementales, pointe-t-il. Le président de la chambre départementale nous l'a bien fait comprendre. Nous n'avons pu que nous désolidariser, sans disposer de quelque levier que ce soit."

Le rapport du CGefi comprenait des recommandations d'amélioration, qui n'ont pas été mises en oeuvre, souligne le président de la Chambre régionale. La suspension du président et du trésorier de la CMA 74 sont devenues inéluctables dès lors qu'ils n'ont pas tenu compte de ces demandes.

"Aujourd'hui, la situation est le résultat d'avoir ignoré les préconisations du CGefi", affirme M.Vidal.

Redressement en vue ?

La suspension de Franck Lopez et René Biggeri devraient permettre à la CMA 74 de prendre un nouveau virage.

"Le nouveau président et le nouveau trésorier auront à coeur de redresser les choses", affirme Serge Vidal, qui précise avoir échangé dernièrement avec Alain Mossière, qui vient d'être nommé président par intérim de la CMA 74.

M.Lopez, qui est aussi 2e vice-président de la Chambre régionale des métiers et de l'artisanat, ne pourra pas siéger au bureau régional durant sa suspension, précise Serge Vidal.

Et que se passera-t-il une fois la suspension échue?

"Nous avons quelques doutes sur la capacité à reprendre les rênes d'une chambre des métiers après une suspension, lance M.Vidal. Il faudra bien se poser la question du retour."

Une situation bientôt impossible ?

La réforme des chambres de métiers et de l'artisanat, inclue dans la loi Pacte votée l'an passé, devrait rendre plus difficile la survenue de cas similaires à celui de la chambre haut-savoyarde, croit Serge Vidal.

"Ce genre de problème n'aura plus lieu à l'avenir parce que la gestion sera complètement confiée à l'établissement unique de région à compter de 2021", explique-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :